Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

santé

  • Ouiquinde érotique : le panaris, c'est le pied !

    panari.jpg

     


    Le mal d’aventure

    Alison se mourait d’un mal
    Au bout du doigt, mal d’aventure.
    - Va trouver le père Pascal,
    Lui dit sa sœur, et plus n’endure ;
    Il a fait mainte et mainte cure,
    Ses remèdes sont excellents.
    Il te guérira, je t’assure.
    Il en a pour le mal de dents,
    Pour l’écorchure et pour l’enflure ;
    Il fait l’onguent pour la brûlure.
    Va donc sans attendre plus tard ;
    Le mal s’accroît, quand on recule.
    Et donne lui le bonjour de ma part.
    Elle va, frappe à la cellule
    Du Révérend frère Frappart,
    - Bonjour, mon frère. Dieu vous garde !
    Dit-elle, ma sœur vous salue,
    Et moi qui suis ici venue,
    Lasse à la fin de trop souffrir ;
    Mais ma sœur vient de me promettre
    Que vous voudrez bien me guérir
    De ce doigt qui me fera mourir ;
    Non, je ne sais plus où le mettre.
    — Mettez, dit Pascal, votre doigt
    Les matins en certain endroit
    Que vous savez. — Hélas, que sais-je ?
    Réponds Alix, où le mettrai-je ?
    Dites-le moi, frère Pascal,
    Tôt, car mon doigt me fait grand mal.
    — Ô ! L’innocente créature !
    Avez-vous la tête si dure ?
    Certain endroit que connaissez ;
    Puisqu’il faut que je vous le dise,
    C’est l’endroit par où vous pissez.
    Eh bien, m’entendez-vous, Alise ?
    — Mon frère, excusez ma bêtise,
    Répond Alix, baissant les yeux ;
    Suffit, j’y ferai de mon mieux,
    Grand merci pour votre recette ;
    J’y cours, car le mal est pressé.
    — Quand votre mal sera passé,
    Venez me voir, Alisonnette,
    Dit le frère, et n’y manquez pas.
    Soir et matin à la renverse,
    Suivant l’ordre du bon Pascal
    Elle met remède à son mal.
    Enfin l’abcès mûrit et perce ;
    Alison saine va soudain
    Rendre grâce à son médecin
    Et du remède spécifique
    Lui vante l’étonnant succès.
    Pascal, d’un ton mélancolique,
    Lui repart : - Un pareil abcès
    Depuis quatre jours me tourmente,
    Vous seriez ingrate et méchante
    Si vous me refusez le bien
    Que vous avez par mon moyen ;
    Alix, j’ai besoin de votre aide,
    Puisque vous portez le remède
    Qui, sans faute, peut me guérir.
    Eh quoi ! Me verrez-vous mourir
    Après vous avoir bien guérie ?
    — Non, dit Alix, sur ma vie,
    Je ferais un trop grand péché ;
    Tel crime… Allons donc, je vous prie,
    Guérissez-vous, frère Pascal,
    Approchez vite votre mal.
    À ces mots, Dom Pascal la jette,
    Sans marchander, sur sa couchette,
    L’étend bravement sur le dos
    Et l’embrasse. - Ô Dieu ! Qu’il est gros !
    Dit Alix, quel doigt ! Eh ! De grâce,
    Arrêtez… Je le sens qui passe.
    — Ma chère Alix, attends un peu,
    Je me meurs… Souffre que j’achève.
    — Ah ! Reprit Alix tout en feu,
    Vous voilà guéri, l’abcès crève.

    Jacques Vergier

     

    Photo X - Droits réservés

  • Ouiquinde érotique thérapeutique: le panaris et le panard.

     

    Eh! Il n'y a pas que le coronavirus dans la vie!

    panari.jpg

     

