Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

polémique

  • Pendant le confinement, les distractions d’Abdallah Ahmed-Osman, tueur.

    couteau sanglant.jpg

     

    Julien venait de descendre ouvrir ses volets ce matin-là. Comme tous les jours. En échangeant quelques paroles avec sa femme et son fils. Le confinement, finalement, resserrait les liens familiaux. Survient un individu jeune, agité, vociférant des imprécations agressives. Aux cris de Allaou akbar, l’étranger plonge un couteau dans le corps de Julien qui s’écroule dans une mare de sang, sous les yeux horrifiés de sa femme et de son fils de treize ans.

    Le tueur continue, poignardant au hasard les rares passants bravant le confinement. Il entre dans une boucherie, saute par dessus le comptoir et se saisit d’un autre couteau. Il continue son périple assassin, plongeant ses armes dans des corps de mécréants dans la boulangerie, au bureau de tabac, dans la rue. Puis les flics sont arrivés. Le tueur s’est alors agenouillé, a lâché son arme et s’est mis à psalmodier en arabe...

    Résultat de ce parcourt : deux personnes sont mortes, deux blessés en soins intensifs, une est passée en salle de réveil et deux ont quitté l’hôpital.

    Ouais mais attention, pas d’amalgames, pas de stigmatisation. Il faut comprendre ce pauvre réfugié, loin de son Soudan natal, malheureux d’être obligé de vivre dans « un pays de mécréants ». Ce brave homme dit «ne pas se souvenir de ce qui s’est passé  ». Plusieurs témoins ont affirmé aux enquêteurs que celui-ci "ne se sentait pas bien depuis plusieurs jours" et était "assez aigri" à cause du confinement, mis en place le 17 mars dernier. Compatissons aux affres de ce brave homme. Accompagné par les services de l’État et le Secours catholique, Abdallah Ahmed-Osman avait suivi un contrat de professionnalisation et une formation dans la maroquinerie, indique Le Dauphiné Libéré. "Rien, absolument rien ne laissait présager l’acte immonde dont il serait l’auteur. Il partait travailler à vélo, était poli avec mes services et moi-même, n’a posé aucune difficulté sur notre commune", indique le maire de la commune de Moras-en-Valloire, dans le nord du département de la Drôme, où le suspect a vécu plusieurs mois. 

    Comme toujours le déni de réalité fait que les autorités ont demandé une expertise psychiatrique pour chercher le pourquoi des motivations ayant poussé au crime ce monsieur si poli, si discret, inconnu des services de police ou de renseignement français ou européens, selon le Parquet national antiterroriste (PNAT) qui a ouvert une enquête notamment pour « assassinats en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

    Abdallah Ahmed-Osman, l’auteur de l’attaque né en 1987, est donc ce que d’aucuns considèrent comme « une chance pour la France ». Au point que L'Ofpra, l'Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides, lui a accordé le statut de réfugié le 29 juin 2017 et un titre de séjour de dix ans le mois suivant.

    Deux autres Soudanais proches du tueur, probablement malheureux eux aussi de devoir vivre dans un pays de mécréants, ont été interpellés et placés en garde à vue. S’ils sont complices, ils ne sont pas seuls car que dire de ces officines payées par nos deniers qui facilitent, organisent, financent l’arrivée et l’implantation de ces « chances pour la France ». Mais, pas d’amalgames, pas de stigmatisation, voyons ! Ces agissement proclament les esprits éclairés, militants de la théorie qui veut qu'en tous actes délictueux, ce n'est jamais la responsabilité de celui qui les commet mais que les coupables sont à rechercher au sein d'une société permissive, dépravée, consumériste qui n'a pas su offrir à ces pauvres êtres perdus tout ce qu'ils attendaient parce cela leur était dû.

