Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

résistance

  • Davos 2020 : les vols des vautours.

    davos Frep.jpg

     

    Coucou, les revoilou ! Les vautours sont, comme chaque année, de retour pour leur raout annuel à Davos. En volant bien sûr, dans les deux acceptions du terme. Avec 1500 jets privés, 11 % de plus que l’année derrière. Il est vrai que le thème principal, cette année est de savoir comment rendre les entreprises plus respectueuses du climat. Ben voyons…

    « Ils » vont débattre de l’avenir du monde. Cette année, parmi leurs « préoccupations » principales, les risques dont « ils » considèrent que l’impact sera le plus fort, trois des cinq premiers sont liés à l’environnement : Inaction climatique, armes de destruction massives, perte de biodiversité, changement climatique, crises de l’eau. Ces menaces découlent directement de leurs actions, plutôt de leurs méfaits. Vont-ils y remédier ? Eh ! Oh ! En paroles peut-être…

    Des paroles, il va y en avoir. En particulier celles, à l’opposé, de Greta Thunberg, représentante virulente de la jeunesse accusatrice du monde, et de Donald Trump.

    Sainte Greta, templière de la lutte contre le réchauffement climatique : "Nous venons d’entrer dans une nouvelle décennie, une décennie où chaque mois et chaque jour seront absolument cruciaux pour décider de ce que sera l’avenir", écrit-elle avant de demander l’arrêt immédiat de toutes les énergies fossiles. "Pour certains, il peut sembler que nous demandons beaucoup. Mais ce n’est que le minimum d’effort nécessaire pour amorcer une transition rapide et durable. Le fait que cela n’ait pas encore été fait - en 2020 - est, très franchement, une honte". Elle ajoute : "Tout ce qui n’irait pas dans le sens d’un arrêt immédiat de ces investissements dans l’industrie des combustibles fossiles serait une trahison envers la vie elle-même".

    À l’opposé, Donald Trump, docteur Folamour (non, plutôt Folàhaine) pour qui le réchauffement climatique est une rumeur lancée par les ennemis chinois, avec qui les énergies fossiles tournent à plein régime. Pour lui, l’urgence n’est pas climatique mais géopolitique avec la crise en Iran.

    Et puis la parole de l’organisateur du raout davosien Klaus Schwab : "Le monde est en état d’urgence et la fenêtre pour agir est en train de se refermer […] Nous ne voulons pas faire face à une désintégration politique et économique continue, nous ne voulons pas atteindre le moment où le changement climatique sera irréversible". Il ajoute : "Mon rêve pour Davos est d’amener les gros investisseurs à ne financer que des investissements qui ne nuisent pas à l’environnement".

    Et encore le rapport Global Risks qui n’omet pas non plus le risque social, au moment où plusieurs pays du monde font face à de vastes mobilisations. "Le mécontentement des citoyens s’est durci avec des systèmes qui n’ont pas réussi à favoriser la promotion sociale. La désapprobation de la manière dont les gouvernements abordent les problèmes économiques et sociaux profonds a déclenché des protestations dans le monde entier, affaiblissant potentiellement la capacité des gouvernements à prendre des mesures décisives en cas de récession", alertent les auteurs.

    Paroles, paroles, paroles…

    En 2019 : les 1 % les plus riches de la planète possèdent désormais plus du double du reste de l’humanité, soit 92 % de la population mondiale. "Une minorité d’hommes blancs se taille la part du lion" résume l’ONG Oxfam, et le rythme de réduction de la pauvreté est deux fois inférieur à celui de 2013. "Les inégalités sont au cœur de fractures et de conflits sociaux partout dans le monde. Elles ne sont pas une fatalité, elles sont le résultat de politiques sociales et fiscales qui réduisent la participation des plus riches - entreprises et particuliers - à l’effort de solidarité par l’impôt et fragilisent le financement des services publics. Transports, éducation, santé, système de retraites sont sacrifiés."

