Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

économie

  • Mais qu'est-ce qu'ils veulent ces manants ? Ben, ça, ci-devant président Macron !

    doléances gilets jaunes.jpg

     

    "Nous rentrerons chez nous quand ces mesures seront appliquées

    1. Nous voulons de la démocratie directe à tous les niveaux. Nous voulons un gouvernement d’union nationale avec une régence d’exception pour éviter que les partis politiques, qui sont disqualifiés, n’instrumentalisent notre détresse et notre colère.

    2. Nous voulons une baisse de 20% de toutes les taxes et les charges touchant la classe moyenne, les travailleurs pauvres et les entrepreneurs. Baisser ces taxes, c’est monter nos salaires. Nous voulons une action immédiate pour taxer ce qui vaut la peine d’être taxé : les GAFA et les transactions financières.

    3. Nous voulons que la France arrête de vivre au-dessus de ses moyens et arrête d’accueillir la misère du monde parce qu’elle e
    st déjà dans la misère avec ses millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté. Nous voulons une immigration choisie, qui ne nous détruise pas culturellement. Nous demandons ainsi un retrait du pacte de l’immigration de l’ONU.

    4. Nous voulons une relocalisation de toutes les décisions dans les régions, les villes et les communes. L’Etat et ses fonctionnaires à Paris ne sont pas qualifiés pour décider de l’avenir de nos communes.

    5. Nous voulons une sortie de la PAC qui corrompt nos agriculteurs en n’allouant ses aides qu’aux productivistes et aux empoisonneurs répandant le cancer en France. Nos impôts ne doivent en aucun cas servir à financer Bayer-Monsanto.

    6. Nous voulons la création de barrières commerciales pour empêcher l’Allemagne de nous vendre des produits fabriqués en Roumanie, sous le label "Deutsche Qualität" et d’ainsi détruire nos emplois.

    7. Nous voulons le retrait de toutes les aides à la presse pour une vraie séparation des pouvoirs médiatiques et politiques.

    8. Nous voulons une action immédiate pour arrêter l’intégration dans l’Europe car elle ne se construit que sur la ruine des petites gens."

     

    Voilà un programme simple, compréhensible, direct. Si tu veux rétablir la paix, ci-devant Président, voilà ce sur quoi tu dois parler ce soir. Sinon, tout ne sera que blabla, enfumage et...

     

    Photo X - Droits réservés.

  • La révolte gronde. À quand des États généraux ?

    états généraux

    Paraphrasant Sieyès on pourrait dire : « Qu’est-ce que le peuple ? Tout. Que représente-t-il à présent dans l’ordre politique ? Rien. Que demande-t-il ? À y devenir quelque chose ! »

    Ce peuple invisible, ces « gens de peu », ces « sans-dents », ces gens « qui ne sont rien » (comme les qualifie avec élégance Macron), ils sont le premier parti de France (près de 57 % d’abstentionnistes aux dernières législatives). Ils votent en tournant le dos aux urnes ! Quand on ne vote plus, la démocratie est morte. Et maintenant, au lieu de déposer un bulletin, on s’exprime en occupant les ronds-points pour les plus pacifiques, en cassant du flic et en mettant le feu à Paris pour les plus violents.

    « Venez me chercher ! » qu’il a plastronné Macron, avec des provocations de blanc-bec. Eh bien ! Ils y vont, le chercher…

    Peut-on s’étonner de ce rejet quand la Macronie a marqué dès le début son territoire avec arrogance en supprimant l’ISF, en instituant la « flat tax », en étant ouvertement le gouvernement « des (plus) riches », en portant au nues les « premiers de cordées » tout en méprisant les « gens de rien », les invisibles.

    Ces invisibles se donnent de la visibilité en arborant leur désormais célèbre « gilet jaune », symbole de la révolte. De toutes les révoltes. Contre toutes les injustices, contre tous les mensonges, contre tous les enfumages, contre toutes les promesses oubliées, contre des revenus de misère. Et aussi - et peut-être surtout - contre tous les mépris dont ils sont l’objet.