    Le mal d'aventure

    Alison se mourait d'un mal
    Au bout du doigt, mal d'aventure.
    - Va trouver le père Pascal,
    Lui dit sa sœur, et plus n'endure ;
    Il a fait mainte et mainte cure,
    Ses remèdes sont excellents.
    Il te guérira, je t'assure.
    Il en a pour le mal de dents,
    Pour l'écorchure et pour l'enflure ;
    Il fait l'onguent pour la brûlure.
    Va donc sans attendre plus tard ;
    Le mal s'accroît, quand on recule.
    Et donne lui le bonjour de ma part.
    Elle va, frappe à la cellule
    Du Révérend frère Frappart,
    - Bonjour, mon frère. Dieu vous garde !
    Dit-elle, ma sœur vous salue,
    Et moi qui suis ici venue,
    Lasse à la fin de trop souffrir ;
    Mais ma sœur vient de me promettre
    Que vous voudrez bien me guérir
    De ce doigt qui me fera mourir ;
    Non, je ne sais plus où le mettre.
    — Mettez, dit Pascal, votre doigt
    Les matins en certain endroit
    Que vous savez. — Hélas, que sais- je ?
    Répond Alix, où le mettrai-je ?
    Dites-le moi, frère Pascal,
    Tôt, car mon doigt me fait grand mal.
    — Ô ! l'innocente créature !
    Avez-vous la tête si dure ?
    Certain endroit que connaissez ;
    Puisqu'il faut que je vous le dise,
    C'est l'endroit par où vous pissez.
    Eh bien, m'entendez-vous, Alise ?

    — Mon frère, excusez ma bêtise.
    Répond Alix, baissant les yeux ;
    Suffit, j'y ferai de mon mieux,
    Grand merci pour votre recette ;
    J'y cours, car le mal est pressé.
    — Quand votre mal sera passé,
    Venez me voir, Alisonnette,
    Dit le frère, et n'y manquez pas.
    Soir et matin à la renverse,
    Suivant l'ordre du bon Pascal
    Elle met remède à son mal.
    Enfin l'abcès mûrit et perce ;
    Alison saine va soudain
    Rendre grâce à son médecin
    Et du remède spécifique
    Lui vante l'étonnant succès.
    Pascal, d'un ton mélancolique,
    Lui repart : - Un pareil abcès
    Depuis quatre jours me tourmente,
    Vous seriez ingrate et méchante
    Si vous me refusez le bien
    Que vous avez par mon moyen ;
    Alix, j'ai besoin de votre aide,
    Puisque vous portez le remède
    Qui, sans faute, peut me guérir.
    Eh quoi ! me verrez-vous mourir
    Après vous avoir bien guérie ?
    — Non, dit Alix, sur ma vie,
    Je ferais un trop grand péché ;
    Tel crime... allons donc, je vous prie,
    Guérissez-vous, frère Pascal,
    Approchez vite votre mal.
    A ces mots, Dom Pascal la jette,
    Sans marchander, sur sa couchette,
    L'étend bravement sur le dos
    Et l'embrasse. - Ô Dieu ! qu'il est gros !
    Dit Alix, quel doigt ! Eh ! de grâce,
    Arrêtez... Je le sens qui passe.
    — Ma chère Alix, attends un peu,
    Je me meurs... souffre que j'achève.
    — Ah ! reprit Alix tout en feu,
    Vous voilà guéri, l'abcès crève.

    Jacques Vergier

     

    Photo X - Droits réservés

  • Bienvenue à l’honorable Koro Navirhus qui arrive à pied par la Chine !

    coronavirus.jpg

     

    Eh oui, bienvenue et merci à l’honorable Koro Navirhus. Il réussit quasi miraculeusement à mettre en route ce pour quoi les écolos de tous bords et les simples gens sensés luttent depuis des décennies : la relocalisation des industries parce qu’ils découvrent (??!!) qu’il est dangereux de concentrer ses achats auprès d’un seul et même pays, en cas de catastrophes naturelles, de conflits armés ou comme actuellement d’épidémie. L’honorable Koro Navirhus donnerait-il accès au bon sens à ces « élites » qui ne connaissent que le profit à court terme ?

    Déjà des décideurs économiques réfléchissent à des solutions de relocalisation pour l’avenir. Oh, pas d’illusion, ce n’est pas par soucis pour la planète mais surtout par le fait que cela apporte bien des avantages : - protection contre les problèmes d’approvisionnement que nous connaissons aujourd’hui ; - réduction des coûts en termes de transport et de logistique ; - diminution conséquente de l’impact carbone, une aubaine économique alors que l’Europe réfléchit à une taxation plus importante de ces émissions de gaz ; - réindustrialisation de nos territoires, créatrice d’emploi et donc à termes bénéfiques à toutes les entreprises mais aussi à la société française.

    Et puisque quand la Chine tousse l’économie mondiale tremble et attrape le cagagne, cerises sur le gâteau, les taux d’intérêt baissent, le prix du pétrole plonge, le tourime-pourisme s’effondre, les trouillards de la bourse se ruent sur les valeurs « refuges » que sont le dollar et le yen qui par conséquent montent, rendant les produits européens plus compétitifs à l’export, la consommation-gaspillage en prend un coup et donc la sacro-sainte « croissance mondiale » stagne, etc.