    Regardons les choses en face. Les massacres en France, aux États-Unis, en Allemagne, mais aussi et encore plus à Kaboul, Bagdad ou au Nigeria ne sont pas commis par des mécréants, comme dit le distingué Abdallah Ahmed-Osman, ni par des athées, des agnostiques, des païens, des apostats. Ils sont commis par des individus mâles se réclamant de l’islam. Ils sont le fait de musulmans, canal sunnite ou chiite, mais c’est pareil. Et toutes les circonvolutions sémantiques, toutes les dénégations des autorités et des idiots utiles nazislamistes qui sévissent chez les islamo-bobo-gauchos n’y feront rien. Tous les meurtres, poignardages, écrasements, explosions, égorgements, éviscérations, décapitations actuels le sont au nom de la religion. Et particulièrement au nom de la religion mahométane. Les beaux esprits se gaussent de cet adage « tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais tous les terroristes sont des musulmans ». Et d’autres temps et d’autres lieux, ce fut, c’est des chrétiens, des hindouistes, des bouddhistes. Mais c’est toujours au nom d’une de ces terribles névroses collectives appelées religion qu’une partie de la population s’en prend à l’autre sous prétexte de faire son bonheur !

    Le visage de la religion, c'est celui de la haine. Haine de tout ce qui fait notre art de vivre, d'aimer, de jouir, d'inventer, de créer, de rire. De vivre quoi !

    Il est un truc qui m’a fait sauter de rage sur ma chaise en d’autres temps, suite aux massacres au camion de Nice, c’est cette phrase effarante : « Pray for Nice », « Priez pur Nice ». Ah les kons ! Les sinistres kons ! Il faudrait prier un quelconque dieu à cause de ceux qui massacrent au nom… de ces dieux !

    La konnerie humaine est vraiment, comme disait Einstein la seule approche que l’on puisse avoir de l’infini.

    Allez, je repars me confiner et préparer le boudin aux pommes pour manger à midi.



    Photo X - Droits réservés

     

  • Pom pom pom pom ! Ici l’ombre. Les Confinés parlent aux confinés.

    bill gates dessin.jpg

    Hier j’ai entendu, dans une machine à bruit les visions prémonitoires puisque datant de plusieurs années, d’un bien connu « bienfaiteur de l’humanité ». Parlant du virus Ebola il disait, en 2015 : L’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest est une tragédie, plus de 10 000 personnes sont mortes ». Aussi terrible que cette épidémie ait été, la prochaine pourrait être bien pire. Le monde n’est tout simplement pas prêt à faire face à une maladie – une grippe particulièrement virulente, par exemple – qui infecte très rapidement un grand nombre de personnes. De toutes les choses qui pourraient tuer 10 millions de personnes ou plus, la plus probable est de loin une épidémie ».
    Eh ! C’est un sacré visionnaire le mec ! Le passeur de brosse de service insistait avec admiration sur le fait que ce n’était pas un médecin qui avait fait ces prédiction mais, le ci-devant yankee visionnaire Gates Bill, l’homme qui est devenu multimilliardaire avec Microsoft et qui fait « tant de bien dans le monde » grâce à la Fondation Bill et Melinda Gates.
    Alors, avec le mauvais esprit qui me caractérise, j’ai un peu fouillé dans l’Interniais. Et - c’est pas las mauvaises langues qui manquent - je suis tombé la-dessus :

    Le coronavirus et la Fondation Gates
    Par F. William Engdahl

    Mondialisation.ca, 20 mars 2020

    https://www.mondialisation.ca/le-coronavirus-et-la-fondation-gates/5643088

     

    On peut dire que personne n’a été plus actif que Bill Gates et la Fondation Bill et Melinda Gates pour promouvoir et financer la recherche sur les vaccins contre le coronavirus. Du parrainage d’une simulation d’une pandémie mondiale de coronavirus, quelques semaines avant l’annonce de l’épidémie à Wuhan, au financement de nombreux efforts des entreprises pour mettre au point un nouveau vaccin contre ce virus apparemment nouveau, la présence de Gates est là. Qu’est-ce que cela implique réellement ?