    La France de Macron ne fait pas exception à cette tendance générale avec 41 milliardaires, quatre fois plus qu’après la crise financière de 2008 ! Eh ! Oh) Et de quoi ils se plaignent les Gilets jaunes ? Et la CGT ? On est riches, merde ! Mouais… Enfin, pas tous…

    Mais qui sont-ils ces soi-disant « maîtres du monde » pour prétendre à cet extraordinaire pouvoir ? Qui les a choisis ? Qui les a élus ? Qui représentent-ils ? Devant qui sont-ils responsables ? Ils sont les représentants de quelques centaines d’officines financières et de compagnies multinationales qui mettent la terre en coupe réglée, qui réduisent au quasi-esclavage l’essentiel de l’humanité, qui saccagent la planète au profit de quelques milliers, allez, soyons larges, quelques dizaines de milliers de parasites. Élus par personne évidemment si ce n’est par ces cercles mafieux qui se camouflent sous le nom de « conseils d’administrations ».

    Ils sont les « apôtres » de la mondialisation, de la dérégulation sans freins, de la croissance à tous crins. Résultat de l’action de ces nuisibles : la planète dévastée, le climat déréglé, la clochardisation généralisée des populations laborieuses, l’accaparement des richesses mondiales au profit d’une poignée d’escrocs cupides et veules, la défaite des démocraties, le règne des dictatures, l’abrutissement des foules par l’obscurantisme religieux. Quant aux « politiques » qui se montrent à ce bal des sorcières, ils ne sont que les marionnettes de ces crapules.

    Ce qu’ils appellent « stabilité mondiale », c’est le maintien sans trop de problèmes de leur mainmise sur l’économie du monde. Que les pauvres s’appauvrissent un peu plus, ils s’en branlent complètement. Mais ils ne sont pas tranquilles, comme s’il y avait des cailloux dans leur caviar. Ces cailloux, ce sont la poudrière du Moyen-Orient, le terrorisme islamique, les ratés du moteur chinois, le déferlement des migranvahisseurs, la montée de la dictaturocratie en Europe, sans oublier le bordel généré par le changement climatique. etc.

    Pendant ce temps, dans le monde entier – au Chili, en Algérie, au Liban, à Hong Kong, en France, et ailleurs – la « populasse » se réveille, occupe la rue, demande le dégagement de personnels politiques corrompus et bientôt mettra peut-être bien des têtes sur des piques…

    « Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux » à écrit, ou pas, Étienne de la Boétie.


    Illustration: merci à Frep



  • TRAVAILLEZ ! COTISEZ ! PUIS CREVEZ !

    x

    Lire la suite

  • Nicole Belloubet, ministre de la Justice : la France va vraisemblablement rapatrier ses djihadistes

    djihadistes brûlant leur passeport.jpg

    J’ai entendu plus qu’écouté, ce matin, un invité de France Inter s’indigner que l’on puisse redouter voire refuser le retour en France des djihadistes français prisonniers des Kurdes. La ministre de la justice elle-même l’envisage. Ma foi, toutes les opinions peuvent s’exprimer. Le mec qui parlait est, paraît-il un bavard de haute lige. Avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation, il a défendu aussi bien le président Nicolas Sarkozy que le tueur Yvan Colonna, Google et les VTC (voitures de tourisme avec chauffeur) et la Ligue de Football Professionnel. Il a obtenu du Conseil d’État la suspension d’un arrêté municipal qui interdisait le port du burkini sur la plage. Il a aussi obtenu plusieurs décisions dans le domaine du droit des étrangers, notamment comme avocat de la Cimade (association de solidarité active et de soutien politique aux migrants, aux réfugiés et aux déplacés, aux demandeurs d’asile et aux étrangers en situation irrégulière.)

    On comprend dès lors son attitude de défense de ces encombrants djihadistes « français ». Français qui ont, rappelons-le, brûlé leur passeport français, pris les armes contre la France, tué des « compatriotes » mais qui redécouvrent leur pays lorsqu’ils sentent la corde…

    Ce qui anime ces gens, c’est paraît-il un esprit de revanche contre les exactions, les humiliations, les spoliations subies par leurs pays d’origine de la part du colonisateur français. En oubliant que le Maghreb d’où ils viennent a lui-même été colonisé par des hordes de Bédouins sanguinaires, en oubliant les razzias sur les côtes de France, les massacres, la mise en esclavage sexuel des femmes capturées.

