Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

religion

  • Grande voix. Fawzia Zouari :  « Jour de colère »

    Fawzia-Zouari_1412.jpegFawzia Zouari, écrivaine, journaliste tunisienne,
    docteur en littérature française et comparée de la Sorbonne,
    a publié cet article ras-le-bol dans Jeune Afrique :

    ------------------------
    "Il y a des jours où je regrette d’être née arabe.

    Les jours où je me réveille devant le spectacle de gueules hirsutes prêtes à massacrer au nom d’Allah et où je m’endors avec le bruit des explosions diffusées sur fond de versets coraniques.

    — Les jours où je regarde les cadavres joncher les rues de Bagdad ou de Beyrouth par la faute des kamikazes; où des cheikhs manchots et aveugles s’arrogent le droit d’émettre des fatwas parce qu’ils sont pleins comme des outres de haine et de sang; où je vois des petites filles, les unes courir protéger de leur corps leur mère qu’on lapide, et les autres revêtir la robe de mariée à l’âge de 9 ans.

    — Et puis ces jours où j’entends des mamans chrétiennes confier en sanglotant que leur progéniture convertie à l’islam refuse de les toucher sous prétexte qu’elles sont impures.

    — Quand j’entends pleurer ce père musulman parce qu’il ne sait pas pourquoi son garçon est allé se faire tuer en Syrie.

    — À l’heure où celui-ci parade dans les faubourgs d’Alep, kalachnikov en bandoulière, en attendant de se repaître d’une gamine venue de la banlieue de Tunis ou de Londres, à qui l’on a fait croire que le viol est un laissez-passer pour le paradis.

    — Ces jours où je vois les Bill Gates dépenser leur argent pour les petits Africains et les François Pinault pour les artistes de leur continent, tandis que les cheikhs du Golfe dilapident leur fortune dans les casinos et les maisons de charme (bordels) et qu’il ne vient pas à l’idée des nababs du Maghreb de penser au chômeur qui crève la faim, au poète qui vit en clandestin, à l’artiste qui n’a pas de quoi s’acheter un pinceau.

    — Et tous ces croyants qui se prennent pour les inventeurs de la poudre alors qu’ils ne savent pas nouer une cravate, et je ne parle pas de leur incapacité à fabriquer une tablette ou une voiture.
    Les mêmes qui dénombrent les miracles de la science dans le Coran et sont dénués du plus petit savoir capable de faire reculer les maladies.

    — Ces prêcheurs pleins d’arrogance qui vomissent l'Occident, bien qu’ils ne puissent se passer de ses portables, de ses médicaments, de ses progrès en tous genres.

    — Et la cacophonie de ces "révolutions" qui tombent entre des mains obscurantistes comme le fruit de l’arbre.

    — Ces islamistes qui parlent de démocratie et n’en croient pas un mot, qui clament le respect des femmes et les traitent en esclaves.

    — Et ces gourdes qui se voilent et se courbent au lieu de flairer le piège, qui revendiquent le statut de coépouse, de complémentaire, de moins que rien !

    — Et ces "niqabées" qui, en Europe, prennent un malin plaisir à choquer le bon Gaulois ou le bon Belge comme si c’était une prouesse de sortir en scaphandrier ! Comme si c’était une manière de grandir l’islam que de le présenter dans ses atours les plus rétrogrades.

    Ces jours, enfin, où je cherche le salut et ne le trouve nulle part, même pas auprès d’une élite intellectuelle arabe qui sévit sur les antennes et ignore le terrain, qui vitupère le jour et finit dans les bars la nuit, qui parle principes et se vend pour une poignée de dollars, qui fait du bruit et qui ne sert à rien !

    Voilà, c’était mon quart d’heure de colère contre les miens... Souhaitons que l'Occident ouvre les yeux.…"

    Fawzia Zouari

     

    Photo X - Droits réservés

  • Au bistro de la Toile : « JE NE VEUX PAS MOURIR… »

    chimulus bistrot.jpg

     

    « La passion de toute une vie terminée en poussière restera pourtant ancrée en moi.

    Pour quelques mots absurdes, ils ont détruit ma vie et mes rêves.