    Nous devons admettre que Bill Gates est pour le moins prophétique. Il affirme depuis des années qu’une pandémie mondiale meurtrière va se produire et que nous ne sommes pas préparés à y faire face. Le 18 mars 2015, Gates a fait un exposé sur les épidémies à Vancouver. Ce jour-là, il a écrit sur son blog :

    « Je viens de faire un bref exposé sur un sujet sur lequel j’ai beaucoup appris ces derniers temps : les épidémies. L’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest est une tragédie – au moment où j’écris ces lignes, plus de 10 000 personnes sont mortes ». Gates a ensuite ajouté : « Aussi terrible que cette épidémie ait été, la prochaine pourrait être bien pire. Le monde n’est tout simplement pas prêt à faire face à une maladie – une grippe particulièrement virulente, par exemple – qui infecte très rapidement un grand nombre de personnes. De toutes les choses qui pourraient tuer 10 millions de personnes ou plus, la plus probable est de loin une épidémie ».
    Cette même année, en 2015, Bill Gates a écrit un article pour le New England Journal of Medicine intitulé « La prochaine épidémie : Leçons d’Ebola ». Il y parle d’une classe spéciale de médicaments qui « consiste à donner aux patients un ensemble de structures particulières à base d’ARN qui leur permettent de produire des protéines spécifiques (dont des anticorps). Bien que ce domaine soit très nouveau, il est prometteur car il est possible qu’une thérapie sûre puisse être conçue et mise en fabrication à grande échelle assez rapidement. Une recherche plus fondamentale ainsi que les progrès de sociétés comme Moderna et CureVac pourraient à terme faire de cette approche un outil clé pour stopper les épidémies ». Moderna et CureVac reçoivent tous deux aujourd’hui des fonds de la Fondation Gates et mènent la course au développement d’un vaccin COVID-19 approuvé, basé sur l’ARNm.

    2017 et création du CEPI

    Une pandémie mondiale de type grippal est en fait une chose à laquelle Gates et sa fondation bien financée ont passé des années à se préparer. En 2017, lors du Forum Économique Mondial de Davos, Gates a lancé une initiative appelée CEPI (Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (Coalition pour l’Innovation en matière de Préparation aux Épidémies)), en collaboration avec les gouvernements de Norvège, d’Inde, du Japon et d’Allemagne, ainsi qu’avec le Wellcome Trust du Royaume-Uni. Son objectif déclaré est « d’accélérer la mise au point des vaccins dont nous aurons besoin pour contenir les apparitions » de futures épidémies. Il avait alors fait remarquer que « l’un des domaines prometteurs de la recherche sur le développement des vaccins est l’utilisation des progrès de la génomique pour cartographier l’ADN et l’ARN des agents pathogènes et fabriquer des vaccins ». Nous y reviendrons.

    Événement 201

    En 2019, Bill Gates et la fondation se lançaient à fond dans des scénarios de pandémie. Il a réalisé une vidéo sur Netflix qui a donné lieu à un scénario imaginaire inquiétant. La vidéo, qui fait partie des séries « Expliquées », imaginait un marché humide en Chine où des animaux vivants et morts sont empilés et où un virus hautement mortel éclate et se répand dans le monde entier. Gates apparaît en tant qu’expert dans la vidéo pour avertir : « Si vous pensez à quelque chose qui pourrait survenir et qui tuerait des millions de personnes, une pandémie est notre plus grand risque ». Il a déclaré que si rien n’était fait pour mieux se préparer aux pandémies, le temps viendrait où le monde regarderait en arrière et souhaiterait avoir investi davantage dans des vaccins potentiels. C’était des semaines avant que le monde n’entende parler de chauves-souris et d’un marché de produits vivants à Wuhan, en Chine.

    En octobre 2019, la Fondation Gates s’est associée au Forum Économique Mondial et au Johns Hopkins Center for Health Security pour réaliser ce qu’ils ont appelé une simulation de scénario « fictif » impliquant certaines des plus grandes figures de la santé publique mondiale. Cette simulation a été appelée « Événement 201 ».

    Comme le décrit leur site web, l’Événement 201 simulait une « apparition d’un nouveau coronavirus zoonotique transmis de chauve-souris à porc à l’homme, qui finit par se transmettre efficacement d’une personne à l’autre, entraînant une grave pandémie ». L’agent pathogène et la maladie qu’il provoque sont largement inspirés du SRAS, mais il est plus transmissible dans le cadre communautaire par des personnes présentant des symptômes bénins ».

