Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

résistance

  • Les assurances santé « complémentaires » augmentent de 10 à 15 % ! Et elles ne servent à RIEN…

    dessinsecu.jpg

     

    « Donner à tous les Français un accès à des soins de qualité, pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie obligatoire et complémentaire, dans le domaine de l’optique, de l’audiologie et du dentaire, constitue l’un des engagements du Président de la République. » C’est comme ça que c’est écrit dans le site du Ministère de la santé et des solidarités.

    C’est beau, c’est bon, c’est généreux. Merci not’bon président ! Seulement ce qui est moins agréable c’est que les tarifs de ces assurances complémentaires augmentent depuis le début de l’année entre 10 et 15 % pour les nouveaux assurés ou lors de renouvellement ! Une paille…

    Mais au fait à quoi ça sert une assurance complémentaire ? À RIEN ! Sinon engraisser les actionnaires des assurances privées. Si vous êtes atteint d’une maladie grave, ou d’une affection chronique invalidante (diabète, cardiopathie, Alzheimer, etc.) vous serez couvert à 100 % par le régime général. Alors, pourquoi payer chaque mois 80, 100, 150 euros et plus si affinité à une "complémentaire" ? Pour se faire rembourser (tous les cinq ans ?) des lunettes ? On en trouve, verres progressifs, de bonne qualité à moins de 100 euros ! Idem pour les prothèses dentaires. Le reste, c’est du confort. Donc en fait, votre pognon sert à engraisser des actionnaires…

    Ces « complémentaires » sont le cheval de Troie des mafias de l’assurance privée qui bavent de gourmandise devant l’énorme gâteau de la Sécu dont ils rêvent de se goinfrer. Ils peuvent compter, pour réussir ce forfait, sur tous les gouvernements, de gauche (enfin de gôôôche) comme de droite. À la solde du Medef, tous n’ont eu de cesse d’ouvrer pour démanteler cette conquête essentielle du Conseil national de la Résistance (CNR).

    Une des mesures essentielles du programme de ce CNR fut d’instaurer « un plan complet de Sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État ». Dans le droit fil de ce texte fondateur, dès le 4 octobre 1945 une ordonnance fut prise dont l’article 1 est le suivant : « Il est institué une organisation de la Sécurité sociale destinée à garantir les travailleurs et leurs familles contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain, à couvrir les charges de maternité et les charges de famille qu’ils supportent. »

    La solidarité fondatrice de la nation, qui correspond au terme « Fraternité » de notre belle devise, elle est là. C’est ce que les droites avides et cupides – et les gôches-Ganelon genres Valls-Hollande-Macron ont toujours brocardé en daubant sur « l’État providence ».

    Dans le cadre de sa stratégie de démantèlement des conquêtes sociales du C.N.R., le patronat accentue avec persévérance et obstination ses attaques contre la Sécurité sociale. Le chantre du Medef Denis Kessler avait au moins le mérite de la franchise lorsqu’il disait :…/… La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! »

    La tactique pour la mise à mort de la Sécu ? On ruine celle-ci (qui pourtant était arrivée à l’équilibre avant que Macron ne décide de la racketter : les baisses de cotisations décidées par l’État étaient jusqu’ici compensées par l’État, et étaient donc neutres pour le budget de la Sécurité sociale. Ce n’est plus le cas, de façon à faire apparaître les comptes de la Sécurité sociale dans le rouge.) de façon à la déconsidérer vis-à-vis des assujettis ; parallèlement, on prend prétexte de ce déficit abyssal pour baisser les taux de remboursement des médicaments, voire on dérembourse des médicaments considérés comme peu efficaces ; le résultat est un transfert du remboursement du reste à payer sur les assurances dites « complémentaires ». Ce faisant, on habitue le cotisant à s’appuyer de plus en plus sur les assurances privées et à critiquer la Sécurité sociale. C’est de l’action psychologique destiné à préparer les cerveaux (déjà karchérisés par la télé et les merdias) à l’abandon progressif de la Sécu. Depuis que les grands groupes d’assurance rêvent de mettre leurs pattes crochues sur cet énorme gâteau !

