Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LANTIFADAS

  • Vers une République « à l’italienne » ?

    Gilets-jaunes-Ingrid-Levavasseur-insultee-et-chassee-du-cortege-parisien-dimanche.jpg

    Ingrid Levavasseur a dû être "exfiltrée"...

    La « révolution » à séquence hebdomadaire lasse sérieusement aussi bien ceux qui s’évertuent à la faire que ceux qui la subissent. Elle a changé de visage cette révolution qui s’attachait, au début, l’approbation des trois quarts des Français. Et le visage qu’elle offre actuellement – extrême violence, incendies, saccages, lynchages de flics, antisémitisme – n’est pas la meilleure manière de lui regonfler une popularité qui s’effondre.

    On a vu un crétin à visage déformé par la haine traiter de « haineux » et même d’antisémite Finkelkrot ; en appeler à Dieu et promettre au philosophe de brûler en enfer ! Voilà ce qui, après trois mois, représente les Gilets jaunes… C’est la faillite d’un mouvement qui n’a pas su se structurer, où les premiers GJ ont été rejetés, remplacés par les extrémistes de droite et de gauche dont la finalité est de casser tout ce qui représente la société actuelle, où les trois femmes à l’initiative du mouvement - Priscillia Ludosky, Ingrid Levavasseur, Jacline Mouraud – subissent harcèlement, intimidation, menaces de viol et de mort et voies de fait. Mais cette société ultralibérale, portant aux nues des « premiers de cordées » et méprisant les autres n’a-t-elle pas généré ces « desperados » ? Avec des riches de plus en plus riches et de moins en moins nombreux et des pauvres de plus en plus pauvres et de plus en plus nombreux.

    Le phénomène quasi spontané des « gilets jaunes » reflétait, au départ, cette France oubliée, rurale, industrieuse, celle des petits commerçants, des artisans. Celle aussi des chômeurs, des laissés sur le bord de la route, les abandonnés de la « cordée ». Cette France modeste, pauvre, qui fait savoir derrière l’emblème de ce gilet jaune qui signifie « attention, danger » mais aussi « au secours », qu’elle a des difficultés à « finir les fins de mois », à se loger, à se nourrir, et qui a la honte de ne pas pouvoir offrir à ses enfants quelques jours de vacances ou quelques loisirs. Or le mouvement actuel empêche cette France de travailler ! Le serpent se mord la queue…

    Les gilets jaune « canal historique » voudraient bien payer l’impôt sur la fortune ! Ils acceptent de payer l’impôt, plus indirect (avec la TVA, la CSG, les diverses taxes sur les carburants, l’électricité, etc.) que direct avec l’impôt sur des revenus qu’ils n’ont pas. Mais ils s’insurgent que ces impôts, qui doivent servir à payer le salaire des fonctionnaires, à faire fonctionner les écoles, les hôpitaux, les commissariats, les gendarmeries, soient accompagnés en province de suppressions de fonctionnaires et de fermetures d’écoles, d’hôpitaux, de commissariats, de gendarmeries, de perceptions.

    La désindustrialisation a vidé les villes de leurs entreprises, celles qui restent s’installant dans des « zones industrielles » extérieures obligeant les travailleurs à se déplacer en voiture. L’urbanisation a chassé les classes populaires des centres-villes pour les repousser dans des banlieues mal desservies. Ceux qui ont un travail doivent donc se déplacer en voiture. L’avènement des hypermarchés a implanté le commerce en dehors des villes, obligeant les clients à se déplacer… en voiture ! Et que dire de ces « pauvres chouchous » d’écoliers, de collégiens et de lycéens que leur maman dépose devant l’établissement et revienne chercher, en garant leurs gros 4x4 sur le trottoir !

    Ça, ce sont des problèmes de « rats des villes » comme disait La Fontaine. Mais il en va tout autrement pour les « rats des champs ». Dans ma cambrousse d’été en Margeride, pour aller chercher le sel, il faut faire 15 bornes. Et si tu dois aller à un supermarché, au toubib, à la Sécu, à l’hôpital, c’est 50 bornes aller-retour et bien plus pour d’autres qui habitent dans ces merveilleux « trous du cul du monde » ! Là, la rogne des « gilets jaunes » peut se comprendre et les cambroussards, il faut les aider pour le transport.