    Dans le scénario « Événement 201 », la maladie prend naissance dans un élevage de porcs au Brésil, se propage dans les régions à faible revenu et finit par exploser en une épidémie. La maladie est transportée par avion au Portugal, aux États-Unis et en Chine, et au-delà, au point qu’aucun pays ne peut la contrôler. Le scénario prévoit qu’aucun vaccin ne sera disponible la première année. « Comme toute la population humaine est sensible, au cours des premiers mois de la pandémie, le nombre cumulé de cas augmente de façon exponentielle, doublant chaque semaine ».

    Le scénario se termine alors après 18 mois, lorsque le coronavirus fictif a causé 65 millions de morts.

    « La pandémie commence à ralentir en raison de la diminution du nombre de personnes sensibles. La pandémie se poursuivra à un certain rythme jusqu’à ce qu’un vaccin efficace soit disponible ou que 80 à 90% de la population mondiale ait été exposée ».
    Les Acteurs de l’Événement 201

    Aussi intéressant que puisse être le scénario fictif de l’Événement Gates-Johns Hopkins 201 d’octobre 2019, la liste des panélistes invités à participer à la réponse mondiale imaginaire est tout aussi intéressante.

    Parmi les « acteurs » sélectionnés, comme ils ont été appelés, se trouvait George Fu Gao. Le Professeur Gao est notamment Directeur du Centre chinois pour le contrôle et la Prévention des Maladies depuis 2017. Sa spécialisation comprend des recherches sur « la transmission interespèces du virus de la grippe (saut d’hôte)… Il s’intéresse également à l’écologie des virus, en particulier la relation entre le virus de la grippe et les oiseaux migrateurs ou les marchés de volailles vivantes et l’écologie et la biologie moléculaire des virus dérivés des chauves-souris ». L’écologie des virus dérivés de la chauve-souris…

    Le Professeur Gao a été rejoint, entre autres, par l’ancienne Directrice Adjointe de la CIA pendant le mandat d’Obama, Avril Haines. Elle a également été l’assistante du Président Obama et la principale adjointe du Conseiller à la Sécurité Nationale. Le contre-amiral Stephen C. Redd, Directeur du Bureau de Préparation et d’Intervention en matière de Santé Publique aux Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC) a également participé à l’événement de Gates. Ce même CDC est au centre d’un énorme scandale pour ne pas avoir à disposition des tests fonctionnant adéquats pour tester les cas de COVID-19 aux États-Unis. Leur préparation était tout sauf louable.

    Le groupe était complété par Adrian Thomas, le Vice-Président de Johnson & Johnson, le géant de la médecine et de la pharmacie, qui a fait l’objet d’un scandale. Thomas est responsable de la préparation aux pandémies chez J&J, notamment du développement de vaccins contre le virus Ebola, la dengue et le VIH. Et il y avait Martin Knuchel, responsable de la gestion des crises, des urgences et de la continuité des activités pour le groupe Lufthansa Airlines. Lufthansa a été l’une des principales compagnies aériennes à réduire considérablement ses vols pendant la crise de la pandémie de COVID-19.

    Tout cela montre que Bill Gates a été très préoccupé par la possibilité d’une pandémie mondiale qui, selon lui, pourrait être encore plus importante que les décès présumés dus à la mystérieuse grippe espagnole de 1918, et qu’il a lancé un avertissement au moins au cours des cinq dernières années ou plus. La Fondation Bill & Melinda Gates a également participé au financement du développement de nouveaux vaccins en utilisant les technologies de pointe d’édition de gènes du CRISPR et d’autres technologies.

    Les vaccins contre le coronavirus

    L’argent de la Fondation Gates soutient le développement de vaccins sur tous les fronts. La société Inovio Pharmaceuticals de Pennsylvanie a reçu 9 millions de dollars de la CEPI (Coalition for Epidemic Preparedness Innovations), soutenue par la fondation Gates, pour développer un vaccin, INO-4800, qui est sur le point d’être testé sur l’homme en avril, un délai suspectement rapide. En outre, la Fondation Gates vient de donner à la société 5 millions de dollars supplémentaires pour développer un dispositif intelligent propriétaire pour l’administration intradermique du nouveau vaccin.

    En outre, les fonds de la Fondation Gates, via le CEPI, financent le développement d’une nouvelle méthode de vaccination radicale connue sous le nom d’ARN messager ou ARNm.