    Dans cette stratégie, il est des dispositions qui sont présentées comme des « avancées sociales » et qui sont tout le contraire. C’est le cas de l’Accord national interprofessionnel (ANI) qui a rendu obligatoire, à dater du 1er janvier 2016, l’adhésion des salariés à une assurance complémentaire santé d’entreprise. Mumm ! La bonne soupe pour les assurances privées, au détriment de la protection sociale collective ! Un énorme gâteau… qui vient d’augmenter de 10 à 15 %.

    Oui mais alors on fait quoi ? On fait comment ? Ben, on rend toutes ses prérogatives à la Sécurité sociale. À défaut d’un remboursement à 100 % - ce qui devrait être pourtant la norme – il suffit de créer, au sein de la Sécu, un département d’assurance volontaire, couvrant le remboursement de ce qui ne serait pas pris en compte par la Sécu principale. Avec évidemment, pour l’assuré, le versement volontaire d’une cotisation qui, de toute façon, serait bien moins chère que celle des assurances « complémentaires » privées, mutuelles ou non. Et, surtout, supprimer toutes les exonérations de cotisations car, si les entreprises ont de l’argent pour payer des complémentaires d’entreprise, pourquoi n’en auraient-elles pas pour payer des cotisations à la Sécu ?

    La santé n’est pas une marchandise.


    Sources:

    https ://selectra.info/assurance/actualites/generalites/sante-augmentation-2020

    https://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/100pourcent-sante/



    Illustration :Merci à Soulié

  • Ce matin je viens d’apprendre un nouveau mot : Midazolam.

    serment d hippocrate.jpg

     

    Midazolam ? Ques aco ? Je cherche dans interniais et je trouve de drôles de choses. Entre autres que le Midazolam est utilisé comme partie d’un cocktail pour l’injection létale dans le cadre des exécutions de condamnés à mort notamment aux États-Unis.

    Le Midazolam est par ailleurs indiqué, et recommandé comme molécule de référence dans la sédation des patients pour détresse en phase terminale par la société française d’accompagnement et de soins palliatifs. Bref, en termes compréhensibles par le commun des mortels (c’est le cas de le dire), c’est un POISON extrêmement violent.

    Or, en contradiction totale avec le serment d’Hippocrate, la Haute autorité de santé recommande, ce lundi 10 février, d’autoriser les médecins généralistes à prescrire du Midazolam pour « accompagner » la fin de vie. Tonton Hippocrate, en son temps, disait :…/… « Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m’abstiendrai de tout mal et de toute injustice. Je ne remettrai à personne du poison, si on m’en demande, ni ne prendrai l’initiative d’une pareille suggestion ». De même la forme moderne de ce texte fondateur de la médecine, le Serment du Conseil de l’Ordre des médecins (2012) dit : « Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément. »

    Actuellement, la loi Leonetti autorise une sédation profonde et continue jusqu’au décès mais seuls les médecins à l’hôpital peuvent prescrire cette molécule. Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France (FMF) réclame pour tous les médecins le droit d’administrer du midazolam, qui peut être utilisé pour mettre en œuvre une sédation profonde jusqu’à la mort (en contradiction flagrante avec le fameux Serment).

    Peut-on donner ainsi le droit de vie ou de mort à un médecin, voire à un collège de médecins ? Avec la collaboration de la famille (parmi laquelle les héritiers) ?

    J’entends déjà : « Ouais, la, tu déconnes Victor. Si tu étais confronté au problème, tu changerais sûrement d’avis… ».

