Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cuisine

  • Bienvenue à l’honorable Koro Navirhus qui arrive à pied par la Chine !

    coronavirus.jpg

     

    Eh oui, bienvenue et merci à l’honorable Koro Navirhus. Il réussit quasi miraculeusement à mettre en route ce pour quoi les écolos de tous bords et les simples gens sensés luttent depuis des décennies : la relocalisation des industries parce qu’ils découvrent (??!!) qu’il est dangereux de concentrer ses achats auprès d’un seul et même pays, en cas de catastrophes naturelles, de conflits armés ou comme actuellement d’épidémie. L’honorable Koro Navirhus donnerait-il accès au bon sens à ces « élites » qui ne connaissent que le profit à court terme ?

    Déjà des décideurs économiques réfléchissent à des solutions de relocalisation pour l’avenir. Oh, pas d’illusion, ce n’est pas par soucis pour la planète mais surtout par le fait que cela apporte bien des avantages : - protection contre les problèmes d’approvisionnement que nous connaissons aujourd’hui ; - réduction des coûts en termes de transport et de logistique ; - diminution conséquente de l’impact carbone, une aubaine économique alors que l’Europe réfléchit à une taxation plus importante de ces émissions de gaz ; - réindustrialisation de nos territoires, créatrice d’emploi et donc à termes bénéfiques à toutes les entreprises mais aussi à la société française.

    Et puisque quand la Chine tousse l’économie mondiale tremble et attrape le cagagne, cerises sur le gâteau, les taux d’intérêt baissent, le prix du pétrole plonge, le tourime-pourisme s’effondre, les trouillards de la bourse se ruent sur les valeurs « refuges » que sont le dollar et le yen qui par conséquent montent, rendant les produits européens plus compétitifs à l’export, la consommation-gaspillage en prend un coup et donc la sacro-sainte « croissance mondiale » stagne, etc.

    Formidable non ?

    En Chine, les principales régions touchées par ce nouveau virus sont aussi celles qui concentrent le plus grand nombre de sous-traitants pour les économies occidentales : le Zhejiang, le Guangdong et le Henan. Pour endiguer l’épidémie, de nombreuses usines sont fermées à titre préventif, entraînant une rupture de la chaîne d’approvisionnement. Et pour le bien-être des populations locales, la pollution diminue… et sauve plus de monde que ce que le coronavirus en tue !

    Étonnant non ?

    Tous les jours, les machines à bruits et les lucarnes à décerveler nous assènent le nombre de morts quotidiens dus au virus en Chine. De 3 à 400 au début de l’épidémie à 40 à 50 aujourd’hui. Sur le milliard et demi de Chinois, c’est quoi ? Rien (sauf évidemment les pas veinards que ça touche). Et puis « 2019-nCoV » - c’est le nom en novlangue pour ne pas « stigmatiser » la Chine - semble globalement moins dangereux que la grippe saisonnière. Il ne tue que des organismes malades ou fragilisés et ne semble pas s’en prendre aux enfants ni même aux jeunes puisqu’on ne compte aucun décès parmi les moins de 25 ans.

    « 2019-nCoV » tue principalement par pneumonie, c’est-à-dire par une inflammation des poumons. Or les enfants ont des poumons sains, en pleine santé. Au contraire, les Chinois de la région de Hubei ont toutes les raisons d’avoir des poumons en très mauvais état. D’abord parce que la ville de Wuhan est ultra-polluée : 70 microgrammes de particules par mètre cube d’air, contre 15 à 20 dans les villes occidentales les plus polluées ! En plus les Chinois mâles sont de très gros fumeurs, ce qui n’arrange pas les choses et explique pourquoi ce coronavirus infecte et tue beaucoup plus les hommes que les femmes en Chine.

    Autrement dit Si vous êtes non-fumeur, en bonne santé, et que vous n’êtes pas né dans une région ultra-polluée comme Wuhan, vous n’avez pas grand-chose à craindre du coronavirus « 2019-nCoV ».

    Au fait d’où vient-il ce drôle de coco (ronavirus) ? On nous parle de chauve-souris, de pangolins… Bof. Pourquoi pas, ces animaux peuvent effectivement être des réservoirs immunisés de ce virus. Mais pour qu’il affecte les humains, il faut que ceux-ci aillent faire chier ces braves chauves-souris ou ces pauvres pangolins, non ? Pour les bouffer ou pour d’obscurs bienfaits dans la pharmacopée chinoise. Et deviennent eux-mêmes les vecteurs du virus.

