Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

réformes

  • « Lettre à son Altesse Macron 1er  » 

    retraites dessin.jpg

     

    J’ai reçu ça dans ma boite courriel :

     

    « Sire, je voudrais vous féliciter. Il vous en a fallu du courage pour décider de ponctionner les soi-disant avantages de tous ces bienheureux retraités.

    Il est vrai qu'ils sont redoutables et, pour tout dire, presque enragés avec leurs béquilles, leurs bandages sans parler des chaises percées.

    Il y a même un bon côté. Peu s'en iront à l'abordage afin d'incendier l'Élysée ou de construire des barrages.

    Et puis ils vont bientôt crever. Alors pourquoi donc s'en priver ?

    Peut-être vous a-t-il échappé ce que fut leur enfance dorée ?

    La deuxième guerre mondiale avec son lot de privations, de bombardements, un régal pour qui aime les films d'action.

    Et ensuite ce fut l'école où l'on passa bien peu de temps, pas comme certains guignols qui n'en sortent qu'à 27 ans.

    Souvent après, c'était l'usine où l'on entrait à 14 ans et travaillait quarante-huit heures par semaine. Quinze jours de congés payés.

    Vraiment l'existence rêvée.

    Puis notre service militaire. Dites-moi où l'avez-vous fait ? 

    Pour nous, 28 mois d'une guerre.(Algérie, Indochine) Trente mille jeunes y sont tombés. Mais cela n'est pas votre affaire.

    Alors pourquoi donc se gêner.

    Pressurons-les tous, ces nantis, pour pouvoir mieux distribuer 

    Pour ce qui est du logement, mon Dieu que nous fûmes gâtés, à six dans l'appartement d'à peine soixante mètres carrés sans aucune des commodités arrivés.

    Sans doute l'histoire de France n'est pas votre tasse de thé. Elle fut traitée en votre absence ou bien vous l'avez oubliée.

    Pas nous ! Un jour, vous vous en apercevrez... Macron, le Saigneur des retraités !

    Appelons désormais Macron, le Saigneur des retraités car c'est vraiment le titre qui lui convient.

    Bernard HERTZOG Maire de Silly-sur-Nied 57530 de 1977 à 2014
    Conseiller général honoraire de Moselle, Chevalier dans l'ordre national du mérit
    e, Chevalier dans l'ordre des palmes académiques. »



    Moi aussi j’ai des idées. Pour résoudre le problème de la vieillesse galopante (salauds de vieux!), il existe une mesure ayant fait ses preuves dans les régions tropicales, « la montée au cocotier ».

    Chaque année, comme il y avait avant le "passage au conseil", on déterminera une classe d’age (64 ans, l’age de la retraite « pivot » prévue pour le commun des kons, me semble opportun). Les gens de cette « classe » seront convoqués sur le stade de la ville où auront été plantés quelques mats de cocagne. Les impétrants devront grimper en haut du mat. Lorsqu’ils auront atteint une hauteur, disons de cinq à six mètres, des membres de la « commission de contrôle des vieux », secoueront fortement le pied du mat.

    Résultat : ceux qui résisteront gagneront le droit de vivre un an de plus, jusqu’à la prochaine session de « Passage au cocotier ».

    Ceux qui tomberont… Ben ils libèreront le territoire.

    C’est-y pas une bonne idée ça ? Eh ! Micron, tu devrais me prendre comme conseiller spécial !

    Trêve de plaisanterie cynique. La volonté réelle des gouvernements, tant de Sarko, de Hollande que de Macron est de faire prendre conscience aux salariés qu’ils n’auront jamais une retraite par répartition décente. En organisant l’incertitude, le doute sur ce que sera leur pension future, en leur suggérant cyniquement qu’elle ne sera qu’un minimum vital. La solution « raisonnable » pour les générations actives étant donc de se constituer une retraite par capitalisation.

    Et à qui il dit merci le pote à Manu, le yankee Larry Flint, l’un des plus féroces vautours de la finance, PDG de BlackRock, l’un des plus gros fonds de pension US ? Ce personnage a ses entrées à l’Elysée, ses sbires ont « conseillé » les concepteurs de la retraite par points.

    Cela vaut bien la Légion d’honneur pour le patron de la succursale française de ce requin de la finance, Jean-François Cirelli…

    Illustration X - Droits réservés.