    Alors je vais vous raconter brièvement une histoire personnelle. Ma compagne – personne magnifique, ancien mannequin, ancienne directrice de pub dans un magazine – est atteinte d’une calamité, Alzeimer. Je m’en occupe 24h/24 et 365 jours par an depuis quinze ans que cette horreur a été diagnostiquée. Il y a bientôt deux ans, suite à une surmédication pour le moins hasardeuse, elle a dû être conduite d’urgence à l’hosto par les pompiers pour chute brutale, perte de connaissance et convulsions ("effets indésirables" des drogues surdosées). Je l’ai retrouvé dans un lit, semi comateuse. Le chef de service, sans prendre de gants nous dit : « La maladie en est à sa phase terminale. Elle va maintenant s’attaquer aux fonctions vitales. Elle en a pour quelques semaines… ». Quelques jours après, je l’ai récupéré chez nous, grabataire. Mais, avec l’aide formidable des jeunes femmes du SSIAD (Service de Soins Infirmiers à Domicile) qui s'occupent d'elle deux fois par jour, nous l’avons remise sur pied en quelques semaines : elle marche (en l’aidant), elle mange à table (en l’aidant aussi), elle rit, elle VIT ! Et, après avoir été une maîtresse ardente, une collaboratrice super-efficace, une compagne de rêve, elle me permet d’expérimenter un sentiment que les hommes ne peuvent pas connaître, celui de « mère-poule » puisqu’elle est maintenant quasiment ma fille, mon bébé que je lave, que je fais manger, que je fais rire en faisant le zouave et en racontant des konneries, à qui je chante des comptines et des chansons gaillardes, pour qui je me réveille la nuit pour la border, pour la changer si nécessaire. C’est un cadeau formidable qu’elle me fait. Elle me rend encore heureux et donne un sens à ma vie. Et lorsqu’elle me regarde avec ses beaux yeux bleus en me disant « Merci mon chéri », je suis payé mille fois.

    Eh bien ça, avec le diagnostic du toubib de l’hosto, ça aurait pu m’être volé. Comme sa vie. Et un matin, vers 6 h 30, j’aurais reçu un coup de fil impersonnel : « Nous sommes navrés, Madame… est décédée ». Rentabilité oblige. Il faut libérer des lits… Alors on les « libère ».

    J’exagère ? Allons, allons. Écoutons toujours le président de la de la FMF, pour qui « la France serait un Sahara médical s’il fallait interdire d’exercice tous les médecins généralistes qui prennent en charge la fin de vie, sans être tout à fait dans les règles ».

    Sous la pression de très nombreux imbéciles heureux, le gouvernement mais aussi la justice doivent ainsi statuer sur la mise à mort des malades, des comateux, des vieux, des handicapés, des trop malades. Bientôt pourquoi pas des trop moches, des trop récalcitrants à l’idéologie dominante « pour abréger leurs souffrances », bien sûr. À la discrétion des autorités médicales ou à la demande des familles des « impétrants » à l’euthanasie. Euthanasie, tiens, en voilà un joli mot ! Ça fait savant, propre sur soi, pas comme ces vieux qui bavent, pissent et se chient dessus. Et qui coûtent si cher à la Sécu ! Pourtant, le meurtre par empoisonnement d’une personne, ça a un nom précis : ASSASSINAT ! Mais c’est pas joli…

    Il s’agit ni plus ni moins du rétablissement de la peine de mort mais décrétée non pas par un jury populaire et des juges professionnels, mais par un collège de toubibs et de personnes de l’entourage du « patient » ! La porte ouverte à toutes les magouilles ou les intérêts les plus sordides le disputeront à la vraie compassion.

    Il serait bon de jouer l’honnêteté intellectuelle : en finir avec la vie, est-ce la demande du malade ou celle de sa famille, de son entourage ? Il faut se méfier de ce premier réflexe qui se veut altruiste et compassionnel : abréger les souffrances du malade en accédant - voire en lui suggérant (la volonté affirmée de mourir « dans la dignité » naît dans l’esprit d’une personne consciente et lucide, bien en amont des angoisses du grabat, ce qui change tout !) – de mettre fin à ses jours. Ce qui compte, avant tout, c’est d’abattre la souffrance, pas de tuer le souffrant.