    Ce mépris des Français en raison de la colonisation, on le retrouve aussi dans les cours d’écoles, on le lit également dans les commentaires sur les réseaux sociaux, on l’entend même sur les plateaux de télévision. Car du djihadiste à la racaille du collège en passant par la « beurgeoisie » médiatisée, on observe toujours les deux mêmes ressorts : le mépris plus ou moins exprimé des nôtres (le blanc, le Français, nos ancêtres responsables de tous les maux) et le sentiment de revanche. Entre la haine affichée à notre égard par la racaille, le djihadiste et le « militant anti-colonial » de la 25e heure, il y a une différence de degrés, mais pas de nature.

    Et nous, comme des lâches, on subit ces insultes, ces crachats, ces assassinats de femmes, conditionnés que nous sommes par les propos de ces gens qui bavent dans les machines à bruits et dans les étranges lucarnes. Des propos de culpabilisation à notre encontre. Des propos proférés par les idiots utiles de l’islamisme, beaucoup issus - hélas – de cette gauche devenue la putain des islamistes, qui « comprennent », voire magnifient au contraire les actions meurtrières de ceux qu’il faut bien appeler nos ennemis.

    Mais cet esprit de revanche, très ambigu, pas très noble, est tout de même celui qui a permis la « Reconquista » espagnole. Puisse-t-il enfin réveiller un peuple qui en aura bientôt marre de baisser la tête, de compter ses morts, de voir ses terres sournoisement envahies, de voir ses valeurs et sa manière de vivre et de penser rejetées, de voir son honneur foulé aux pieds.

    Alors non, Monsieur le bavard du poste, ces djihadistes ne doivent pas revenir chez nous. Ces tarés représentent un danger redoutable pour notre pays s’ils rentrent au bercail… Ils se prétendent des guerriers, qu'ils meurent en guerriers. Pour éviter ce danger, il faut faire en sorte qu’ils ne rentrent JAMAIS au « bercail ». Nos dirigeants nous serinent que nous sommes en guerre contre ces nazislamistes. Ce sont donc les lois de la guerre qui doivent s’appliquer, pas le droit commun. Ces gens – jeunes, moins jeunes, hommes, femmes – qui partent s’engager dans les rangs de nos ennemis, qui tuent les ennemis de nos ennemis, donc nos amis, doivent savoir que s’ils partent, c’est un billet sans retour. En temps de guerre, les citoyens d’un pays qui passent à l’ennemi sont des traîtres, des déserteurs et doivent être traités comme tels. La réponse du pays trahi doit être sans ambiguïté : douze balles dans la peau si on les attrape. Mais la république est généreuse, on n’enverra pas la facture des balles à leur famille ! Comme les Chinois !

    Nous, les « Zoccis-dentaux » et surtout nous, les Français, nous sommes les grands naïfs, les babets, les crétins, les nessis, les simplets du village mondial. On s’empêtre dans des considérations morales contre des ennemis qui se torchent allègrement l’oignon avec toute morale. On cède devant les jérémiades de « droit-de-l’hommistes » bêlants qui sont autant d’idiots utiles des nazislamistes. On est en guerre ? Alors faisons la guerre. Sans dentelle.

    La guerre, c’est la mort, c’est la trouille, c’est l’angoisse, la peur panique, les cris, le bruit, la souffrance, le deuil, les massacres, les flammes qui brûlent, les bouts de fer qui hachent la viande. La guerre, ça sent la merde du pauvre type qui se chie dessus de peur, ça sent cette odeur âcre, doucereuse des corps gonflés qui grouillent de vers, ce sont les tripes irisées sous le soleil, ça sent la poudre, le feu, la mort, la mort, toujours la mort.

    Alors si on fait la guerre, on n’accepte pas de prendre le risque de voir dix, cent, mille traîtres abrutis par la propagande ennemie rentrer « au pays » et y semer la mort la plus lâche, celle des attentats aveugles. Ces gens qui sont partis faire le « djihad », il faut les détruire, les tuer dès qu’on les a « logés » comme disent les flics. Il faut qu’ils sachent qu’ils ne rentreront jamais « au bercail », sinon les pieds devant…

     

    Photo X - Droits réservés