    Les mauvaises langues disent même que « 2019-nCoV » se serait échappé… d’un laboratoire ! Bof, voilà le complot maintenant… Sauf que sur des centaines de villes chinoises, l’épidémie mondiale d’un nouveau coronavirus, jamais vu auparavant, se déclenche… dans la seule ville chinoise où les meilleurs scientifiques du pays étudient les coronavirus, en particulier ceux des chauves-souris ? Soit c’est une étonnante coïncidence, soit le virus s’est échappé d’un laboratoire où il était étudié, probablement en contaminant un chercheur qui l’a ensuite transmis à son insu à la population. Bref, il y a de bonnes chances que le virus soit parfaitement « naturel » mais que l’épidémie a été causée par un accident de laboratoire.

    Le virus le plus dangereux dans cette affaire, c’est celui de la peur propagé par les me (r) dias « main stream » : villes en quarantaine en Italie, économie considérablement ralentie, activités sportives, culturelle stoppées, achats massifs de masques qui ne protègent contre rien, etc. À quand un vaccin ou un traitement miraculeux et fort opportun sorti des usines de ces bienfaiteurs de l’humanité que sont les labos pharmaceutiques ? Comme les millions de « vaccins Bachelot »…

    Des pandémies, il en arrivera fatalement une bientôt. Ravageuse. Mais pas celle-là.

    Tè ! Moi j’ai trouvé le remède : ce midi magret de canard et Côtes-du-Rhône rouge !

    Et à l'entrée, pourquoi pas ça?

    VIDEO-2020-01-31-19-09-362.mp4

    Où ça?

    VIDEO-2020-01-31-19-09-271.mp4

    VIDEO-2020-01-31-19-09-374.mp4

    Et pour fortifier les enfants, mieux que l'huile de foie de morue:

    VIDEO-2020-01-31-19-09-36(1)3.mp4

     

     

    Illustrations X - Droits réservés

     

  • Ouiquinde gastronomique: L’andouille au Côte-du-Rhône

    andouille haricots 2.jpg

     

    Mettez donc à tremper un kilo de fayots

    De Paimpol ou Pamiers, si possible bio

    Et pour, de votre anus, éviter la cantate

    Ajoutez à cette eau quelque bicarbonate.

    Faites cuire à l’eau froide pendant deux heures au moins

    Une andouille de porc choisie avec grand soin

    Puis laissez refroidir dans son jus de cuisson

    Jusques au lendemain. Buvez un Jurançon !

    La nuit étant passé, égouttez les fayots

    Mettez-les en cocotte, couvrez avec de l’eau,

    Ajoutez quelques couennes, une queue de porc frais,

    Deux carottes rondelles, trois oignons en quartiers,

    Un peu de céleri et de l’ail écrasé

    Sel, poivre du moulin, thym, feuille de laurier.

    Mettre en ébullition, ajouter deux grands verres

    De Côtes-du-Rhône rouge, du vin fort en matières.

    Faites frémir une heure à feu non emballé,

    Puis ajoutez l’andouille confite en sa gelée.

    Remettez en cuisson pour que les haricots

    Soient fondants à souhait sans être musicaux.

    Servez le met bien chaud en deux plats séparés,

    Avec un peu de beurre, du persil ciselé.

    Cessons pour aujourd’hui ce conte culinaire,

    Ma tripe est assoiffée, remplis raz bord mon verre,

    De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

    Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

     

    andouille père en fils.jpg

     

    Illustrations X - Droits réservés

     

     

  • Ouiquinde gastronomique : aux déprimantes crêpes véganes je préfère le tian de fayots au cochon !

    tian de haricot web.jpg

    J’ai acheté un sac de cocos de Paimpol

    Et j’en ai écossé toute une casserole.

    Quel bonheur lorsque arrivent ces succulents fayots

    Qui rendent musiciens n’importe quel boyau !

    En Provence, petit, ce qu’on appelle un "tian"

    C’est un grand plat en terre, vernissé et brillant,

    Ovale très souvent, ou tout simplement rond,

    De largeur variable, mais jamais très profond.

    Les potiers de village, au temps de nos grands-mères

    Fabriquaient et cuisaient ces grands plats à tout faire.