    Ces lois sociétales soi-disant modernistes « d’optimisation de la vie » (euthanasie, suicide assisté, gestation pour autrui) seront-elles imposées à la masse populaire par les puissants lobbies de bobos influents ? (Ironie de la chose, c’est souvent les mêmes qui « s’offusquent » de la corrida de toros !) Eux-mêmes manipulés par le culte du pognon de la société ultralibérale : élimination des gens qui ne seront plus productifs, économies conséquentes sur les retraites, remise à flot de la Sécu. Une journée d’hôpital coûte cher à la collectivité donc, en ces temps d’austérité, abréger la vie ou suggérer aux patients que ce serait mieux qu’ils cessent de vivre parce que leur vie est devenue indigne va faire faire à la société de substantielles éconocroques !

    Vive la vie, bordel !

    Illustration X - Droits réservés.

  • Au bistro de la Toile : « JE NE VEUX PAS MOURIR… »

    chimulus bistrot.jpg

     

    « La passion de toute une vie terminée en poussière restera pourtant ancrée en moi.

    Pour quelques mots absurdes, ils ont détruit ma vie et mes rêves.

    Alors de cette voix brisée je chante une dernière.

    Pour un blasphème je ne vivrai plus jamais comme avant.

    À vrai dire je ne sais pas si je vais vivre encore longtemps.

    Je ne veux pas mourir. »



    - C’est joli ça Victor. Mais c’est aussi bouleversant qu’effrayant. C’est de qui ?

    - C’est d’une jeune fille de seize ans. Lumineuse, courageuse. Une jeune fille condamnée à être violée, dépecée, enterrée vivante, égorgée, lapidée…

    - Qu’est-ce que tu racontes Victor ?

    Evidemment si tu cherches dans Libération, dans Le Monde, ou – hélas – même dans Médiapart, tu n’auras pas beaucoup d’information sur cette affaire.

    - Bon, accouche. Il s’agit de quoi ?

    - Il s’agit d’une jeune fille accro aux réseaux dits « sociaux » (on se demande bien pourquoi « sociaux »…) et qui, importunée par un « follower » lourdingue, la envoyé promener, lui précisant qu’elle était lesbienne. Vexé, ce dernier explose de colère et agonit Mila d’injures à caractère raciste, misogyne et homophobe. Rapidement, d’autres internautes se joignent aux hostilités et l’invectivent à leur tour : « Sale blanche », « gouine », « Française de merde », le tout mâtiné d’imprécations religieuses : « Inch’allah tu meurs sale pute », « pétasse, d’où tu dis ça notre dieu Allah c’est le seul et l’unique, j’espère que tu vas brûler en enfer. »

    L’essentiel de ces importuns devait être des « chances pour la France ». Ils ont fait dériver l’e-altercation vers la religion et ont pourri en meute la gamine, lui promettant de la foutre à poil dans son lycée, de la violer et autres joyeusetés. Elle les a vertement envoyés chier. Avec les mots crus de la jeunesse d’aujourd’hui, elle leur a dit en substance : « Je déteste la religion […] le Coran, il n’y a que de la haine là-dedans, l’islam, c’est de la merde. […] Votre Dieu, je lui mets un doigt dans le trou du cul ».

    - Moi, Victor, je trouve que la jeune Mila "a des couilles" même si pour une lesbienne, même punk, ça interpelle. Et puis enfin Victor ces propos me semble au contraire très altruistes : cette jeune fille s’inquiète de la santé d’un dieu et se propose de vérifier l’état de sa prostate. N’est-ce pas un geste d’amour ?

