Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

réformes

  • TRAVAILLEZ ! COTISEZ ! PUIS CREVEZ !

    x

    Lire la suite

  • Approchez Mesdames et Messieurs ! Tentez votre chance à la grande tombola des retraites !

    retraites dessin.jpg

    En écrivant ces lignes, j’entends le Berger fidèle s’exprimer dans la machine à bruit. Il est prêt à lécher les Gucci de Macron et de son collaborateur Philippe pourvu que ceux-ci lui donnent un nonos à ronger, en l’occurrence ramener « l’âge pivot » à, disons 63 ans. Moyennant quoi il acceptera tout le paquet « systémique » (pour user de la Novlangue à la mode) de la retraite à points. C’est-à-dire la Tombola organisée par la Commission européenne. Car la retraite à points est bien une « demande » venant de l’Union européenne. Partout où ce système est imposé, les montants des retraites ont diminué, l’âge pivot a reculé. Comme en Allemagne, où les retraites ont baissé de 10 % par rapport aux salaires. Et où 2,7 millions des plus de 65 ans vivent sous le seuil de pauvreté. Ou comme en Suède, où les travailleurs doivent bosser jusqu’à 68,5 ans pour toucher le montant qu’ils avaient avant la réforme, à 65 ans.

    Serions-nous plus kons que les Belges ? Les arrangements « raisonnables » que le patron du premier syndicat français s’apprête à signer pourraient le laisser croire. Parce il y a deux ans, gouvernement et patronat belges ont tenté d’imposer une « pension » à points. Les travailleurs belges ont réussi à les faire reculer.

    La retraite à points, ça veut dire : on vous donnera des points et plus des euros. Ces points seront calculés à la fin de votre carrière. Mais ils seront variables en fonction du budget de l’État, du coût de la vie et de l’espérance de vie. Donc, si l’espérance de vie augmente, notre pension va diminuer. S’il y a de nouveau une crise comme en 2008, c’est à nouveau les pensionnés qui vont payer, automatiquement. C’est une pension tombola, et c’est le gouvernement qui tire les numéros perdants…

    La finalité cachée mais bien réelle de cette « réforme » - de ce recul – est de baisser le montant des pensions de retraite mais aussi et surtout de semer le doute dans l’esprit des futurs retraités : « combien vais-je toucher quand je prendrais ma retraite ? » Comme il est impossible de faire une simulation et que le dernier mot – la valeur du point – appartiendra toujours au gouvernement, les salariés inquiets vont être puissamment incités à prendre une assurance individuelle en se tournant vers les systèmes de pension privés : les fameux fonds de pensions avec lesquels chaque salarié épargne pour sa propre retraite, au lieu de compter sur la solidarité entre les générations. La négation du troisième terme de la devise de notre république : « Fraternité ».

    Voilà ce que veut Macron, président des riches, président banquier, président mis en place part les lobbys financiers dont le plus puissant, l’étasunien Blackrock, a ses entrées directes à l’Élysée. La réforme des retraites, pour les financiers, doit être l’occasion de mettre en œuvre un système par capitalisation, qui, jusque-là, n’a pas réussi à s’implanter en France, en dépit des divers mécanismes instaurés depuis quinze ans (dispositifs Madelin, Perco, Perp). Elle doit leur permettre de mettre enfin la main sur une épargne « parmi les plus élevées d’Europe » qui leur échappe jusqu’à présent.

    Cette offensive pour faire les poches des travailleurs français au profit des mafias financières yankees a commencé par la loi « Pacte » (adoptée par le parlement le 11 avril 2018 et promulguée le 22 mai 2019) dont un discret paragraphe ouvre la porte aux grandes sociétés de gestion et fonds de pension anglo-saxons, pour qu’ils puissent prendre pied sur le « marché » français de la retraite.

    Jusqu’à présent, ces pas vers la retraite par capitalisation gardaient tout de même le système de la rente versée en complément des rentes AGIRC-ARRCO et non pas en capital versé le moment venu. Or la loi Pacte contient une mesure radicale, consistant à autoriser aussi la sortie en capital de tous ces produits, ce qui les transforme en produits financiers ordinaires, sans les avantages de produits assurantiels, sans la garantie de sauvegarder son épargne, donc soumis à toutes les spéculations. Aux États-Unis, où la sortie en rente n’était pas obligatoire et où l’épargne retraite est investie dans des fonds de pension, majoritairement en actions et sans aucune garantie de capital, les retraités ont subi de lourdes pertes pendant la crise financière (30 %). C’est la tombola ! Tentez votre chance : faites « confiance » aux mafias de la finance !

    Pour y voir plus clair dans ce foutoir, il convient de rappeler comment fonctionne le système de retraite français.

    Il y a d’abord le premier palier : le régime de base obligatoire, c’est la retraite Sécu par laquelle la génération des actifs paie la retraite de ses parents.

    Il y a ensuite un deuxième palier, également obligatoire, le régime des retraites complémentaires. Celui de l’AGIRC (Association générale des institutions de retraite complémentaire des cadres), qui gère le régime de retraite complémentaire des cadres du secteur privé, et celui de l’ARRCO (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés), qui gère le régime de retraite complémentaire de l’ensemble des salariés du secteur privé.