    Le Gouvernement pédale dans la semoule… Il ne sait que faire pour stopper cette révolution en pointillé. Un des slogans les plus en vogue est « Macron, démission ! ». Mais qui peut s’imaginer qu’une nouvelle élection présidentielle, avec le système électoral actuel, changerait les choses ? On se retrouverait avec les deux mêmes finalistes et Macron serait réélu haut la main…

    La démocratie a été déformée en monarchie élective où le pouvoir est exercé par une oligarchie énarco-financière au profit d’une caste de privilégiés sur le dos du peuple. Un système où même lorsque ce Peuple décide une chose avec son bulletin de vote, l’oligarchie s’assoit sur son choix démocratique comme ce fut le cas lors du référendum de mai 2005 sur le traité pour une Constitution en Europe. Ce véritable coup d’État n’a pas été oublié et explique la grande méfiance, voire le rejet de cette démocratie indirecte où les délégués – députés et sénateurs - ont joué sans vergogne une partition exactement contraire a celle voulue par les électeurs. Ils ont donc trahi leur mandat et leur rejet est logique. C'est le péché originel.

    Une exigence surnage dans le torrent des revendications des GJ, c’est ce fameux RIC pour référendum d’initiative citoyenne. Il est la hantise des professionnels de la politique, bien à l’abri derrière des systèmes de vote générant cet accaparement de la politique par une caste. Sarkozy - dont les énormes capacités en matière d’enfumage ont toujours fait l’admiration des connaisseurs – a, en son temps, tué cette demande de démocratie directe en l’assujettissant à des conditions ubuesques : « un référendum portant sur un objet mentionné au premier alinéa peut être organisé à l’initiative d’un cinquième des membres du Parlement, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales ». Il existe toujours dans la Constitution mais n’a jamais été utilisé. Il suffit de le toiletter pour le rendre réellement opérationnel mais à l’abri des dérives.

    Mais sauf à voter toutes les semaines, sur tout, voire contre tout, ce RIC ne peut pas organiser une société viable. La France est malade du scrutin majoritaire. « On » n’a pas voté pour Macron mais contre Le Pen. Comme, précédemment on avait voté non pas pour Hollande mais contre le retour de Sarkozy. Alors, faut-il en revenir à la proportionnelle intégrale, plus juste mais générant une république impossible à gouverner ? Reconnaître le vote blanc et rendre le vote obligatoire ? Toutes les pistes sont à explorer.

    Il existe pourtant un mode de scrutin qui permet de choisir sa ou son candidat non pas pour barrer la route à l’autre mais par adhésion sinon à l’ensemble de son programme du moins à une partie acceptable. Ce système, c’est le « vote alternatif ».

    Qu’es aco ? On demande simplement à leurs électrices et électeurs pour qui ils auraient voté si leur champion avait été éliminé. On prend donc le bulletin du candidat que l’on préfère mais il y a plusieurs cases à cocher pour le deuxième choix voire le troisième, en fait tous les autres candidats à classer dans l’ordre de ses préférences en cas d’élimination de son champion. Le vote se fait donc en un seul tour, on ne vote qu’une seule fois, mais le dépouillement s’opère par comptages successifs, en éliminant le dernier des candidats en lice et en reportant ses bulletins sur les autres, selon la volonté des électrices et électeurs, jusqu’à ce qu’un ou une candidate obtienne la majorité absolue. Simple et clair. Utiliser ce mode de scrutin à grande échelle constituerait une innovation démocratique majeure de nature à faire avancer la France bien au-delà de cette simple désignation puisqu’il s’agirait d’ouvrir les portes d’une démocratie en mouvement.

    Si on ne change rien, les extrêmes, par une alliance de circonstance contre nature, finiront par gagner. Comme en Italie. Est-ce vraiment ce qu'on souhaite?


    Photo X - Droits réservés

  • Ouiquinde érotique: l'agneau au colombo

    python et femme.jpg

     

    « X »

     

    Précipite tes vagues, Boléro de Ravel,

    Tes rythmes envoûtants, obsédants, sensuels

    Entraînent les amants dans une chevauchée

    Qui marie le désir au plaisir du péché.