    - Ah ! Ah ! Ah ! Bravo pour l’humour. Mais chez ces gens-là Loulle, l’humour n’existe pas. Cette ado menacée de viol et d’égorgement, risque le lynchage pur et simple par les innombrables racailles et autres apprentis djihadistes rôdant en France à la recherche d’une proie facile. Cette ado est sans défense. Elle n’a pas de parti, pas d’association, pas de mouvement pour la protéger. Seule contre une gigantesque meute de prédateurs, cible vivante en réel danger de mort, elle doit impérativement être soutenue et protégée. Non seulement par le peuple, mais aussi par l’État. Son seul crime est d’avoir fait un usage plein et entier de la liberté d’expression. Or, cet usage est tout sauf un crime. C’est même une vertu politique. La France a d’urgence besoin de citoyennes et de citoyens qui disent ce qu’ils pensent, sans masque ni angoisses.

    Mila est le dos au mur. Abandonnée par la communauté LGBT, bien trop gauchiste et islamolâtre pour prendre son parti, et même dénoncée par de nombreux membres de cette communauté qui haïssent la liberté d’expression. Elle est prise au piège. La ministre de la « justice » elle-même, Nicole Belloubet, a affirmé que "l’insulte à la religion" constituait "évidemment une atteinte à la liberté de conscience". Par ces paroles, elle légitime les meutes anonymes de crétins harceleurs, les « purs » qui préparent le vitriol pour défigurer la gamine, les fanatiques qui aiguisent déjà leurs couteaux pour l’égorger, comme préconisé dans le coran (entre autres appels au meurtre : [Coran 5:33] La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas ; et dans l’au-delà̀, il y aura pour eux un énorme châtiment.)

    Et que dire de la désolante Ségo qui s’est dite « absolument pas Mila », préférant aboyer avec la meute islamiste contre l’adolescente en lui reprochant son « manque de respect ». Le « respect », cela signifie ni plus ni moins que le rétablissement du délit de blasphème. S’il faut « respecter » pour pouvoir critiquer, alors la critique n’existe plus. Car, dès la première critique, « l’irrespect » est déjà là, car ne pas être musulman et ne pas vouloir le devenir, c’est déjà un « manque de respect » envers l’islam.

    Et puis il y a les propos du ci-devant Abdallah Zekri, délégué général du Conseil Français du Culte Musulman, qui représente la communauté musulmane dans ses rapports avec l’État français : « Je dis que cette fille, elle sait très bien ce qu’elle faitQui sème le vent récolte la tempête. Cette fille, elle sait ce qu’elle a dit. Elle a pris ses responsabilités. Qu’elle critique les religions, je suis d’accord, mais d’insulter et tout ce qui s’ensuit… Maintenant, elle assume les conséquences de ce qu’elle a dit. » Ca veut dire : « Elle est coupable. Vous avez mon feu vert. J’innocente par avance les égorgeurs qui veulent la peau de Mila. »

    Le voilà, l’islam « modéré » ! Le voilà, l’islam de paix et de tolérance ! Le voilà, l’islam qui pleurniche à chaque attentat que « C’est pas ça, l’islam ! » Le voilà, l’islam qui voit de l’islamophobie partout. Le voilà l'islam ou les bourreaux se posent en victimes. Le voilà, le vrai, le seul et unique islam, l’officiel, interlocuteur de l’État. Une religion qui considère qu’une adolescente mérite qu’on appelle à l’assassiner parce qu’elle l’a insultée, est une religion qui mérite d’être insultée.

    -… teng ! C’est à hurler cette histoire Victor. Pourquoi on ne les entend pas les associations droits-de-l’hommistes, les associations LGTB.