  • TRAVAILLEZ ! COTISEZ ! PUIS CREVEZ !

    x

    Lire la suite

  • Approchez Mesdames et Messieurs ! Tentez votre chance à la grande tombola des retraites !

    retraites dessin.jpg

    En écrivant ces lignes, j’entends le Berger fidèle s’exprimer dans la machine à bruit. Il est prêt à lécher les Gucci de Macron et de son collaborateur Philippe pourvu que ceux-ci lui donnent un nonos à ronger, en l’occurrence ramener « l’âge pivot » à, disons 63 ans. Moyennant quoi il acceptera tout le paquet « systémique » (pour user de la Novlangue à la mode) de la retraite à points. C’est-à-dire la Tombola organisée par la Commission européenne. Car la retraite à points est bien une « demande » venant de l’Union européenne. Partout où ce système est imposé, les montants des retraites ont diminué, l’âge pivot a reculé. Comme en Allemagne, où les retraites ont baissé de 10 % par rapport aux salaires. Et où 2,7 millions des plus de 65 ans vivent sous le seuil de pauvreté. Ou comme en Suède, où les travailleurs doivent bosser jusqu’à 68,5 ans pour toucher le montant qu’ils avaient avant la réforme, à 65 ans.

    Serions-nous plus kons que les Belges ? Les arrangements « raisonnables » que le patron du premier syndicat français s’apprête à signer pourraient le laisser croire. Parce il y a deux ans, gouvernement et patronat belges ont tenté d’imposer une « pension » à points. Les travailleurs belges ont réussi à les faire reculer.

    La retraite à points, ça veut dire : on vous donnera des points et plus des euros. Ces points seront calculés à la fin de votre carrière. Mais ils seront variables en fonction du budget de l’État, du coût de la vie et de l’espérance de vie. Donc, si l’espérance de vie augmente, notre pension va diminuer. S’il y a de nouveau une crise comme en 2008, c’est à nouveau les pensionnés qui vont payer, automatiquement. C’est une pension tombola, et c’est le gouvernement qui tire les numéros perdants…

    La finalité cachée mais bien réelle de cette « réforme » - de ce recul – est de baisser le montant des pensions de retraite mais aussi et surtout de semer le doute dans l’esprit des futurs retraités : « combien vais-je toucher quand je prendrais ma retraite ? » Comme il est impossible de faire une simulation et que le dernier mot – la valeur du point – appartiendra toujours au gouvernement, les salariés inquiets vont être puissamment incités à prendre une assurance individuelle en se tournant vers les systèmes de pension privés : les fameux fonds de pensions avec lesquels chaque salarié épargne pour sa propre retraite, au lieu de compter sur la solidarité entre les générations. La négation du troisième terme de la devise de notre république : « Fraternité ».

    Voilà ce que veut Macron, président des riches, président banquier, président mis en place part les lobbys financiers dont le plus puissant, l’étasunien Blackrock, a ses entrées directes à l’Élysée. La réforme des retraites, pour les financiers, doit être l’occasion de mettre en œuvre un système par capitalisation, qui, jusque-là, n’a pas réussi à s’implanter en France, en dépit des divers mécanismes instaurés depuis quinze ans (dispositifs Madelin, Perco, Perp). Elle doit leur permettre de mettre enfin la main sur une épargne « parmi les plus élevées d’Europe » qui leur échappe jusqu’à présent.

    Cette offensive pour faire les poches des travailleurs français au profit des mafias financières yankees a commencé par la loi « Pacte » (adoptée par le parlement le 11 avril 2018 et promulguée le 22 mai 2019) dont un discret paragraphe ouvre la porte aux grandes sociétés de gestion et fonds de pension anglo-saxons, pour qu’ils puissent prendre pied sur le « marché » français de la retraite.

    Jusqu’à présent, ces pas vers la retraite par capitalisation gardaient tout de même le système de la rente versée en complément des rentes AGIRC-ARRCO et non pas en capital versé le moment venu. Or la loi Pacte contient une mesure radicale, consistant à autoriser aussi la sortie en capital de tous ces produits, ce qui les transforme en produits financiers ordinaires, sans les avantages de produits assurantiels, sans la garantie de sauvegarder son épargne, donc soumis à toutes les spéculations. Aux États-Unis, où la sortie en rente n’était pas obligatoire et où l’épargne retraite est investie dans des fonds de pension, majoritairement en actions et sans aucune garantie de capital, les retraités ont subi de lourdes pertes pendant la crise financière (30 %). C’est la tombola ! Tentez votre chance : faites « confiance » aux mafias de la finance !

    Pour y voir plus clair dans ce foutoir, il convient de rappeler comment fonctionne le système de retraite français.

    Il y a d’abord le premier palier : le régime de base obligatoire, c’est la retraite Sécu par laquelle la génération des actifs paie la retraite de ses parents.