    Alors de cette voix brisée je chante une dernière.

    Pour un blasphème je ne vivrai plus jamais comme avant.

    À vrai dire je ne sais pas si je vais vivre encore longtemps.

    Je ne veux pas mourir. »



    - C’est joli ça Victor. Mais c’est aussi bouleversant qu’effrayant. C’est de qui ?

    - C’est d’une jeune fille de seize ans. Lumineuse, courageuse. Une jeune fille condamnée à être violée, dépecée, enterrée vivante, égorgée, lapidée…

    - Qu’est-ce que tu racontes Victor ?

    Evidemment si tu cherches dans Libération, dans Le Monde, ou – hélas – même dans Médiapart, tu n’auras pas beaucoup d’information sur cette affaire.

    - Bon, accouche. Il s’agit de quoi ?

    - Il s’agit d’une jeune fille accro aux réseaux dits « sociaux » (on se demande bien pourquoi « sociaux »…) et qui, importunée par un « follower » lourdingue, la envoyé promener, lui précisant qu’elle était lesbienne. Vexé, ce dernier explose de colère et agonit Mila d’injures à caractère raciste, misogyne et homophobe. Rapidement, d’autres internautes se joignent aux hostilités et l’invectivent à leur tour : « Sale blanche », « gouine », « Française de merde », le tout mâtiné d’imprécations religieuses : « Inch’allah tu meurs sale pute », « pétasse, d’où tu dis ça notre dieu Allah c’est le seul et l’unique, j’espère que tu vas brûler en enfer. »

    L’essentiel de ces importuns devait être des « chances pour la France ». Ils ont fait dériver l’e-altercation vers la religion et ont pourri en meute la gamine, lui promettant de la foutre à poil dans son lycée, de la violer et autres joyeusetés. Elle les a vertement envoyés chier. Avec les mots crus de la jeunesse d’aujourd’hui, elle leur a dit en substance : « Je déteste la religion […] le Coran, il n’y a que de la haine là-dedans, l’islam, c’est de la merde. […] Votre Dieu, je lui mets un doigt dans le trou du cul ».

    - Moi, Victor, je trouve que la jeune Mila "a des couilles" même si pour une lesbienne, même punk, ça interpelle. Et puis enfin Victor ces propos me semble au contraire très altruistes : cette jeune fille s’inquiète de la santé d’un dieu et se propose de vérifier l’état de sa prostate. N’est-ce pas un geste d’amour ?

    - Ah ! Ah ! Ah ! Bravo pour l’humour. Mais chez ces gens-là Loulle, l’humour n’existe pas. Cette ado menacée de viol et d’égorgement, risque le lynchage pur et simple par les innombrables racailles et autres apprentis djihadistes rôdant en France à la recherche d’une proie facile. Cette ado est sans défense. Elle n’a pas de parti, pas d’association, pas de mouvement pour la protéger. Seule contre une gigantesque meute de prédateurs, cible vivante en réel danger de mort, elle doit impérativement être soutenue et protégée. Non seulement par le peuple, mais aussi par l’État. Son seul crime est d’avoir fait un usage plein et entier de la liberté d’expression. Or, cet usage est tout sauf un crime. C’est même une vertu politique. La France a d’urgence besoin de citoyennes et de citoyens qui disent ce qu’ils pensent, sans masque ni angoisses.

    Mila est le dos au mur. Abandonnée par la communauté LGBT, bien trop gauchiste et islamolâtre pour prendre son parti, et même dénoncée par de nombreux membres de cette communauté qui haïssent la liberté d’expression. Elle est prise au piège. La ministre de la « justice » elle-même, Nicole Belloubet, a affirmé que "l’insulte à la religion" constituait "évidemment une atteinte à la liberté de conscience". Par ces paroles, elle légitime les meutes anonymes de crétins harceleurs, les « purs » qui préparent le vitriol pour défigurer la gamine, les fanatiques qui aiguisent déjà leurs couteaux pour l’égorger, comme préconisé dans le coran (entre autres appels au meurtre : [Coran 5:33] La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas ; et dans l’au-delà̀, il y aura pour eux un énorme châtiment.)