    Ils cofinancent la société de biotechnologie de Cambridge, Massachusetts, Moderna Inc. pour développer un vaccin contre le nouveau coronavirus de Wuhan, maintenant appelé SARS-CoV-2. L’autre partenaire de Moderna est l’Institut National Américain des Allergies et des Maladies Infectieuses (NIAID), qui fait partie des Instituts Nationaux de la Santé (NIH). Le chef du NIAID est le Dr Anthony Fauci, la personne au centre de la réponse d’urgence de l’administration Trump en matière de virus. Le vaccin contre le coronavirus Fauci-Gates Moderna, ARNm-1273, a été mis en place en quelques semaines, et non en quelques années. Le 24 février, il a été envoyé directement au NIH de Fauci pour des tests sur des cobayes humains, et non sur des souris comme c’est normalement le cas. Le conseiller médical en chef de Moderna, Tal Zaks, a déclaré : « Je ne pense pas que le fait de prouver cela sur un modèle animal soit pertinent pour le porter à un essai clinique ».

    Une autre admission notable de Moderna sur son site web est l’avertissement légal, « Note spéciale concernant les déclarations prospectives : …Ces risques, incertitudes et autres facteurs comprennent, entre autres : … le fait qu’il n’y a jamais eu de produit commercial utilisant la technologie ARNm dont l’utilisation ait été approuvée ». En d’autres termes, la santé et la sécurité des personnes n’ont absolument pas été prouvées.

    Une autre société de biotechnologie travaillant avec la technologie ARNm non éprouvée pour développer un vaccin pour le COVID-19 est une société allemande, CureVac. Depuis 2015, CureVac a reçu de l’argent de la Fondation Gates pour développer sa propre technologie ARNm. En janvier, la CEPI, soutenue par la Fondation Gates, a accordé plus de 8 millions de dollars pour développer un vaccin à ARNm pour le nouveau coronavirus.

    Ajoutez à cela le fait que la Fondation Gates et les entités connexes telles que la CEPI constituent les plus grands bailleurs de fonds de l’entité public-privé connue sous le nom d’OMS, et que son directeur actuel, Tedros Adhanom, le premier Directeur de l’OMS de l’histoire à ne pas être médecin, a travaillé pendant des années sur le VIH avec la Fondation Gates lorsque Tedros était Ministre du gouvernement en Éthiopie, et nous voyons qu’il n’y a pratiquement aucune région où sévit la pandémie actuelle de coronavirus qui ne porte pas les empreintes de l’omniprésent Gates. Si c’est pour le bien de l’humanité ou s’il y a lieu de s’inquiéter, le temps nous le dira.

    F. William Engdahl

    Article original en anglais :

    Coronavirus, Vaccines and the Gates Foundation

     

  • Après la Grande escapade, le Japon, une drôle de démocratie ?

    cerisiers et fuji.jpg

     

    Un grand fauve. Un tigre crocs et griffes dehors. Tel est apparu ce brésilo-libano-français qu’il est de bon ton de pourrir. Pendant deux heures et demie il a fait face aux plumitifs du monde entier, menant la danse, désignant à qui il prêtait la parole. Il a déchiré à pleines dents les accusations portées contre lui par une « justice » japonaise dont les méthodes m’ont incité à aller voir d’un peu plus près ce qu’était ce peuple réputé gentil, poli, souriant. Un peuple qu’on connaît surtout pour ses sushis, ses mangas, le dessin de La Vague et les photos de cerisiers en fleurs sur fond de Fujiyama enneigé. Un peuple que l’on est spontanément porté à soutenir dans la terrible épreuve du tsunami, à plaindre pour Hiroshima et Nagasaki. Mouais… Faut voir… Nous verrons.