    Cette France d’en bas « qui fume des clopes et carbure au gazole », c’est pourtant celle qui se lève tôt, qui travaille pour un salaire souvent indécent, qui produit dans des conditions difficiles et qui voit le produit de son labeur raboté par toutes sortes de taxes sournoises. Cette France de la misère, elle sait que les entreprises du CAC40 ont distribué 70 % des résultats du travail de leurs salariés, soit 56 milliards à leurs actionnaires. L’actionnaire, dans une entreprise, chacun sait que c’est celui qui ne fait aucune action…

    C’est cette France qui a eu la sublime naïveté de croire aux valeurs de la république, à la démocratie, au travail, aux études et qui découvre le mépris et l’injustice. Ces Français des villes et des champs, rejetés hors des centre-citées au profit des bobos ou oubliés dans leurs cambrousses purgées de leurs services publics. Méprisés, humiliés par les « zélites » qui les rejettent avec morgue dans les tiroirs faciles du « poujadisme » quand ce n’est de la « fachosphère ».

    Cette France a pris conscience de son existence et découvre sa force. La Macronie aurait grand tort de jouer le pourrissement du mouvement, de se gausser de son inorganisation. De même les partis extrêmes se mettent le doigt dans l’œil en espérant le récupérer. Et les médias principaux, les « intellos » autoproclamés qui ne voient pas plus loin que les arrondissements huppés de la capitale, feraient bien de ravaler leur fiel : « Qui tu es toi ? Qui t’a élu ? ». Parce que le sentiment d’abandon engendre la colère. Une colère puissante, lourde, partagée par des milliers de femmes et d’hommes et comprise par les trois-quarts des Français ! Avec un prétexte mal compris, lui, une taxe carbone…

    Plutôt que de casser quelques symboles du centralisme parisien, cette colère serait plus efficace si elle se tournait contre les vrais pollueurs qui sont, eux, exemptés de ces taxes « écologiques » punitives : les transports maritimes et aériens. En bloquant les ports et les aéroports. Quant à saccager, foutre le feu, vandaliser, il aurait mieux valu s’en prendre aux symboles de l’oppression ultralibérale qu’à ceux de la république. La Défense plutôt que l’Étoile…

    Et puis, les « élites » ne devraient pas oublier que l’histoire montre que les colères du peuple, des « feignants », des « Gaulois irréformables », chez nous, prennent souvent des expressions « tranchantes » !

    Il serait temps, avant qu’il ne soit trop tard, que les « zélites », tant politiques qu’économiques et intellectuelles prennent conscience de l’ampleur du mouvement, du fait que le pays est en train de se déchirer, et qu’elles acceptent de prendre leur part de l’échec résultant de leur manière de (mal) gouverner la France.

    En 1789, c’est le prix du blé qui a déclenché la révolution. En 2018, sera-ce le prix du gazole ? Dans les deux cas, le prix d’un produit indispensable à la vie du peuple a été le prétexte, puis le détonateur.

    Pour que l’explosion ne s’ensuive pas, il serait de simple bon sens de décréter un moratoire général sur l’ubuesque taxation écologique, le report de la fameuse « transition » et l’affectation des économies ainsi réalisées au pouvoir d’achat. Simplement et immédiatement. Les écolos bobos à trottinette électrique hurleront, mais « le peuple » respirera mieux, même avec quelques particules fines dans les narines.

    Puis il serait utile – s’il en est encore temps ! - de s’inspirer des anciens : ouvrir des États généraux, demander aux populations de coucher sur des cahiers de doléances tout ce qu’ils rejettent mais aussi ce qu’ils proposent. Dans chaque ville, dans chaque quartier, dans chaque village, il ne serait pas compliqué pour les collectivités locales d’organiser des comités ouverts à toutes les couches de la population : ouvriers, professeurs, paysans, fonctionnaires, flics, patrons, juges, aides-soignantes, mères de famille, chômeurs, retraités… Ce serait le lieu et le moment pour demander des comptes, pour regarder en face les difficultés, les incompréhensions, les peurs, pour exprimer les exigences, les espoirs.

    De ce bouillonnement d’idées, de cette confrontation sortiraient des idées directrices, des propositions, émergeraient des représentants plus légitimes que les auto nommés porte-parole des gilets jaunes. Cela structurerait ce mouvement et permettrait au gouvernement provisoire chargé de liquider les affaires courantes pendant les trois mois des États Généraux de corriger le tir et, à travers une Constituante, au peuple de construire une sixième république avec pour devise « Liberté, Égalité, Sorofraternité, Laïcité ».

    Faute de quoi, comme dans bien des révolutions, on verra surgir un « homme providentiel ». De Napoléon à Hitler et Staline, on sait où ils mènent.