    Il y a ensuite un deuxième palier, également obligatoire, le régime des retraites complémentaires. Celui de l’AGIRC (Association générale des institutions de retraite complémentaire des cadres), qui gère le régime de retraite complémentaire des cadres du secteur privé, et celui de l’ARRCO (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés), qui gère le régime de retraite complémentaire de l’ensemble des salariés du secteur privé.

    Puis il y a un autre palier, pas obligatoire celui-là mais prenant de plus en plus de place, ce sont les retraites supplémentaires que les Français peuvent souscrire volontairement soit individuellement, soit à travers leur entreprise. C’est vers ce palier que la réforme-recul Macron veut progressivement orienter le système de retraite français. Ce serait enfin la grande victoire du patronat sur les avancées sociales du Conseil National de la Résistance (dont Philippe, sans vergogne, a osé se prévaloir lors d’un de ces bavardages !)

    C’est là que réside la grande hypocrisie de Macron et de ses sbires : Philippe, Delevoye et son successeur. La main sur le cœur, ils peuvent jurer sur leurs grands dieux qu’ils ne feront rien contre les régimes de retraite par répartition. Mais si, par la suite, ces systèmes deviennent de moins en moins généreux, la capitalisation ne peut que prendre de plus en plus d’importance. C’est ce que suggère cette réforme, partie pour faire la part belle aux grands fonds de pension anglo-saxons.

    Pour accélérer le dynamitage de la retraite par répartition, l’économiste mondialement reconnu Thomas Piketti a trouvé dans la réforme-recul une autre mesure : l’abaissement des cotisations retraite sur les très hauts salaires. Jusqu’à présent, les cotisations sur les retraites sont perçues jusqu’à des salaires de 27 000 euros par mois, soit huit fois le plafond de la Sécurité sociale. Dans le cadre de sa réforme, le gouvernement prévoit que les cotisations obligatoires sur les salaires seront perçues jusqu’à 10 000 euros par mois, soit trois fois le plafond de la Sécurité sociale. Au-delà, il y aurait juste une cotisation de « solidarité » de 2,8 %. « Par rapport au système actuel, c’est une énorme baisse de cotisation pour les salaires entre 120 000 et 250 000 euros par an. C’est le nouveau « super Macron des riches », s’offusque-t-il. Pourtant le Premier ministre Pinocchio-Philippe, décidément sans vergogne dans ses mensonges, nous présente ça comme « un effort des plus riches envers les plus pauvres ».

    Maintenant qu’on y voit un peu plus clair, une seule réponse : grèves, manifestations et toutes actions visant à faire retirer cette réforme-recul par ce gouvernement puant les relents thatchiériens.

    « Ils » nous disent tous qu’il n’y a pas d’alternatives : ou on baisse les pensions, ou on augmente les cotisations, ou on recule l’âge de la retraite. Il n’est venu l’idée à personne parmi ces têtes d’œuf, d’élargir l’assiette de ces cotisations, notamment à tous les robots qui prennent la place des femmes et des hommes. Quand je vais dans un hypermarché, il y a maintenant une dizaine de caisses automatiques où une seule personne est remplacée par huit ou dix robots.  Des exemples comme ça il y en a partout: sur les autoroutes, pour les billets SNCF ou métro, etc. Cherchez.Taxons-les au SMIC pour le nombre de personnes qu’elles virent et tant la retraite que la Sécu et le chomdu seront immédiatement à l’équilibre financier.

    Eh ! Oh ! Victor, t’as fumé le paillasson ou quoi ?



    Sources :

    https://www.mediapart.fr/journal/france/091219/retraites-blackrock-souffle-ses-conseils-pour-la-capitalisation-l-oreille-du-pouvoir

    https://www.liberation.fr/france/2019/09/11/thomas-piketty-sur-les-retraites-c-est-le-nouveau-super-macron-des-riches_1750751

    https://www.ptb.be/comment_les_travailleurs_belges_ont_bloqu_la_retraite_points

    https://www.agirc-arrco.fr/qui-sommes-nous/organisation/agirc/

    https://www.agirc-arrco.fr/qui-sommes-nous/organisation/federation-arrco/

    https://www.mediapart.fr/journal/economie/090418/retraite-la-porte-ouverte-aux-fonds-de-pension

    https://www.economie.gouv.fr/plan-entreprises-pacte#

    https://www.initiative-communiste.fr/articles/international/la-federation-syndicale-mondiale-intervient-pour-demander-le-retrait-du-planmacron-et-soutenir-les-travailleurs-en-france-la-ces-presidee-par-berger-muette/

    https://www.ptb.be/comment_les_travailleurs_belges_ont_bloqu_la_retraite_points

     

     

    Illustration X - Droits réservés