    Le milieu des affaires, dans notre époque de capitalisme financier sans pitié, d’ultralibéralisme ravageur est une jungle où règnent les règles de la mafia : le profit à tout prix, l’obéissance totale aux règles de la mafia financière, la mort – physique, politique ou économique – pour les « traîtres ». Pas de place pour les poètes… Dans ce milieu, Carlos Ghosn est un « capo », un seigneur. Mais aussi un saigneur d’ouvriers…

    C’est un personnage de roman. Petit-fils d’un émigré libanais au Brésil où il fera fortune. Fils de meurtrier condamné à mort puis gracié. Carlos, lui retourne au Liban à six ans, puis fait des études supérieures en France : math sup, math spé, polytechnique, Mines. Bref, une tronche. Il œuvrera chez Michelin puis chez Renault. Ses méthodes sont brutales, c’est un « cost killer » et Pole Emploi lui doit bien des clients et les actionnaires bien des profits… Puis, en 1999 il est chargé de faire revivre si possible un géant nippon moribond, Nissan. Avec succès. Il vise un retour à la rentabilité dès l’année fiscale 2000. Objectif atteint mais en mettant la révolution dans le landerneau entrepreneurial nippon : plus d’emplois à vie, implication de tous aux résultats, politique de la performance, et évidemment réduction drastique des effectifs avec la fermeture de cinq usines. Il ne fait pas dans la dentelle le Carlos ! Mais il sauve la boîte, les Japonais l’encensent, il devient un héros de manga… Mouais…

    Nissan, devient deux fois plus gros que son « propriétaire » Renault. Mais, grâce à un tour de passe-passe du ministre de l’économie Macron Emmanuel, ses représentants n’ont pas voix au chapitre… Ce sera le début des tirages dans le couple. Les Nippons dont la xénophobie est proverbiale, avaient les boules de se faire commander par un étranger. Gouvernants et dirigeants de la boîte ont donc ourdi une embrouille pour se sortir de cette alliance pesante. En faisant tomber Ghosn.

    L’histoire inonde tous les médias, inutile donc d’essayer de réinventer la roue. Coupable Carlos ? Pas coupable ? De quoi ? Combien de fric en jeu ? Quelques dizaines de millions. C’est beaucoup. Oui mais qu’est-ce à côté de ce que ce déballage, ce suicide d’image coûte aux deux entreprises : vingt millions par jour pour Renault et quarante millions par jour pour Nissan en termes de capitalisation boursière. Et tandis que l’ensemble de la production automobile hors Renault-Nissan progresse de 12 %, la production de « l’alliance » baisse drastiquement. En termes économiques, tout est là, le reste, c’est du baratin.

    On ne va pas pleurer sur un empereur déchu, il se refera… Mais cette affaire permet à ceux qui ont quelques curiosités de découvrir un Japon bien loin de l’image sympa des cerisiers en fleurs, du Fuji-Yama, des centenaires zen, des gros sumos, des geishas et des sushis. Carlos explique sans ambages la manière dont cette « démocratie » conçoit sa justice. Un procureur tout-puissant, au service des gouvernants et des puissances financières et industrielles, un juge potiche et une défense sans armes puisque n’ayant même pas accès au dossier. Le proc instruit uniquement à charge – c’est son rôle – et le juge condamne à 99,4 % selon les volontés du procureur. Pour cela l’accusation extorque les aveux de l’inculpé. Par une redoutable torture psychique. Carlos décrit ses conditions de vie dans les geôles nippones. Une cellule de 6 mètres carrés éclairée a giorno nuit et jour. Un grabat sur un banc de béton étroit. Un chiotte, un point d’eau. Le détenu ne peut dormir (?!) que couché en direction de la porte sous la surveillance constante d’une caméra et périodique d’un surveillant. Réveillé à toute heure du jour ou de la nuit pour des interrogatoires de 8 heures, pouvant aller jusqu’à 14 heures. Pas d’avocat, pas d’accès au dossier. Il s’agit de casser toute résistance de sorte que l’inculpé finit par avouer tout ce que veulent ses tortionnaires. D’où les 99,4 % de condamnation. Putaing ! Dire qu’on se plaint en France…

    Alors je suis allé un peu fouiller sur l’interniais en tapant « atrocités japonaises ». Je savais que ce n’étaient pas des tendres, mais je suis tombé sur le cul. Les Japs étaient considérés comme les « nazis de l’Asie ».