    Formidable non ?

    En Chine, les principales régions touchées par ce nouveau virus sont aussi celles qui concentrent le plus grand nombre de sous-traitants pour les économies occidentales : le Zhejiang, le Guangdong et le Henan. Pour endiguer l’épidémie, de nombreuses usines sont fermées à titre préventif, entraînant une rupture de la chaîne d’approvisionnement. Et pour le bien-être des populations locales, la pollution diminue… et sauve plus de monde que ce que le coronavirus en tue !

    Étonnant non ?

    Tous les jours, les machines à bruits et les lucarnes à décerveler nous assènent le nombre de morts quotidiens dus au virus en Chine. De 3 à 400 au début de l’épidémie à 40 à 50 aujourd’hui. Sur le milliard et demi de Chinois, c’est quoi ? Rien (sauf évidemment les pas veinards que ça touche). Et puis « 2019-nCoV » - c’est le nom en novlangue pour ne pas « stigmatiser » la Chine - semble globalement moins dangereux que la grippe saisonnière. Il ne tue que des organismes malades ou fragilisés et ne semble pas s’en prendre aux enfants ni même aux jeunes puisqu’on ne compte aucun décès parmi les moins de 25 ans.

    « 2019-nCoV » tue principalement par pneumonie, c’est-à-dire par une inflammation des poumons. Or les enfants ont des poumons sains, en pleine santé. Au contraire, les Chinois de la région de Hubei ont toutes les raisons d’avoir des poumons en très mauvais état. D’abord parce que la ville de Wuhan est ultra-polluée : 70 microgrammes de particules par mètre cube d’air, contre 15 à 20 dans les villes occidentales les plus polluées ! En plus les Chinois mâles sont de très gros fumeurs, ce qui n’arrange pas les choses et explique pourquoi ce coronavirus infecte et tue beaucoup plus les hommes que les femmes en Chine.

    Autrement dit Si vous êtes non-fumeur, en bonne santé, et que vous n’êtes pas né dans une région ultra-polluée comme Wuhan, vous n’avez pas grand-chose à craindre du coronavirus « 2019-nCoV ».

    Au fait d’où vient-il ce drôle de coco (ronavirus) ? On nous parle de chauve-souris, de pangolins… Bof. Pourquoi pas, ces animaux peuvent effectivement être des réservoirs immunisés de ce virus. Mais pour qu’il affecte les humains, il faut que ceux-ci aillent faire chier ces braves chauves-souris ou ces pauvres pangolins, non ? Pour les bouffer ou pour d’obscurs bienfaits dans la pharmacopée chinoise. Et deviennent eux-mêmes les vecteurs du virus.

    Les mauvaises langues disent même que « 2019-nCoV » se serait échappé… d’un laboratoire ! Bof, voilà le complot maintenant… Sauf que sur des centaines de villes chinoises, l’épidémie mondiale d’un nouveau coronavirus, jamais vu auparavant, se déclenche… dans la seule ville chinoise où les meilleurs scientifiques du pays étudient les coronavirus, en particulier ceux des chauves-souris ? Soit c’est une étonnante coïncidence, soit le virus s’est échappé d’un laboratoire où il était étudié, probablement en contaminant un chercheur qui l’a ensuite transmis à son insu à la population. Bref, il y a de bonnes chances que le virus soit parfaitement « naturel » mais que l’épidémie a été causée par un accident de laboratoire.

    Le virus le plus dangereux dans cette affaire, c’est celui de la peur propagé par les me (r) dias « main stream » : villes en quarantaine en Italie, économie considérablement ralentie, activités sportives, culturelle stoppées, achats massifs de masques qui ne protègent contre rien, etc. À quand un vaccin ou un traitement miraculeux et fort opportun sorti des usines de ces bienfaiteurs de l’humanité que sont les labos pharmaceutiques ? Comme les millions de « vaccins Bachelot »…

    Des pandémies, il en arrivera fatalement une bientôt. Ravageuse. Mais pas celle-là.

    Tè ! Moi j’ai trouvé le remède : ce midi magret de canard et Côtes-du-Rhône rouge !

    Et à l'entrée, pourquoi pas ça?

    VIDEO-2020-01-31-19-09-362.mp4

    Où ça?

    VIDEO-2020-01-31-19-09-271.mp4

    VIDEO-2020-01-31-19-09-374.mp4

    Et pour fortifier les enfants, mieux que l'huile de foie de morue:

    VIDEO-2020-01-31-19-09-36(1)3.mp4

     

     

    Illustrations X - Droits réservés