Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Science

  • La surpopulation sera-t-elle régulée par la fin des antibiotiques ?

    Lire la suite

  • 5 G : Des Gugusses nous prennent pour des Gogos et nous rendent Gagas pour Gagner du Gigafric…

    5G danger.jpg

     

    C’est la nouvelle lubie « branchée » : la 5 G. C’est l’avenir ça Coco ! Tu pourras bouffer du SMS et du Spam cent fois plus vite que maintenant ! Tu pourras voir des films en Cinémascope sur le micro-écran de ton iPad. Ta bagnole se conduira toute seule, tu pourras te faire soigner les hémorroïdes par un e-docteur électronique (meffi quand même !), prendre ton pied avec la « réalité immersive », la ville intelligente, l’industrie 4.0 et plein de trucs de oufs.

    Puteng ! Ça, c’est du progrès ! Le pied ! Autre chose que de stupidement écouter les cigales les doigts de pieds en éventail, un verre de flaille à la main et contempler un coucher de soleil en lutinant une compagne même pas virtuelle…

    Mouais… Seulement voilà, la 5G est un bond en avant par rapport à la 4G, mais comme les ondes 5G plus petites ne se propagent pas aussi bien, il faudra beaucoup plus d’antennes pour cette « merveille ». Les grandes entreprises de téléphonie mobile vont installer des centaines de milliers de nouvelles antennes 5G, et chacune de ces antennes émettra en permanence des rayonnements électromagnétiques très puissants. Comme nous ne pouvons pas voir les radiations, la menace ne semble pas réelle à beaucoup de gens, mais la vérité est que si vous vivez dans une grande zone urbaine, vous êtes constamment bombardés. Et une fois le nouveau réseau 5G complètement déployé, il vous faudrait littéralement vivre au milieu de nulle part pour vous en sortir complètement.

    Pour atteindre des vitesses plus rapides, la 5G s’appuie sur des ondes millimétriques, encore plus petites que les micro-ondes et fonctionnant à une fréquence plus élevée. Mais elles sont plus facilement absorbés par les bâtiments, les arbres et d’autres éléments (comme les personnes). Il faudra donc davantage de tours antennes pour maintenir la connectivité. Même dans ce cas, une petite cellule relais devra être installée tous les 250 mètres dans les villes pour que la 5G fonctionne correctement. Il y en aura un à chaque coin de rue. 1G, 2G, 3G et 4G utilisent une fréquence comprise entre 1 et 5 gigahertz. La 5G utilise une fréquence comprise entre 24 et 90 gigahertz. Dans la partie rayonnement RF du spectre électromagnétique, plus la fréquence est élevée, plus elle est dangereuse pour les organismes vivants. Donc, fondamentalement, le rayonnement que nous absorberons constamment sera beaucoup, beaucoup, beaucoup plus puissant qu’avant, et les sources émettant le rayonnement seront beaucoup plus proches de nous.

    Eh ! Oh ! On va gober ça comme ça ? Sans rien dire ? Différents enjeux technologiques ont été abordés lors d’une audition publique organisée au Sénat le 8 novembre 2018 : fonctionnement de ce standard, choix des bandes de fréquences, besoins en termes d’infrastructures, exposition des particuliers aux ondes électromagnétiques, etc.

    l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques formule, dans un rapport, plusieurs recommandations qui visent à permettre au monde de la recherche de pouvoir disposer de données précises émanant des opérateurs et des constructeurs d’antennes ; à garantir le financement de l’appel à projets de recherche de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) sur les risques liés à l’exposition aux radiofréquences ; à poursuivre les expérimentations 5G en cours et à lancer dès 2019 des pilotes 5G « grandeur nature » ; enfin, à conduire des travaux de concertation avec les collectivités territoriales et les entreprises pour permettre la mutualisation des réseaux et des conditions d’accès spécifiques au réseau 5G pour certains usages ciblés (véhicules autonomes, santé, énergie, industrie).

