Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LANTIFADAS

  • A ma chérie disparue et qui me manque tant...

    Nicole portrait.jpg

    C'était son anniversaire le 1er avril.

    Lorsque tout près de moi, douce et tendre, chaude et lisse

    Ma main trouve à coup sûr l’aimant de ton pubis,

    Lorsque mes doigts explorent le soyeux de tes cuisses,

    Et les douces rondeurs qui gonflent ta chemise,

     

    Lorsque ton ventre offert vibre sous ma caresse

    Je sens toujours en moi vivre de chaudes braises.

    Tu es toujours pour moi ma lionne d’amour,

    Mon océan de rêve, la rosée de mes jours,

     

    Pour l’éclat lumineux de tes yeux de cristal,

    Pour ton sourire pur qui pour moi fut fatal,

    Pour vivre auprès de toi je me fais troubadour,

     

    Écuyer, maître-queux ou chanteur de faubourg

    Et, pour pour fêter la Femme, te dédie ce poème,

    Je t’aime !

     

     

     

  • TUER EDF ! Sarko l’a entamé, Macron va l’achever.

    edf chaise électrique.jpg

     

    Par magouilles électorales, le président Macron est en train d’achever l’un des plus beaux fleurons de l’industrie française, EDF. Ceci pour s’aplatir devant les ukases de l’Europe ultralibérale qu’il dirige pour six mois. Il pourrait profiter de cette opportunité pour renverser la table mais non, il se vautre dans l’obéissance la plus veule au Graal des maastrichiens les plus obtus : la concurrence, la très sainte CON-CUL-RANCE « libre et non faussée » qui impose à EDF de se ruiner pour racheter au prix fort de l’électricité qu’elle devra revendre au rabais à ses concurrents qui, eux, ne participent en rien à la production, à l’entretien des réseaux, à la recherche. Des parasites, de simples morpions qui s’engraissent sur le lard de plus en plus maigre des Français.

    La concurrence ! La concurrence « libre et non faussée ». Voilà la Graal de l’Europe ultralibérale chère à Sarko, à Hollande, à Macron et à leurs complices de Bruxelles. Au nom de ce précepte à la Kon, le marché de l’électricité a été dérégulé en 2007. On a alors vu des requins genre Poweo, Direct Energie, GDF-Suez devenu Engie faire flèche de tous bois, même des plus vermoulus, pour attirer dans leurs rets les clients, entreprises comme particuliers. Avec des méthodes commerciales tangentant l’escroquerie, l’arnaque et l’abus de faiblesse.

    « La concurrence ! La concurrence ma bonne dame ! Cette invention formidable qui fait baisser les prix ! Vous paierez votre électricité moins chère avec nous ! » Ben voyons… En matière d’électricité, partout où la concurrence a sévi, c’est le contraire qui s’est produit… Mais chut ! Faut pas le dire ! Mais ceux qui ont cédé devant ses sirènes ont compris leur douleur.

    Une Assemblée nationale sarkocompatible a voté la loi NOME n° 2010-1488 du 7 décembre 2010 portant sur la nouvelle organisation du marché de l’électricité. Plus connue sous le nom de loi NOME, cette loi scélérate est entrée en vigueur le 1er juillet 2011.

    La loi NOME, qu’es aco ? Un truc particulièrement tordu. Un modèle d’arnaque à grande échelle. Il se trouve que la France – à travers les centrales EDF, payées et subies dans leur option nucléaire par les Français - produit l’électricité la moins chère d’Europe. Peut-on s’en plaindre ? On se farcit souvent contre notre gré les centrales nucléaires, alors autant en tirer quelques bénéfices. Logique non ? Ben non ! Pas pour les tronches d’œufs de la Commissions européenne. Les opérateurs privés qui se sont lancés sur le marché (Total, Poweo, Direct Energie, GDF-Suez) n’arrivent pas à s’aligner sur les tarifs d’EDF, entreprise publique, propriété des Français. Alors qu’est-ce qu’ils font ? Ben, ils en appellent à la sacro-sainte « concurrence libre et non faussée », parangon de l’Europe ultralibérale que nous devons subir (merci Sarko qui s’est assis sur le « Non » du peuple).

    Ce qui se traduit par l’énormité ubuesque suivante : dans le cadre de cette loi Nome, le nuisible gouvernement macronien veut contraindre EDF à vendre le quart de sa production d’électricité d’origine nucléaire à ses concurrents à un tarif assez favorable pour qu’ils puissent tailler des croupières à l’entreprise publique ! Incroyable mais vrai !

    Eh ! Oh ! Et le manque à gagner d’EDF (NOTRE entreprise), qui est-ce qui va le combler ? Eh ! Mon con ! Ben, toi, ben, moi, ben nous, les cochons de payants pardi !