    Car on y faisait tout, dans ces récipients

    Rustiques, allant au feu, solides, pas fainéants :

    La barbe, la vaisselle, la toilette des gosses,

    Les légumes à tremper, les fayots qu’on écosse.

    Après quoi, bien rincés, sans prévention mesquine,

    On s’en servait surtout pour faire la cuisine !

    Ce grand plat à gratin, simple et astucieux,

    Est aussi synonyme de repas copieux,

    De nourriture simple en grande quantité,

    Qu’en bonne compagnie on aime ingurgiter.

    Notre tian de cochon et de haricots frais

    Est bien dans la lignée des nourritures vraies.

    C’est un plat que l’on fait lorsqu’on a récolté

    Les tarbais, les pamiers ou les cavaillonnais,

    Ces haricots fameux, moelleux, souples en bouche,

    Aux accents musicaux, rocailleux et farouches,

    Aujourd’hui, ce sera mes cocos de Paimpol.

    Par chaque commensal, écossez-en un bol.

    Inutile, bien sûr, de les faire tremper,

    Lavez-les à grande eau et puis égouttez-les,

    Cuisez-les à moitié, demi-heure environ

    Dans beaucoup d’eau salée chantant à gros bouillons.

    Tout ça m’a donné soif, petit, remplis mon verre

    D’un bon blanc de Laudun, un vin vif et sincère,

    Un vin qui donne soif, le vin que je préfère

    Pour préparer au mieux la cuisine porchère.

    Ton boucher t’a coupé une large rouelle

    De jambon de cochon. Elle est épaisse et belle.

    Tu vas la piquer d’ail et la frotter de sauge

    Puis la mettre à four chaud un demi-tour d’horloge

    Dans ton tian frotté d’ail et graissé au saindoux.

    Quand ta viande est dorée, sale et poivre le tout,

    Rajoute deux oignons émincés, trois tomates

    Pelées, épépinées, thym, laurier, aromates.

    Laisse fondre un moment puis déglace au vin blanc.

    Égoutte maintenant tes haricots brûlants

    Et mets-les dans le tian, au-dessus de ta viande

    Vérifie les saveurs et poivre à la demande.

    Tu mouilles, à niveau, par ton eau de cuisson

    Et tu remets au four, chaud mais sans déraison,

    Une heure ou même plus. Il faut que tes fayots

    Gonflent sans éclater, en buvant toute l’eau.

    Lorsque ton plat est cuit, juste avant de servir

    Passe-le sous le grill afin de l’enrichir

    D’une croûte dorée, odorante et aimable.

    Parsème de persil et sers le tian sur table.

    Accompagne ce plat d’un blanc vif, effronté,

    Ou bien d’un vin primeur gouleyant et fruité.

    Cessons pour aujourd’hui ce conte culinaire,

    Ma tripe est assoiffée, remplis raz bord mon verre

    De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

    Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

     

    Ingrédients et proportions pour six personnes :

    1 kilo de haricots frais (pamiers, tarbais, cavaillonnais, cocos de Paim­pol), - 1 kg de rouelle de cochon, - 1 tête d’ail, - 1 hecto de saindoux, - 2 oignons émincés, - 3 tomates, - 10 feuilles de sauge, - thym, laurier, sel, - 2 verres de vin blanc, - 3 litres d’eau (pour la première cuisson des haricots).

    Les vins conseillés :

    Profitez de ce plat paysan pour apprécier les blancs vifs de la vallée du Rhône : blancs tranquilles de Saint-Péray, vins tranquilles du Diois, Saint-­Gervais, Uchaux, Bollène, Mondragon, Piolenc, Sarrians, Bagnols-sur­-Cèze, Codolet, Laudun, Saint-Just-d’Ardèche, Saint-Marcel-d’Ardèche, Villeneuve-Pujaut, Ventoux, Luberon. En vins du Languedoc : Quatourze, La Méjanelle, Picpoul de Pinet. En vins de Provence : Palette, Seillons, ­Source-d’Argens, Bruc-Auriac, Châteauvert.

    Vous pouvez aussi accompagner ce plat avec bonheur par des vins pri­meurs : Rochegude, Sainte-Cécile-les- Vignes, Sabran, Codolet, Roche­fort, Lirac, Laudun.

     

    Illustration originale Vincent Barbantan

     

    in GROSSIR (ou pas!) sans peine et sans régime