    Aux États-Unis, pionniers avec la Chine de cette technologie, des voix s’élèvent contre le lancement sans précaution de cette technologie. Certains chercheurs la considèrent comme « l’idée la plus stupide de l’histoire du monde », parlant même d’un véritable suicide des nations dites « évoluées » puisque cette technologie va agir directement sur la reproduction. Une enquête menée dans une université israélienne a révélé que la surface du corps humain absorbait les rayonnements 5G « comme une antenne »…

    Bonjour les dégâts si l’on considère que déjà plusieurs premières études ont révélé que la technologie de téléphonie cellulaire actuelle avait un effet négatif sur la fertilité masculine… Et il y a environ une décennie, une étude portant sur les hommes traités dans une clinique d’infertilité concluait que l’utilisation d’un téléphone cellulaire avait un impact considérable sur la qualité du sperme… En 2014, une autre étude sur ce sujet a été publiée, celle-ci, dirigée par l’Université d’Exeter. Cette étude a utilisé 1 492 échantillons de sperme prélevés dans des cliniques de fertilité et des centres de recherche. 50 à 80 % des échantillons avaient des mouvements normaux, mais ce nombre a diminué de 8 % lorsque les échantillons ont été exposés au rayonnement d’un téléphone cellulaire. Cela suggère que la viabilité et la qualité globale des spermatozoïdes se détériorent lorsqu’elles sont exposées aux fréquences des téléphones portables. La même étude ajoute que 14 % des couples de pays à revenu élevé et moyen sont infertiles parce que beaucoup d’adultes ont maintenant un téléphone cellulaire.

    En fait, une autre étude a révélé que le nombre de spermatozoïdes dans le monde occidental avait diminué de 59 % entre 1973 et 2011…

    Foutre ! Mais qu’est-ce qu’il fout ce foutre !

    Bah ! Il arrive chaque jour tant de « chances pour la France » que les couilles molles seront vite remplacées.

    Pour le meilleur ou pour le pire ?

     

    Sources :

    https://www.globalresearch.ca/5g-cell-phone-technology-dramatic-population-reduction-men-become-sterile/5670565

    http://www.senat.fr/notice-rapport/2018/r18-188-notice.html

     

    Photo X - Droits réservés

  • Gravidité Pour d’Autres : la face sociétale de l’ultralibéralisme qui soumet tout et tous aux lois du marché.

    rue des bébés marchandise.jpg

    On a déjà connu les « Lebensborn », voici maintenant le bébé-produit, l'enfant marchandise… C'est la chute vers le « progrès ».

    On a subi sur toutes étranges lucarnes, dans toutes les machines à bruit la révoltante promo d’un « homo » racontant - avec la complicité écœurante de la coterie journalistique – comment il a fait fabriquer et combien il a payé une « famille ». Comment il a pu bénéficier du formidable « don » que lui aurait fait une mère porteuse « rêvant de cela depuis son enfance ». Un don, ce serait celui d’une femme riche offrant de porter un enfant que ne pourrait pas avoir un couple de pauvres ! Novlangue, hypocrisie, connivence.

    Pierre Bergé énonçait que « louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? » Ces propos obscènes trahissent très bien la réalité des choses : la maternité pour autrui conduit à mettre des femmes pauvres à la disposition de couples riches.

    L’idéal, sur lequel certains médecins travaillent avec acharnement, serait que les mères porteuses soient des machines, concentrées et vouées corps et âme à leur unique fonction : fabriquer un enfant pour d’autres.

    La question cruciale est celle de savoir si nous voulons instituer une société où les enfants sont fabriqués et vendus comme des produits, et si nous sommes conscients des conséquences sur le regard que nous porterons sur eux, ainsi que sur les relations humaines et sociales qui en résulteront.

    L’intrusion dans le corps des femmes rendue nécessaire par la gestation pour autrui est déraisonnable. Elle est plus grande encore que dans la prostitution. Celle-ci laisse en effet en principe indemne le corps de la femme (sauf dérive condamnable, bien sûr), ce qui est très loin d’être le cas de la production d’enfants pour autrui. Comparaison choquante ? Si une femme peut licitement louer son utérus pour neuf mois, pourquoi le droit l’empêcherait-il de louer son vagin pour une heure ou deux ?

    On n’est pas loin de l’esclavage, même si en l’occurrence c’est une « servitude volontaire ». Le lien avec l’esclavage n’est pas forcé ni exagéré, car la pratique de la gestation pour autrui met des femmes au service et à la disposition d’autrui dans des proportions inédites depuis l’abolition de l’esclavage. La comparaison est ouvertement faite aux États-Unis : ainsi, par exemple, selon Jeremy Rifkin et Andrew Kimbrell, « une fois que les femmes, attirées par une rémunération, signeront ces contrats pour produire des bébés pour des clients, leurs corps deviendront des biens marchands ; elles deviendront des esclaves 24 heures par jour pendant 270 jours ».