    Puis il y a un autre palier, pas obligatoire celui-là mais prenant de plus en plus de place, ce sont les retraites supplémentaires que les Français peuvent souscrire volontairement soit individuellement, soit à travers leur entreprise. C’est vers ce palier que la réforme-recul Macron veut progressivement orienter le système de retraite français. Ce serait enfin la grande victoire du patronat sur les avancées sociales du Conseil National de la Résistance (dont Philippe, sans vergogne, a osé se prévaloir lors d’un de ces bavardages !)

    C’est là que réside la grande hypocrisie de Macron et de ses sbires : Philippe, Delevoye et son successeur. La main sur le cœur, ils peuvent jurer sur leurs grands dieux qu’ils ne feront rien contre les régimes de retraite par répartition. Mais si, par la suite, ces systèmes deviennent de moins en moins généreux, la capitalisation ne peut que prendre de plus en plus d’importance. C’est ce que suggère cette réforme, partie pour faire la part belle aux grands fonds de pension anglo-saxons.

    Pour accélérer le dynamitage de la retraite par répartition, l’économiste mondialement reconnu Thomas Piketti a trouvé dans la réforme-recul une autre mesure : l’abaissement des cotisations retraite sur les très hauts salaires. Jusqu’à présent, les cotisations sur les retraites sont perçues jusqu’à des salaires de 27 000 euros par mois, soit huit fois le plafond de la Sécurité sociale. Dans le cadre de sa réforme, le gouvernement prévoit que les cotisations obligatoires sur les salaires seront perçues jusqu’à 10 000 euros par mois, soit trois fois le plafond de la Sécurité sociale. Au-delà, il y aurait juste une cotisation de « solidarité » de 2,8 %. « Par rapport au système actuel, c’est une énorme baisse de cotisation pour les salaires entre 120 000 et 250 000 euros par an. C’est le nouveau « super Macron des riches », s’offusque-t-il. Pourtant le Premier ministre Pinocchio-Philippe, décidément sans vergogne dans ses mensonges, nous présente ça comme « un effort des plus riches envers les plus pauvres ».

    Maintenant qu’on y voit un peu plus clair, une seule réponse : grèves, manifestations et toutes actions visant à faire retirer cette réforme-recul par ce gouvernement puant les relents thatchiériens.

    « Ils » nous disent tous qu’il n’y a pas d’alternatives : ou on baisse les pensions, ou on augmente les cotisations, ou on recule l’âge de la retraite. Il n’est venu l’idée à personne parmi ces têtes d’œuf, d’élargir l’assiette de ces cotisations, notamment à tous les robots qui prennent la place des femmes et des hommes. Quand je vais dans un hypermarché, il y a maintenant une dizaine de caisses automatiques où une seule personne est remplacée par huit ou dix robots.  Des exemples comme ça il y en a partout: sur les autoroutes, pour les billets SNCF ou métro, etc. Cherchez.Taxons-les au SMIC pour le nombre de personnes qu’elles virent et tant la retraite que la Sécu et le chomdu seront immédiatement à l’équilibre financier.

    Eh ! Oh ! Victor, t’as fumé le paillasson ou quoi ?



    Sources :

    https://www.mediapart.fr/journal/france/091219/retraites-blackrock-souffle-ses-conseils-pour-la-capitalisation-l-oreille-du-pouvoir

    https://www.liberation.fr/france/2019/09/11/thomas-piketty-sur-les-retraites-c-est-le-nouveau-super-macron-des-riches_1750751

    https://www.ptb.be/comment_les_travailleurs_belges_ont_bloqu_la_retraite_points

    https://www.agirc-arrco.fr/qui-sommes-nous/organisation/agirc/

    https://www.agirc-arrco.fr/qui-sommes-nous/organisation/federation-arrco/

    https://www.mediapart.fr/journal/economie/090418/retraite-la-porte-ouverte-aux-fonds-de-pension

    https://www.economie.gouv.fr/plan-entreprises-pacte#

    https://www.initiative-communiste.fr/articles/international/la-federation-syndicale-mondiale-intervient-pour-demander-le-retrait-du-planmacron-et-soutenir-les-travailleurs-en-france-la-ces-presidee-par-berger-muette/

    https://www.ptb.be/comment_les_travailleurs_belges_ont_bloqu_la_retraite_points

     

     

    Illustration X - Droits réservés

  • Comment l’État macronien organise le « trou de la Sécu ».

    prez-dez-richards.png

     

    Pendant que la chichimania occupe le populo, les macronneries continuent. Ainsi, par un communiqué Reuter (agence ultralibérale s’il en est), on apprend que, contrairement à ce qui était prévu - un excédent de 700 millions - « Le budget de la Sécurité sociale accusera un déficit de 5,4 milliards d’euros en 2019, puis de 5,1 milliards d’euros en 2020 sous les effets conjugués des mesures d’urgence adoptées pour répondre à la crise des "Gilets jaunes" et d’une conjoncture moins favorable qu’anticipée.…/… La branche de l’assurance vieillesse (régime général et Fonds de solidarité vieillesse) creusera le déficit de 4,1 milliards d’euros en 2020, celle de la branche maladie, de 3 milliards d’euros. Les branches accidents du travail/maladies professionnelles (ATMP) et famille connaîtront à elles deux un excédent de plus de 2,1 milliards d’euros. »

    La faute à qui ? Ben, aux Gilets jaunes pardi ! Mais aussi à ces salauds de vieux qui ne veulent même pas avoir le civisme de mourir.