    Et que dire de la désolante Ségo qui s’est dite « absolument pas Mila », préférant aboyer avec la meute islamiste contre l’adolescente en lui reprochant son « manque de respect ». Le « respect », cela signifie ni plus ni moins que le rétablissement du délit de blasphème. S’il faut « respecter » pour pouvoir critiquer, alors la critique n’existe plus. Car, dès la première critique, « l’irrespect » est déjà là, car ne pas être musulman et ne pas vouloir le devenir, c’est déjà un « manque de respect » envers l’islam.

    Et puis il y a les propos du ci-devant Abdallah Zekri, délégué général du Conseil Français du Culte Musulman, qui représente la communauté musulmane dans ses rapports avec l’État français : « Je dis que cette fille, elle sait très bien ce qu’elle faitQui sème le vent récolte la tempête. Cette fille, elle sait ce qu’elle a dit. Elle a pris ses responsabilités. Qu’elle critique les religions, je suis d’accord, mais d’insulter et tout ce qui s’ensuit… Maintenant, elle assume les conséquences de ce qu’elle a dit. » Ca veut dire : « Elle est coupable. Vous avez mon feu vert. J’innocente par avance les égorgeurs qui veulent la peau de Mila. »

    Le voilà, l’islam « modéré » ! Le voilà, l’islam de paix et de tolérance ! Le voilà, l’islam qui pleurniche à chaque attentat que « C’est pas ça, l’islam ! » Le voilà, l’islam qui voit de l’islamophobie partout. Le voilà l'islam ou les bourreaux se posent en victimes. Le voilà, le vrai, le seul et unique islam, l’officiel, interlocuteur de l’État. Une religion qui considère qu’une adolescente mérite qu’on appelle à l’assassiner parce qu’elle l’a insultée, est une religion qui mérite d’être insultée.

    -… teng ! C’est à hurler cette histoire Victor. Pourquoi on ne les entend pas les associations droits-de-l’hommistes, les associations LGTB.

    - Parce que la gauche, par lâcheté, est devenue la putain de l’islamisme. Ces associations se roulent dans la fange de leurs assourdissants silences. « Le silence de la plupart des associations qui font profession de défendre les femmes contre le sexisme – Mila est pourtant une femme harcelée par des hommes qui la menacent de viol. Le silence de la plupart des associations qui prétendent défendre les droits des LGBT – Mila est pourtant homosexuelle. Silence de complices, silence de lâches, silence de mort. Oui, cette semaine l’intersectionnalité est morte. Elle a révélé son vrai visage : veule, servile, à plat ventre devant le fanatisme religieux conquérant des islamistes. Raciste, aussi : Mila est blanche, et il ne faudrait pas se compromettre avec le « féminisme blanc ». Pontifiante, drapée dans une posture de supériorité morale qui ne parvient plus à masquer son abjection, l’intersectionnalité est un monstre qui préfère laisser rétablir le délit de blasphème dans le sang d’une adolescente, plutôt que de courir le risque de la protéger et de protéger la liberté aux côtés des « nauséabonds ». » écrit Aurélien Marcq dans Causeur.

    - Moi Victor, je rajouterais au nombre des silences coupables celui, tonitruant de Mélenchon. Oui, celui-là même pur lequel, autant toi que moi, Victor, avons voté, appelé à voter, tracté, affiché. Pas un mot…

    - C’est l’horreur d’une déception abyssale Loulle. Moi, il a définitivement chié dans mes bottes, ou mes tongs, lorsque, il y a quelques semaines, il a défilé avec les bigots de l’extrême droite islamiste aux cris « révolutionnaires" de « Allahou akbar ».

    - L’entendra-t-on si un jour cette gamine est assassinée au nom d’Allah, comme le suggère le CFCM ?