    Putaing ! Mais pourquoi vouloir changer un système – celui d’EDF entreprise nationale – qui marche bien au profit d’un autre qui ne marche pas ? « La concurrence mon bon ! La concurrence « libre et non faussée ».

    Et merde ! (Ce n’est plus un gros mot)

     

    Illustration: merci à Large

     

  • Qui veut mourir pour Kiev ?

    Poutine-et-l-ours.png

     

    Ils nous le disent sur tous les tons, sur toutes les colonnes, sur toutes les machines à bruits, dans toutes les lucarnes à décerveler : le « dictateur » Poutine veut la guerre, nous menace, va envahir l’Ukraine, c’est imminent claironnent les Ricains et leur caniche britiche, qui évacuent leurs ressortissants.

    Et l’Otan - en envoyant 8 500 soldats étasuniens - fait des moulinets avec ses petits bras pour effrayer l’Ours. Mais effraie-t-on un ours en le menaçant avec un couteau de poche ? L’Otan est une machine de guerre n’ayant plus d’autre utilité – puisque le Pacte de Varsovie a été dissous – que de servir exclusivement les intérêts de la finance et des multinationales yankees dans leur volonté d’hégémonie mondiale et de pillage de la planète. Vous imaginez à quoi peut mener le face-à-face entre troupes russes et troupes de l’Otan ? Vous pensez que ce ne serait que quelques escarmouches ? Naïveté et même konnerie : l’Otan et la Russie, possèdent un arsenal nucléaire apocalyptique. Et aucun des deux protagonistes ne voulant perdre la face, en cas de confrontation directe, même limitée, que se passerait-il ? Les bombes partiraient…

    L’Otan, bras armé d’un système de domination économique et financière étasunien en pleine déconfiture, conduit le monde à la guerre en soutenant les rodomontades des ex-pays de l’Est, Pologne, pays baltes, Ukraine. Ces menaces contre la Russie, à quoi ça rime ? Est-ce bien raisonnable ? Et ça veut effrayer qui ? Poutine ? Ça doit surtout le faire doucement rigoler car ça lui donne la justification de son effort énorme de modernisation de son armée. Quant à l’intimider…

    En fait, il n’existe aucune menace pour l’Europe de la part de la Russie. La Russie n’est pas notre ennemi ! Or, la politique poursuivie par les États-Unis et leurs alliés vassaux vise à créer l’impression d’une telle menace. L’aménagement de bases de l’OTAN, l’accroissement de son infrastructure a pour but de renforcer l’influence de l’Alliance atlantique en Europe, de contraindre les pays membres à consentir des dépenses supplémentaires pour entretenir les troupes et acheter des avions de combats et autres équipements militaires au complexe militaro-industriel étasunien, et semer l’inquiétude parmi les alliés. Il serait peut-être temps de prendre conscience de ces réalités et de les regarder en face.

    Ne faisons pas d’angélisme. Poutine n’est pas le dictateur que la propagande voudrait nous faire croire, mais il mène son pays de façon pour le moins « autoritaire ». Mais n’oublions pas le progrès par rapport à l’URSS. La démocratie ne se construit pas en un jour et les Russes, passés de la dictature des tsars à celle des Soviétiques n’ont jamais connu la démocratie à l’occidentale. Et puis balayons devant notre porte, quelle image offre la « démocratie » qui a donné le pouvoir à des Trump, à des Sarkozy, à des Berlusconi, et qui prétend l’imposer au monde à coups de bombes ?

    Ce Poutine, élu pour la première fois en 2000, va alors prendre en main un pays en pleine désintégration, saccagé par des oligarques avides cornaquées par des officines occidentales, surtout yankees ou allemandes, leur déléguant des « experts » préconisant des thérapies ultralibérales. Résultat : une chute du PIB russe de près de la moitié entre 1990 à 1998, la paupérisation de la moitié de la population accrue par les privatisations et l’accaparement des richesses par une mafia. C’était la grande époque de la curée, du vol par les oligarques de toutes les richesses de ce pays de ce pays « dirigé » par l’ivrogne Elsine, pantin des Étasuniens. Richesses qu’ils vont ensuite planquer dans les paradis fiscaux et les affaires aux États-Unis ou en Europe où ils viennent vivre. Ce sont ceux-là que balaie Poutine.

    Et pourtant systématiquement, dans les cercles de la bien-pensance atlantique, c’est haro sur la Russie. Son président est affublé de tous les défauts, considéré comme un infâme dictateur liberticide et sanguinaire. Et la Russie présentée comme un pays de brutes illettrées et alcooliques représentant une terrible menace pour l’Europe et le monde. Propagande bien reloue…

    Toutes les informations dont nous abreuvent les merdias à la solde des marchands de canon et de béton nous sont présentées, systématiquement, sous un angle antirusse. Que ce soit pour l’Ukraine, la Syrie, ou encore la situation économique de ce pays, ses rapports avec le monde.