    L’enfant fabriqué et vendu ! Il y aurait à présent les « enfants-produits », fabriqués par les uns pour être remis à d’autres. Le mouvement de production des êtres humains par la voie médicale a certes été initié déjà avec l’assistance médicale à la procréation (la PMA), mais le « produit » n’était alors pas encore entièrement fabriqué par un autre que son destinataire. La gestation pour autrui passe à un stade ultérieur et à une différence de nature plus que de degré, en ce qu’elle implique la fabrication et la remise d’un produit fini, même si celui-ci est éventuellement fabriqué avec les gamètes de l’un ou l’autre des membres du couple receveur. On évite bien sûr de parler de « vente », puisque ce contrat est censé être réservé aux choses, les personnes ne pouvant plus être vendues, précisément depuis l’abolition de l’esclavage.

    Une vie qui se développe dans son ventre, ce n’est pas rien, ça crée viscéralement d’extraordinaires liens ! Dès lors, pour les margoulins de l’enfant-produit, il faut faciliter le « désinvestissement affectif » de la mère porteuse lors de la grossesse. Il faut casser de gré ou de force les liens affectifs de la mère porteuse, réduite autant que possible à un simple utérus et à un simple instrument, pour mieux valoriser ceux des parents d’intention : les acheteurs, puisque au « meilleur des mondes » ultralibéral le client est roi. Après nous avoir convaincus à grand renfort de médias de l’importance de la vie intra-utérine de l’enfant et des rapports qu’il noue à ce moment avec sa mère, on doit à présent affirmer au contraire qu’un enfant est dans un ventre maternel comme il serait dans une machine ou un sac !

    La France - pays « rétrograde », pays « frileux », bavent les partisans de l’enfant-produit – a jusqu’à présent résisté aux pressions. Mais celles-ci sont de plus en plus vives, avec la complicité de la « justice » européenne, pour que les enfants produits et achetés hors de nos frontières (États-Unis, Ukraine, Inde) soient reconnus par la loi et donc l’état-civil français. Les protagonistes de ces transactions entendent forcer les portes et imposer le fait accompli. La logique du « fait accompli » est l’une « des plus délétères concernant l’avenir d’un enfant quand elle valide une transgression juridique ». Le droit a en charge l’intérêt général et il ne peut encourager des pratiques illicites en approuvant et régularisant a posteriori ceux qui auraient transgressé l’interdit pour mettre les autorités devant le fait accompli. On ne peut donc que se réjouir de voir la Cour de cassation française tenir bon et résister aux nombreuses pressions dont elle est l’objet. Elle a ainsi, dans plusieurs arrêts du 6 avril 2011, approuvé les cours d’appel d’avoir refusé la transcription sur l’état civil français de filiations établies à l’étranger à la suite de l’exécution de contrats de gestation pour autrui, en ajoutant que les jugements américains donnant effet à de telles conventions sont « contraires à la conception française de l’ordre public international », c’est-à-dire aux valeurs fondamentales de la France.

    On s’offusque à juste titre du fait que la GPA implique l’idée de marchandisation du corps de la femme. Mais au regard du droit, la marchandisation la plus évidente est celle de l’enfant, indiscutablement traité, dans l’opération, comme un objet produit et abandonné à autrui contre une rémunération. Si on admet cela, au nom de quoi interdirait-on alors, par exemple à des femmes qui souhaitent accoucher sous X, ou même à toutes les femmes qui ne voudraient plus de leur enfant, de céder celui-ci ou même simplement de le donner, à sa naissance, à un couple qui le voudrait ? Et qu’en sera-t-il de l’enfant défectueux ? Une fois l’enfant traité comme un produit, il ne faudra pas s’étonner de voir arriver les problématiques et le vocabulaire juridiques liés aux produits défectueux. Avec retour à l’envoyeur ? Mais quel envoyeur ? Celle qui a loué son ventre ? L’agence qui a organisé le contrat ? Les magistrats qui l’ont autorisé ? L’État qui l’aura légalisé ? S’agissant de l’enfant, les juges devront décider ce qu’il convient de faire si plus personne n’en veut, s’il est handicapé ou diminué, ou encore s’il décède.

    Pour continuer sur le plan juridique, que devra-t-on juger si la mère porteuse est à proprement parler elle-même victime d’un préjudice ? Si la grossesse ou la mise au monde de l’enfant lui provoquent des dommages irréversibles ? Ou même « seulement » si elle doit subir une césarienne ? Ou une épisiotomie ? Et si elle meurt au moment de l’accouchement ? Le couple d’intention devra-t-il réparer ces dommages ? Que décidera-t-on – et qui décidera – s’il faut, à un moment ou à un autre, choisir entre la mère et l’enfant ?