    - Derrière tout ce ramdam, Loulle, il y a l’islam politique qui profite de tous nos reculs pour avancer ses pions. L’islam politique comprend plusieurs chapelles – si l’on peut dire ! - englobant les frères musulmans, les salafistes, les djihadistes, les wahhabites, etc. Ils se concurrencent dans leur haine de tout ce qui n’est pas eux et avant tout de notre mode de vie occidental mais se retrouvent sur l’essentiel pour eux : leur fantasme de l’islamisation du monde, à commencer par l’Europe déjà fortement occupée et recevant un flot continu de « réfugiés » musulmans à travers des réseaux organisés bénéficiant de complaisances voire de complicités locales parmi les politiques, les « intellos », et toute la bobosphère islamogauchiste.

    - Jusqu’où nos sociétés reculeront-elles, paralysées par cette formidable idée des Droits de l’homme que nos ennemis retournent contre nous pour nous empêcher de nous défendre ?

    - Voilà où mène le fanatisme découlant logiquement de toutes ces névroses collectives appelées « religions du livre ». Peut-il en être autrement lorsque, de la naissance à la mort, chaque acte de la vie - de la manière de se laver à celle de manger, de la façon de chier et de se torcher le cul à celle de faire l’amour – est codifié, écrit, imposé. Aucune liberté, aucune marge de manœuvre, aucun libre arbitre, aucune critique admise. Il faut se soumettre ou mourir. Les musulmans ne sont-ils pas les premières victimes de ce cancer de l’esprit qu’est l’islam, une idéologie qui les façonne, leur pollue l’entendement et qu’il leur est interdit de quitter sous peine de mort ?

    Nos adversaires ou plutôt nos ennemis sont tous les fous d’allah, tous les nazislamistes et leurs idiots utiles, leurs larbins-crétins. Ils veulent liquider la liberté de critiquer, la séparation du politique et du religieux, l’égalité des sexes, la liberté de penser, de croire ou de ne pas croire. Pour eux, notre manière de vivre, nos valeurs sont l’horreur intégrale. Ils voudraient les remplacer, avec l’aide de leurs collabos, par la « douceur de vivre » sous la charia… Un univers islamiste qui n’est pas moins effrayant, étouffant, totalitaire que celui des nazis.

    - En attendant Victor, je te propose une tournée de blasphèmes. Tu préfères du rouge ou du blanc ?

    - Du rouge bien sûr. Et trinquons au courage de cette formidable Mila.

     

    Illustration: merci au regretté Chimulus

  • Nicole Belloubet, ministre de la Justice : la France va vraisemblablement rapatrier ses djihadistes

    djihadistes brûlant leur passeport.jpg

    J’ai entendu plus qu’écouté, ce matin, un invité de France Inter s’indigner que l’on puisse redouter voire refuser le retour en France des djihadistes français prisonniers des Kurdes. La ministre de la justice elle-même l’envisage. Ma foi, toutes les opinions peuvent s’exprimer. Le mec qui parlait est, paraît-il un bavard de haute lige. Avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation, il a défendu aussi bien le président Nicolas Sarkozy que le tueur Yvan Colonna, Google et les VTC (voitures de tourisme avec chauffeur) et la Ligue de Football Professionnel. Il a obtenu du Conseil d’État la suspension d’un arrêté municipal qui interdisait le port du burkini sur la plage. Il a aussi obtenu plusieurs décisions dans le domaine du droit des étrangers, notamment comme avocat de la Cimade (association de solidarité active et de soutien politique aux migrants, aux réfugiés et aux déplacés, aux demandeurs d’asile et aux étrangers en situation irrégulière.)

    On comprend dès lors son attitude de défense de ces encombrants djihadistes « français ». Français qui ont, rappelons-le, brûlé leur passeport français, pris les armes contre la France, tué des « compatriotes » mais qui redécouvrent leur pays lorsqu’ils sentent la corde…

    Ce qui anime ces gens, c’est paraît-il un esprit de revanche contre les exactions, les humiliations, les spoliations subies par leurs pays d’origine de la part du colonisateur français. En oubliant que le Maghreb d’où ils viennent a lui-même été colonisé par des hordes de Bédouins sanguinaires, en oubliant les razzias sur les côtes de France, les massacres, la mise en esclavage sexuel des femmes capturées.