    Exemple : Une atrocité parmi les plus connues est le concours de meurtres, auquel se sont adonnés deux officiers japonais. Couvert par plusieurs journaux comme un évènement sportif, le concours portait sur celui qui serait le plus "productif" à la baïonnette : Publiée dans le Tokyo Nichi Nichi Shimbun, une photo met en valeur les deux officiers, Mukai et Noda, ayant un score respectif de 106 décapités pour Mukai, contre 105 pour Noda. On peut y lire "Record incroyable", et que les deux officiers se sont mis d’accord sur une manche supplémentaire : puisqu’il était difficile de savoir qui était arrivé à 100 en premier, ils ont décidé de recommencer, avec cette fois pour but d’atteindre les 150 décapitations. lien

    Les historiens et les gouvernements de nombreux pays ont considéré les militaires de l’Empire du Japon, à savoir l’Armée impériale japonaise et la Marine impériale japonaise, comme les responsables des tueries et autres crimes commis à l’encontre de plusieurs millions de civils ou de prisonniers de guerre (PG) au cours de la première moitié du XXe siècle.

    Les crimes de guerre ont atteint leur paroxysme au cours de la seconde guerre sino-japonaise de 1937-1945 et des campagnes asiatiques et du Pacifique de la Guerre de la Grande Asie orientale (1941-1945).

    Comme dans les dictatures européennes, la brutalité irrationnelle, la haine et la peur devinrent banales dans les territoires occupés par le Japon.

    L’historien Chalmers Johnson écrit que : « Établir lequel des deux agresseurs de l’Axe, l’Allemagne ou le Japon, fut au cours de la Seconde Guerre mondiale le plus brutal à l’égard des peuples qu’ils martyrisèrent est dénué de sens. Les Allemands ont tué six millions de Juifs et 20 millions de Russes (c’est-à-dire de citoyens soviétiques) ; les Japonais ont massacré pas moins de 30 millions de Philippins, Malais, Vietnamiens, Cambodgiens, Indonésiens et Birmans, dont au moins 23 millions étaient ethniquement chinois. Ces deux pays ont pillé les pays qu’ils ont conquis à une échelle monumentale, encore que le Japon ait volé plus, et sur une plus longue période, que les Nazis. Les deux conquérants ont réduit en esclavage des millions de personnes et les ont exploités comme main-d’œuvre forcée et, dans le cas des Japonais, comme prostituées (de force) pour les troupes du front. Le taux de mortalité pour les prisonniers de guerre aux mains des Japonais approchait les 30 % ».

    Pour la seule Chine, les conséquences directes de l’invasion japonaise furent qu’entre 1937 et 1945 approximativement 3,9 millions de Chinois, essentiellement des civils, furent directement exterminés par les politiques du régime shôwa et 10,2 millions de civils périrent des causes indirectes liées à l’invasion. L’évènement le plus connu de cette période est celui du massacre de Nankin survenu en 1937-1938 lorsque, selon les investigations du Tribunal militaire international pour l’Extrême-Orient, l’armée japonaise a massacré 260 000 civils et prisonniers de guerre.

    Mais ce n’est pas tout. On descend encore dans l’horreur. Des unités militaires japonaises spéciales ont mené des expériences sur des civils et des PG en Chine. Une des plus tristement célèbres était l’Unité 731. Ses victimes furent l’objet de vivisections sans anesthésie, d’amputations et furent utilisées pour tester les armes biologiques entre autres expériences. Il n’était pas fait usage de moyens anesthésiants car on considérait que cela pouvait altérer les résultats des expériences. Certaines victimes se virent injecter du sang d’origine animale.

    « Pour mettre au point un traitement des engelures, des prisonniers étaient mis à l’extérieur dans de l’eau glacée et forcés de laisser leurs bras exposés au froid. Leurs bras étaient alors régulièrement arrosés d’eau jusqu’à ce qu’ils soient complètement gelés. Le bras était ensuite amputé. Le médecin répétait le procédé depuis le bas du bras de la victime jusqu’à son épaule. Une fois les deux bras complètement amputés, les médecins faisaient de même avec les jambes jusqu’à ce qu’il ne reste qu’une tête et un torse. La victime était alors utilisée pour des expériences portant sur la peste et d’autres agents pathogènes » lien

    De nombreux rapports écrits et témoignages rassemblés par la section australienne pour les crimes de guerre du tribunal de Tokyo, examinés par le procureur William Webb (futur juge en chef), montrent que des Japonais ont commis dans plusieurs parties de l’Asie ou du Pacifique des actes de cannibalisme contre des prisonniers de guerre alliés ou des populations civiles