    - Parce que la gauche, par lâcheté, est devenue la putain de l’islamisme. Ces associations se roulent dans la fange de leurs assourdissants silences. « Le silence de la plupart des associations qui font profession de défendre les femmes contre le sexisme – Mila est pourtant une femme harcelée par des hommes qui la menacent de viol. Le silence de la plupart des associations qui prétendent défendre les droits des LGBT – Mila est pourtant homosexuelle. Silence de complices, silence de lâches, silence de mort. Oui, cette semaine l’intersectionnalité est morte. Elle a révélé son vrai visage : veule, servile, à plat ventre devant le fanatisme religieux conquérant des islamistes. Raciste, aussi : Mila est blanche, et il ne faudrait pas se compromettre avec le « féminisme blanc ». Pontifiante, drapée dans une posture de supériorité morale qui ne parvient plus à masquer son abjection, l’intersectionnalité est un monstre qui préfère laisser rétablir le délit de blasphème dans le sang d’une adolescente, plutôt que de courir le risque de la protéger et de protéger la liberté aux côtés des « nauséabonds ». » écrit Aurélien Marcq dans Causeur.

    - Moi Victor, je rajouterais au nombre des silences coupables celui, tonitruant de Mélenchon. Oui, celui-là même pur lequel, autant toi que moi, Victor, avons voté, appelé à voter, tracté, affiché. Pas un mot…

    - C’est l’horreur d’une déception abyssale Loulle. Moi, il a définitivement chié dans mes bottes, ou mes tongs, lorsque, il y a quelques semaines, il a défilé avec les bigots de l’extrême droite islamiste aux cris « révolutionnaires" de « Allahou akbar ».

    - L’entendra-t-on si un jour cette gamine est assassinée au nom d’Allah, comme le suggère le CFCM ?

    - Derrière tout ce ramdam, Loulle, il y a l’islam politique qui profite de tous nos reculs pour avancer ses pions. L’islam politique comprend plusieurs chapelles – si l’on peut dire ! - englobant les frères musulmans, les salafistes, les djihadistes, les wahhabites, etc. Ils se concurrencent dans leur haine de tout ce qui n’est pas eux et avant tout de notre mode de vie occidental mais se retrouvent sur l’essentiel pour eux : leur fantasme de l’islamisation du monde, à commencer par l’Europe déjà fortement occupée et recevant un flot continu de « réfugiés » musulmans à travers des réseaux organisés bénéficiant de complaisances voire de complicités locales parmi les politiques, les « intellos », et toute la bobosphère islamogauchiste.

    - Jusqu’où nos sociétés reculeront-elles, paralysées par cette formidable idée des Droits de l’homme que nos ennemis retournent contre nous pour nous empêcher de nous défendre ?

    - Voilà où mène le fanatisme découlant logiquement de toutes ces névroses collectives appelées « religions du livre ». Peut-il en être autrement lorsque, de la naissance à la mort, chaque acte de la vie - de la manière de se laver à celle de manger, de la façon de chier et de se torcher le cul à celle de faire l’amour – est codifié, écrit, imposé. Aucune liberté, aucune marge de manœuvre, aucun libre arbitre, aucune critique admise. Il faut se soumettre ou mourir. Les musulmans ne sont-ils pas les premières victimes de ce cancer de l’esprit qu’est l’islam, une idéologie qui les façonne, leur pollue l’entendement et qu’il leur est interdit de quitter sous peine de mort ?

    Nos adversaires ou plutôt nos ennemis sont tous les fous d’allah, tous les nazislamistes et leurs idiots utiles, leurs larbins-crétins. Ils veulent liquider la liberté de critiquer, la séparation du politique et du religieux, l’égalité des sexes, la liberté de penser, de croire ou de ne pas croire. Pour eux, notre manière de vivre, nos valeurs sont l’horreur intégrale. Ils voudraient les remplacer, avec l’aide de leurs collabos, par la « douceur de vivre » sous la charia… Un univers islamiste qui n’est pas moins effrayant, étouffant, totalitaire que celui des nazis.

    - En attendant Victor, je te propose une tournée de blasphèmes. Tu préfères du rouge ou du blanc ?

    - Du rouge bien sûr. Et trinquons au courage de cette formidable Mila.

     

    Illustration: merci au regretté Chimulus