    Ce mépris des Français en raison de la colonisation, on le retrouve aussi dans les cours d’écoles, on le lit également dans les commentaires sur les réseaux sociaux, on l’entend même sur les plateaux de télévision. Car du djihadiste à la racaille du collège en passant par la « beurgeoisie » médiatisée, on observe toujours les deux mêmes ressorts : le mépris plus ou moins exprimé des nôtres (le blanc, le Français, nos ancêtres responsables de tous les maux) et le sentiment de revanche. Entre la haine affichée à notre égard par la racaille, le djihadiste et le « militant anti-colonial » de la 25e heure, il y a une différence de degrés, mais pas de nature.

    Et nous, comme des lâches, on subit ces insultes, ces crachats, ces assassinats de femmes, conditionnés que nous sommes par les propos de ces gens qui bavent dans les machines à bruits et dans les étranges lucarnes. Des propos de culpabilisation à notre encontre. Des propos proférés par les idiots utiles de l’islamisme, beaucoup issus - hélas – de cette gauche devenue la putain des islamistes, qui « comprennent », voire magnifient au contraire les actions meurtrières de ceux qu’il faut bien appeler nos ennemis.

    Mais cet esprit de revanche, très ambigu, pas très noble, est tout de même celui qui a permis la « Reconquista » espagnole. Puisse-t-il enfin réveiller un peuple qui en aura bientôt marre de baisser la tête, de compter ses morts, de voir ses terres sournoisement envahies, de voir ses valeurs et sa manière de vivre et de penser rejetées, de voir son honneur foulé aux pieds.

    Alors non, Monsieur le bavard du poste, ces djihadistes ne doivent pas revenir chez nous. Ces tarés représentent un danger redoutable pour notre pays s’ils rentrent au bercail… Ils se prétendent des guerriers, qu'ils meurent en guerriers. Pour éviter ce danger, il faut faire en sorte qu’ils ne rentrent JAMAIS au « bercail ». Nos dirigeants nous serinent que nous sommes en guerre contre ces nazislamistes. Ce sont donc les lois de la guerre qui doivent s’appliquer, pas le droit commun. Ces gens – jeunes, moins jeunes, hommes, femmes – qui partent s’engager dans les rangs de nos ennemis, qui tuent les ennemis de nos ennemis, donc nos amis, doivent savoir que s’ils partent, c’est un billet sans retour. En temps de guerre, les citoyens d’un pays qui passent à l’ennemi sont des traîtres, des déserteurs et doivent être traités comme tels. La réponse du pays trahi doit être sans ambiguïté : douze balles dans la peau si on les attrape. Mais la république est généreuse, on n’enverra pas la facture des balles à leur famille ! Comme les Chinois !

    Nous, les « Zoccis-dentaux » et surtout nous, les Français, nous sommes les grands naïfs, les babets, les crétins, les nessis, les simplets du village mondial. On s’empêtre dans des considérations morales contre des ennemis qui se torchent allègrement l’oignon avec toute morale. On cède devant les jérémiades de « droit-de-l’hommistes » bêlants qui sont autant d’idiots utiles des nazislamistes. On est en guerre ? Alors faisons la guerre. Sans dentelle.

    La guerre, c’est la mort, c’est la trouille, c’est l’angoisse, la peur panique, les cris, le bruit, la souffrance, le deuil, les massacres, les flammes qui brûlent, les bouts de fer qui hachent la viande. La guerre, ça sent la merde du pauvre type qui se chie dessus de peur, ça sent cette odeur âcre, doucereuse des corps gonflés qui grouillent de vers, ce sont les tripes irisées sous le soleil, ça sent la poudre, le feu, la mort, la mort, toujours la mort.

    Alors si on fait la guerre, on n’accepte pas de prendre le risque de voir dix, cent, mille traîtres abrutis par la propagande ennemie rentrer « au pays » et y semer la mort la plus lâche, celle des attentats aveugles. Ces gens qui sont partis faire le « djihad », il faut les détruire, les tuer dès qu’on les a « logés » comme disent les flics. Il faut qu’ils sachent qu’ils ne rentreront jamais « au bercail », sinon les pieds devant…

     

    Photo X - Droits réservés