    Eh ! Oh ! La réalité est tout autre. Les baisses de cotisations décidées par l’État étaient jusqu’ici compensées par l’État, et étaient donc neutres pour le budget de la Sécurité sociale. Ce n’est plus le cas, de façon à faire apparaître les comptes de la Sécurité sociale dans le rouge. Les "mesures gilets jaunes" sont utilisées pour afficher un déficit et justifier de nouvelles coupes dans les prestations sociales. « La Sécurité sociale prendra à sa charge le financement des mesures d’urgence en faveur du pouvoir d’achat », écrit le gouvernement, noir sur blanc, dans le projet de loi de finances pour 2020 adopté récemment en Conseil des ministres. Ben voyons. On reprend largement d’une main ce que l’on a pingrement consenti, la trouille au cul, de l’autre. Le pillage systématique de la Sécu était d’ailleurs annoncé dès 2017, dans la loi de programmation des finances publiques, le gouvernement avait décidé que les potentiels excédents de la Sécu viendraient combler le déficit de l’Etat.

    La Sécu, longtemps endettée est arrivée à l’équilibre et devait, dans les années qui suivent, dégager un confortable bénéfice. De quoi financer la misère des urgences dans les hôpitaux, de quoi financer les EHPAD qui manquent scandaleusement de personnel, de quoi financer le « cinquième risque », celui de la dépendance, de quoi financer le manque d’accueil collectif des jeunes enfants  ! Tè, fume… Pas bon ça Coco. La Sécu, faut qu’elle soit en déficit, pour la déconsidérer dans l’esprit du public, pour transférer toujours plus vers les assurances privées avant la curée finale. Donc ce pognon, résultat de la saine gestion de l’institution, va être - et légalement ! - siphonné par l’État !

    Mais l’État promet de faire des éconocroques intelligentes : moindre revalorisation des retraites, prix des médicaments, optimisation des achats… Broutilles. Par contre ces salauds de vieux croyaient s’être débarrassés de cette scandaleuse injustice qu’était le découplage de leur pension d’avec l’inflation ? Té, fume… Sur la branche vieillesse, l’exécutif a décidé à nouveau de sous-indexer les pensions par rapport à l’inflation. Elles n’augmenteront que de 0,3 % en 2020, alors que l’inflation est autour de 1 % - « sauf pour les retraités modestes aux pensions brutes inférieures à 2000 euros par mois ». Ça, c’est la vaseline !

    La réalité est bien différente. Ainsi, la "transformation" du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en baisse de cotisations sociales, privera la Sécu d’environ 26 milliards d’euros selon la Cour des comptes ! Ainsi la suppression des cotisations salariales sur l’assurance maladie et l’assurance chômage va coûter un bras. Ainsi la suppression totale des cotisations sociales au niveau du Smic, c’est un coût de 4,5 milliards d’euros pris à la Sécu, etc.

    Le but, la « lutte finale » c’est de se débarrasser de la Sécurité sociale. Les « cadeaux » aux gilets jaunes sont pain béni pour la Macronnie ultralibérale. Ils permettent de continuer, « tête haute et mains propres » la mise à mort programmée de cette pépite sociale française qu’est la Sécu. La Sécurité sociale, réalisation majeure du Conseil National de la Résistance, est depuis longtemps dans le collimateur des ultralibéraux. Pensé et élaboré par le député communiste du Front populaire Ambroise Croizat, la Sécu avait pour mission première de « mettre fin à l’obsession de la misère ». Son organisation est paritaire entre les organisations syndicales et le patronat. Son financement est pour l’essentiel (61,7 %) assuré par les cotisations salariales et patronales ainsi que par l’impôt (35,1 %). Le but du patronat, depuis la création de la Sécu, c’est de refiler le bébé à l’État, c’est-à-dire faire financer la Sécurité sociale par l’impôt et non plus par les cotisations. C’est la sempiternelle rengaine patronale de la « baisse des charges ». Les cotisations sociales ne sont pas des « charges » – ce vocable péjoratif est d’inspiration patronale – mais des « salaires différés » qui viennent protéger les salariés, en matière de santé, d’accident du travail ou pour la retraite. Les réduire, voire les supprimer, c’est enterrer le principe de solidarité avant de brader de système au privé. Les requins de l’assurance privés sont à l’affût depuis longtemps. Sarko frères en ont rêvé, le Rothschild-boy Macron va le faire !

    - « Eh ! Philippe, pour détourner le regard du populo, si on proposait la canonisation de Chichi ? »

     

    Illustration X - Droits réservés