    Photo X - Droits réservés

     

  • Macron décrète le NUCLÉAIRE IN VITAM ÆTERNAM…

    centrales-nucleaires dessin.jpg


    Boum ! Boum ! Ça pète grave chez les nucléocrates ! Qu’est-ce qui pète ? Pas les centrales j’espère ? Non, seulement les bouteilles de champagne ! Parce qu’ils ont encore gagné. Contre les populations, contre le bon sens, contre la sécurité nationale et européenne. Ils sabrent – discrètement ! – le champagne parce que Macron, dans un discours fumeux, vient d’annoncer non pas la transition énergétique mais la stagnation dans l’impasse nucléaire.

    Eh ! Oh ! Victor, t’as les portugaises ensablées ou quoi ? Il a annoncé la fermeture de 14 réacteurs d’ici à 2035 !

    Ben voyons. Ça mange pas de pain… Où il sera en 1935 ? Ces fermetures sont toutes programmées après son quinquennat. À part Fessenheim mais même cette ruine dangereuse n’est pas près de fermer…

    Mais il y a pire. Nous en avons d’ailleurs fait état dans un article du 22 octobre « Transition énergétique ou retour du nucléaire ». C’est sa petite phrase sibylline concernant la décision – reportée pour la galerie à 2021 mais d’ores et déjà promise aux nucléoaddictés décisionnaires d’EDF SA – de continuer les recherches sur le « nouveau nucléaire ».

    Quésaco le « nouveau nucléaire ? Ben, ce sont six EPR « moins chers », c’est-à-dire où sera sacrifiée la sûreté des installations. Ça, c’est pour satisfaire aux exigences d’EDF SA, dont un des objectifs majeurs est d’augmenter fortement ses exportations et ses ventes de réacteurs à l’étranger. N’ayons pas la cruauté de rappeler la catastrophe tant technique que financière de l’EPR de Flamanville.

    Ce « nouveau nucléaire », c’est encore très probablement la relance de la filière surrégénérateur à travers le projet Astrid, l’horreur intégrale.

    Ce choix résolument pro nucléaire sonne le glas de toute véritable transition énergétique. Parce que la France n’a pas les moyens de développer à la fois les énergies renouvelables, maintenir en fonctionnement des centrales à bout de souffle et se lancer dans un « nouveau nucléaire », dont il est illusoire de croire qu’il sera peu coûteux.

    Le maintien en fonctionnement de 20 réacteurs poussifs et dangereux jusqu’à 50 ans et plus si affinité implique des travaux gigantesques. Parce que certain composants, en non des moindres, sont conçus pour fonctionner au maximum 40 ans. Les anomalies sur ces éléments essentiels pour la sûreté se comptent par milliers ! C’est ce que les nucléocrates appellent poétiquement le Grand Carénage, un programme qui implique la rénovation, le remplacement de matériels, l’intégration des mesures post-Fukushima, et l’amélioration du niveau de sûreté des centrales nucléaires. Le tarif est gratiné : 55 milliards. Mais l’expérience de l’EPR, dont le prix a été multiplié par trois et demi, laisse dubitatif… Tout ce « pognon de dingue » uniquement pour des soins palliatifs visant à prolonger la vie de ces installations à bout de souffle et maintenir une filière dépassée. Et si on ne fait pas ce « grand carénage » ? Alors ces réacteurs continueront à fonctionner aux dépens de la sûreté et donc le risque de quelque Fukushima-sur-Rhône ou Tchernobyl-sur-Loire. Mais ça, les nucléoaddicts s’en foutent.

    Quant à l’apport de la France à la lutte contre le changement climatique grâce à la filière nucléaire, dont se gargarise Macron, il est non seulement illusoire mais mensonger. Entre l’extraction de l’uranium, la fabrication du combustible et le retraitement des déchets, la filière nucléaire émet bel et bien des gaz à effet de serre.

    Et que dire du coût du démantèlement et du stockage de déchets ?

    EDF est incapable de mener à bout le démantèlement de la vieille centrale de Brenilis ou le cadavre de Superphénix…

    Quant aux déchets, les simples piscines dans lesquels ils sont stockés – avec les risques effarants que cela implique – arrivent à saturation. Certains restent stockés dans de simples fûts de 200 litres, d’autres sont vitrifiés en attendant leur éventuel « stockage en profondeur » dans le cimetière nucléaire de Bure…

    Bon. Va falloir leur envoyer les gilets jaunes ! Jaune comme le logo antinucléaire…

     

    logo anti nucléaire avec tête de mort.jpg

     Illustrations X - Droits réservés