    Cette russophobie n’est pas nouvelle. Chez les Français, elle date évidemment de la pâtée prise par Napoléon. Pour les Anglais, elle vient de la rivalité impérialiste britannique de domination de l’Asie qui s’est heurtée à la puissance russe. Pour les Allemands elle vient de leur prétention « d’espace vital à l’Est » ayant sombré dans la terrible défaite hitlérienne. Quant aux Étasuniens, ils se sont retournés contre leur allié antinazi dès la guerre gagnée (surtout par les Russes !). Depuis, leur stratégie consiste à encercler le territoire russe par des bases militaires hostiles dans des pays à la remorque de l’Otan. Et leur politique tend à être toujours antagoniste de ce pays, à tenter de casser ses initiatives, à l’humilier et à tenter de le piller autant que faire se peut.

    La russophobie étasunienne prend deux aspects : - une forme idéologique autour de la soi-disant défense de la démocratie et des droits de l’homme ; - une rivalité géopolitique car ils ne supportent pas que d’autres puissances osent contester leur « hégémonie » et font tout ce qui est en leur pouvoir pour faire passer la Russie pour une puissance hostile à l’Europe. Ce qu’elle n’est pas. Et nous, Européens veules, serviles et puants d’ingratitude, nous nous faisons les complices de toutes les forfaitures des États-Unis sous prétexte « qu’ils nous ont sauvés en 45 », oubliant que c’est l’URSS - c’est-à-dire les Russes - qui a le plus donné de vies pour délivrer le monde du monstre nazi…

    Président bien réélu du plus vaste pays du monde, Vlad-le-terrible enrage les roquets antirusses par sa popularité. Pourquoi est-il populaire Poutine ? Parce qu’il a mis un terme à la désagrégation du pays et aux humiliations infligées à la Russie par l’extension de l’OTAN (trahissant les promesses faites à Gorbachev) ou à travers les bombardements de la Yougoslavie et l’occupation du Kosovo en 1999.

    L’Otan encercle la Russie de bases militaires. Que feraient les États-Unis si la Russie établissait des bases hostiles avec missiles et fusées à portée du territoire étasunien ? Au Venezuela par exemple, à Haïti, au Chili, au Guatemala, au Mexique, au Canada ? C’est ce que ressent la Russie qui, elle, est dans cette situation.

    Les relations politiques se sont détériorées avec les « révolutions de couleur » fomentées par les États-Unis en Géorgie et en Ukraine avec velléités d’intégrer ces marches de la Russie dans l’Otan. On se souvient des pantalonnades de ces « révolutions » en Ukraine.

    L’encerclement militaire de la Russie par les forces belliqueuses de l’Otan justifie les réactions de Poutine, tant en Crimée qu’en Ukraine. S’ensuivent les attaques économiques contre la Russie à travers les variations du prix du pétrole orchestrées par l’Arabie saoudite et les États-Unis, les sanctions économiques, l’ukase étasunien contre l’achèvement du gazoduc. Nord Stream 2. Toutes ces manœuvres s’avèrent contre-productives tant pour la Russie que pour l’Europe. Mais pas trop pour le principal fauteur de troubles, les États-Unis…

    Ces sanctions sont une faute géopolitique grave, car elles rejettent la Russie vers l’Asie et principalement vers la Chine. L’effet d’éviction du marché russe pour les entreprises européennes sera durable. Or, le peuple russe est un grand peuple européen. La Russie est un acteur majeur de la politique européenne depuis la fin du XVIIIe siècle. C’est méconnaître le rôle que peut jouer le sentiment de l’humiliation ou de la dignité blessée dans l’Histoire des peuples.

    Pourtant, la Russie est évidemment européenne. De Gaulle ne parlait-il pas de « l’Europe de l’Atlantique à l’Oural » ? Elle est européenne par la géographie, par la population, par la (les) religion(s), par la civilisation, par l’histoire. Que représentent les Étasuniens, « passés directement de la barbarie à la décadence en oubliant la civilisation », par rapport à cette grande nation qui a donné au monde les écrivains Pouchkine, Tolstoï, Dostoïevski, mais aussi les musiciens Borodine, Rimski-Korsakov, Moussorgski, Rachmaninov, Tchaïkovski, mais encore Mendeleïev, génie de la physique qui a réalisé la classification des éléments de la nature, etc., etc. et - cerise sur le vatrouchka – le pays qui a envoyé le premier homme dans l’espace et qui est resté longtemps le seul capable d’amener et de ramener des cosmonautes dans la station orbitale internationale !

    En fait, nous leur en voulons d’être ce que nous ne sommes plus : un pays fier, conscient de sa force. Un pays qui croit encore à l’instruction, au savoir, en ses institutions. Qui croit en son destin quand nous confions le nôtre aux cours de la Bourse, aux mégalos des Gafam et aux banquiers de Wall Street, de Francfort et de la City.


    Photo X - Droits réservés