    Par exemple, un prisonnier de guerre indien, le Havildar Changdi Ram témoigna que le 12 novembre 1944 la Kempeitai décapita un pilote allié. « Je vis la scène de derrière un arbre et observai certains des Japonais découper la chair de ses bras, de ses jambes, de ses hanches et de ses fesses et la ramener à leurs quartiers… Ils la coupèrent en petits morceaux et la firent frire. »

    Dans certains cas, la chair était prélevée sur des personnes en vie : un autre prisonnier de guerre indien, le Lance Naik Hatam Ali (qui devait plus tard devenir citoyen pakistanais), témoigna qu’en Nouvelle-Guinée : « Les Japonais commencèrent à sélectionner les prisonniers et chaque jour un prisonnier était tué et mangé par les soldats. J’ai vu cela personnellement et près de 100 prisonniers furent tués et mangés par les soldats à cet endroit. Ceux d’entre nous qui restaient furent emmenés à un autre endroit situé à 80 km où dix prisonniers moururent de maladie. À cet endroit, les Japonais recommencèrent à sélectionner des prisonniers en vue de les manger. Ceux qui étaient sélectionnés étaient amenés dans une hutte où leur chair était prélevée sur leurs corps alors qu’ils étaient encore en vie. Ils étaient ensuite jetés dans un fossé où ils finissaient par mourir. » Putaing ! Je vais y regarder à deux fois avant de bouffer des sushis !

    Et puis il y a les « femmes de réconfort ». Le terme femme de réconfort (慰安婦 ianfu) ou femme de réconfort militaire (従軍慰安婦 jūgun-ianfu) était un euphémisme désignant les prostituées dans les bordels militaires japonais établis dans les pays occupés, donnant par la suite lieu à des accusations d’esclavage sexuel. Le nombre de femmes qui devinrent femmes de réconfort par la contrainte est sujet à discussion. Certaines sources prétendent que virtuellement toutes les femmes de réconfort avaient consenti à devenir prostituées et/ou étaient payées mais d’autres ont fait état de recherches démontrant un lien entre l’armée japonaise et le recrutement forcé de femmes locales. Pas moins de 200 000 femmes, essentiellement d’origine coréenne ou chinoise et en provenance d’autres pays comme les Philippines, Taiwan, la Birmanie, les Pays-Bas, l’Australie et les Indes néerlandaises, furent forcées de se livrer à la prostitution. lien

    Les Japonais de l’époque, devenus des monstres après les années de guerre et de propagande décrivaient les autres habitants de l’Asie comme du "bétail" (家畜).

    japon

    Civils enterrés vivants

    Finalement Carlos, après Hiroshima et Nagasaki ils sont devenus presque gentils les fils du soleil levant ! Mais que deviendraient-ils sans l’occupation étasunienne ? On peut raisonnablement avoir quelques frissons dans le dos… Et l'Abe Shinzo n'est pas des plus rassurants...



    https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/loi-florange-les-droits-de-vote-double-decouragent-les-grands-fonds-etrangers-963563

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Crimes_de_guerre_du_Japon_Sh%C5%8Dwa

    https://www.sciencespo.fr/mass-violence-war-massacre-resistance/fr/document/femmes-de-ra-confort-de-larma-e-impa-riale-japonaise-enjeux-politiques-et-genre-de-la-ma-mo.html

    http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fwww.hawaii.edu%2Fpowerkills%2FNOTE2.HTM

    https://www.japantimes.co.jp/news/2019/07/08/national/history/detailed-report-documents-japans-use-nerve-agents-second-sino-japanese-war/#. Xhg6kYXe4y6

    https://www.sciencespo.fr/mass-violence-war-massacre-resistance/fr/document/les-violences-de-masse-japonaises-et-leurs-victimes-pendant-la-guerre-de-quinze-ans-1931-19.html

    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%88re_Sh%C5%8Dwa_%281926-1989%29

    https://www.sciencespo.fr/mass-violence-war-massacre-resistance/en/document/japanese-mass-violence-and-its-victims-fifteen-years-war-1931-45.html



    Photos X - Droits réservés