     

    X a sur la peau la marque des sorcières,

    Et prend dedans les rets de son charme incendiaire

    Les hommes kimboisés qu’elle broiera d’amour

    Puis qu’elle jettera au temps du désamour.

     

    X est avant tout une femme de proie

    Jouissant de croquer ses victimes avec joie.

    J’ai pris bien du plaisir en tenant dans mes bras

     

    Cette fleur dangereuse au venin de cobra.

    Napoléon disait, et là on peut le croire :

    La fuite est très souvent une grande victoire !

     

    Pour « X »: L’agneau au colombo

     

    - Cette fleur carnivore arrivait des Antilles,

    Iles où voient le jour les plus belles des filles.

    Elle parlait créole et j’en étais troublé,

    Disant : « En cas coqué dbou, jamb a ou tremblé ? »

    Pour donner de l’ardeur à ses nombreux amants,

    X leur préparait un repas détonnant,

    Propre à faire surgir les zombies des tombeaux,

    Plat national des îles : l’agneau au Colombo.

    - C’est vrai Victor, ces îles sont paradisiaques,

    Mais comment tu la fais ta bombe aphrodisiaque ?

    - Tranche en tronçons épais courgette et aubergine,

    Égrène, pèle et coupe en dés la christophine,

    Fais de même avec deux belles pommes de terre,

    Prépare deux oignons de façon coutumière,

    Pèle deux gousses d’ail et coupe ton agneau,

    Épaule si possible, en assez gros morceaux.

    Tu fais chauffer de l’huile au fond d’une cocotte,

    Fais sauter cinq minutes viande, oignons en compote,

    Mets deux cuillères pleines de poudre de Colombo,

    Tu remues et tu mouilles avec trois verres d’eau.

    Rajoute, si tu veux, un peu de tamarin,

    Un gros bouquet garni, poivre, et sel marin.

    Monte à ébullition, rajoute tes légumes,

    Du piment de Cayenne, ici c’est la coutume,

    C’est du feu ! Tu en mets la pointe d’un couteau.

    Tu laisses cuire une heure, à couvert, et bientôt

    Des parfums capiteux, taquinant tes narines,

    Vont réveiller en toi des puissances taurines.

    Tu sers ce plat bien chaud avec du riz créole.

    Pour ce faire tu mets dans une casserole

    Pour cinq ou six personnes, trois verres de riz blanc,

    Et tu fais attention qu’il ne soit pas collant.

    Abondamment, à l’eau, tu vas donc le rincer

    Et tu cuis à grand feu dans beaucoup d’eau salée.

    Les Antilles sont un grand carrefour de races,

    Caraïbes, Indiens, Noirs et Blancs ont leur place.

    Du Sri Lanka provient le nom de Colombo

    Car c’est la capitale de ce pays si beau

    D’où sont venus nombreux pour vivre et travailler

    Tamouls et Cinghalais aux deux siècles derniers.

    À nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.

    Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.

    Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour

    À la beauté des femmes, au vin et à l’amour !

     

    Ingrédients et proportions pour six personnes :

    - 1 aubergine, - 1 courgette, - 1 christophine (encore appelée chayotte), - 2 pommes de terre de bonne taille, - 2 gousses d’ail, - 2 oignons pelés et hachés, - 1 épaule d’agneau désossée et coupée en morceaux assez gros, - 3 cuillères à soupe d’huile d’olive, - 2 cuillères à soupe bombées de poudre de colombo, - 1 peu de tamarin (on trouve ces ingrédients spécifiques chez les épiciers asiatiques ou antillais), - 1 bouquet garni, - sel, - poivre, - 1 cuillère à café de piment de Cayenne (ou moins pour les non habitués).

     

    Photo X - Droits réservés

     

    in: "GROSSIR (ou pas!) sans peine et sans régime"

     

  • Europe : on ne fait pas une omelette avec des œufs durs…

     

    Au bistro de la Toile.

    chimulus bistrot.jpg

     

    - Salut Loulle. On va bientôt voter pour l’Europe. Mais une Europe que les margoulins ultralibéraux qui l’ont confisquée ont réussi à faire détester par les populations. En réalité, il y a deux Europe, celle du nord et celle du sud, celle des buveurs de vin et celle des buveurs de bière. Voire trois avec les ex pays de l'Est. Ne vaudrait-il pas mieux organiser ces différences plutôt que de s'entêter dans un rêve fédéraliste impossible.