    Cet enfant, quels seront ses sentiments, une fois apte à comprendre, lorsqu’il aura accès au détail des clauses et arrangements relatifs à sa naissance ? Faudra-t-il lui révéler les circonstances de sa naissance et aura-t-il le droit de connaître ses origines ?

    Qu’en est-il aussi des dommages subis par les enfants ? Qu’éprouveront-ils en apprenant que leur mère les a portés pour de l’argent et qu’ils ont ainsi été vendus ? Comment vivront-ils le fait qu’elle les ait abandonnés à leur naissance, c’est-à-dire qu’elle ait renoncé à être leur mère ? Que déduiront les autres enfants de la mère porteuse en voyant leur mère se séparer d’un enfant qu’elle a porté ? L’enfant pourra-t-il demander la réparation de tous ses préjudices ?

    Où est l’intérêt de l’enfant, et où est sa liberté, lorsque des adultes font entre eux des arrangements pour déterminer qui seront ses père et mère ? Lorsqu’il est traité comme un produit que la mère qui l’a porté doit remettre à un couple commanditaire contre une rémunération ? Après tant d’efforts et de combats pour que l’enfant soit considéré comme une personne à part entière, on admettrait sans résistance que l’enfant soit une chose que des adultes pourraient commander, fabriquer et s’échanger de gré à gré ?

    Si la maternité de substitution était autorisée, on assisterait à des déchirements entre des couples payeurs et des mères porteuses qui souhaiteraient finalement garder leur enfant ; on verrait des enfants handicapés ou diminués dont personne ne voudrait plus ; des situations où le couple ayant commandé l’enfant s’est séparé pendant la grossesse de la mère porteuse et se déchire à propos de l’enfant, soit que les deux veuillent le garder, soit au contraire qu’ils n’en veuillent plus ; des cas où la mère porteuse est victime de dommages physiques pendant la grossesse ou l’accouchement, ou souffre de dépression ou de troubles psychologiques à la suite de la séparation d’avec son enfant, etc., etc. Il n’y aura plus qu’à contempler avec consternation les histoires les plus sordides. D’autant que, s’étalant sur une durée de temps assez longue, la gestation pour autrui est propice aux changements de sentiments et d’avis et, partant, à de nombreux contentieux. La réalité dépassera alors parfois la fiction.

    On doit admettre qu’on ignore encore les conséquences de la légalisation de ces pratiques pour les enfants. Si on se lance néanmoins dans l’aventure à l’aveugle, c’est alors qu’on accepte d’expérimenter sur eux.

     

    Je ne suis pas juriste et donc toute cette argumentation n’est pas de mon fait mais de Mme Muriel Fabre-Magnan. Je ne peux qu’engager tous ceux que cette question intéresse, à approfondir la question en lisant son livre « La gestation pour autrui – Fictions et réalité » chez Fayard plutôt que de se laisser enfumer par cette caste de bobos du chaud-bise ou des mé(r)dias qui profite de leur fort pouvoir d'influence par le passage privilégié sur tous les plateaux pour imposer à la société, sous le faux-nez de la "modernité" ce qui ne convient et n'arrange qu'une petite minorité.

     

    livre la gestation pour autrui Muriel Fabre-Magnan.jpg

     

     

     

     

    Sources et liens édifiants :

    https://www.fayard.fr/documents-temoignages/la-gestation-pour-autrui-9782213677699

    https://www.agriculture-environnement.fr/2008/07/23/jeremy-rifkin-la-nouvelle-coqueluche-europeenne

    https://www.kirkusreviews.com/book-reviews/andrew-kimbrell/the-human-body-shop/

    http://www.rfi.fr/afrique/20130511-nigeria-police-libere-17-adolescentes-retenues-une-usine-bebes

    https://www.naptip.gov.ng/wp-content/uploads/2018/09/VID-20180921-WA0006.mp4

    http://www.rfi.fr/afrique/20110602-trafic-bebes-destines-vente-decouvert-nigeria

    https://hoszhana.wordpress.com/2013/10/06/inde-une-gigantesque-usine-a-bebes-pour-tous-types-de-couples-occidentaux/

    https://www.arte.tv/fr/videos/077343-000-A/la-fabrique-a-bebes/