    - Ah ! Trois Europe pour le prix d’une. Et alors, on fait quoi ?

    - On pourrait réfléchir à reconstruire l’Europe selon des regroupements de nations. Un peu comme on a regroupé les départements français en grandes régions selon les proximités géographiques et culturelles. Pourquoi pas la création d’une grande Nation latine, qui s’appellerait Latinia et qui regrouperait la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Belgique Wallonne et la Suisse non alémanique (parlant français, italien, romanche). On pourrait et devrait y intégrer évidemment la Grèce et la Roumanie. Avec convergence en matière fiscale et sociale, ce que refuse l'UE actuelle. Armée commune, diplomatie commune, on verra à l'usage. Monnaie : l’euro latin.

    - Bref, les buveurs de vins, ayant subi la religion catholique. C’est tout de même mal barré avec nos amis italiens qui nous font la gueule !

    - On peut le voir comme ça, selon ta vision de mastroquet. Quant à la brouille avec les Italiens, c’est de la rigolade : nos deux pays sont amoureux l’un de l’autre depuis plus de deux millénaires… Alors les cargagnages de Macron et de Di Maio, ce n’est que pisse de chat. Bref, on mettrait comme langue non pas commune mais véhiculaire évidemment le latin, langue de base de tous les idiomes parlés dans cet espace géographique, et véritable ciment culturel entre leurs populations. Ce pourrait être une confédération, sur le modèle suisse. Quant à la capitale confédérale, ce serait probablement Paris, ou Barcelone ? Ou Milan ? Ou Genève ?

    - Pourquoi pas Avignon Victor ? Ville qui a déjà été capitale de la chrétienté ! Et qui a une position géographique idéale entre le nord de la France, l’Espagne et l’Italie ?… teng ! Mon bistro prendrait de la valeur. Je vois d’ici la pancarte : « Bistrotum Loulo. Potest bibere, manducare, disputatio. »

    - C’est vrai que ça aurait de la gueule. Ce Latinia aurait une population de plus de 220 millions d’habitants, atteignant ainsi la taille critique des grands pays (plus que la Russie, plus que le Japon). Son PIB atteindrait les 10 000 milliards d’euros, à comparer à celui des États-Unis (18 000 milliards) et de la Chine (12 000 milliards d’euros). Il serait au troisième rang mondial.

    - Mais, et l’Allemagne ? On ne va pas encore se fâcher avec nos cousins germains ? On sait trop où ça mène…

    - L’Allemagne pourrait, sur le même modèle, créer une autre grande Nation regroupant les pays de culture et de langue nordico-germanique : l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique flamande, le Danemark, la Suède, l’Autriche, le Luxembourg, la Finlande, les Pays baltes et peut-être, mais pas sûr, la Pologne. Ça ferait une nation – Germania – équivalente, avec 182 millions d’habitants et 6 500 milliards d’euro de PIB. Avec pour monnaie l’euro nordique.

    - Le pays buveurs de bière. Ayant subi la religion protestante.

    - C’est vrai. Quant aux pays de l’est de l’Europe, ils pourraient eux aussi se regrouper en une autre grande Nation.

    Ces trois nations créeraient ensuite naturellement, ensemble, l’Union des Grandes Nations d’Europe. Basée sur la solidarité et non sur la « concurrence libre et non faussée ». Il serait probablement plus facile de faire vivre et travailler ensemble des populations se comprenant et ayant des affinités naturelles.

    - Ce serait toujours mieux que le foutoir actuel. Allez, « At nostri ! Vinum purpuriso ! »

    - Bien Loulle. A la nôtre et du vin rouge car, comme disait Horace : « Nulla placere diu nec vivere carmina possunt, quae scribuntur aquae potoribus ». Ce qui veut dire « Des vers ne peuvent plaire ni durer longtemps s'ils ont été écrits par des buveurs d'eau ! »

     

    Illustration: merci au regretté Chimulus