Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

santé

  • Au e.bistro de la Toile, ou plutôt à l’EstanCO VIDe

    chimulus bistro copie.jpg

     

     

     

    - Oh, Loulle, tu sais que les labos sont débordés avec les tests Covid. Alors, pour ne pas les encombrer, voilà une méthode facile, gratuite et ludique de faire une analyse d’urine :

     

    Tu pisses sous un arbre et tu as tout de suite les résultats :

    - Si les fourmis radinent dare dare : trop de sucre

    - Si ce sont les mouches qui se pointent : infection urinaire

    - Si ça sèche vite : trop de sel

    - Si tu as oublié d’ouvrir ta braguette : Alzheimer

    - Si tu pisses sur tes godasses : problèmes de prostate

    - Si tu ne te vois pas pisser : obésité

    - Si tu t’en fous plein le calbar : Parkinson

    - Si tu ne sens pas l’odeur : Covid 19

     

    - Merci Victor de cette méthode qui ajoute l’efficacité médicale à la poésie de pisser dehors face au soleil, en admirant l’éclat de ces éphémères gouttes d’or. J’ai moi aussi une information qui devrait t’intéresser. En fin d’année dernière des chercheurs américains ont montré in vitro que les polyphénols présents dans le raisin et le vin perturbent la manière dont le virus Sars-Cov2 à l’origine de la Covid-19 se réplique et se propage. Parallèlement, l’Université de médecine de Taïwan a découvert que les tanins du vin inhibent efficacement l’activité de deux enzymes clés du virus, qui ne peut alors plus pénétrer dans les tissus cellulaires. Lien

    Soignons-nous alors, Loulle. Tè, j’ai un petit rosé corse dont, accidenti, tu m’en diras des nouvelles. C’est une cuvée spéciale, le Clos Roquine !

     

    clos roquine.jpg



    Photo X – Droits réservés

     

  • Information poilante : Les femmes poilues auraient plus d’orgasmes !

    siné couple de soiffards à poil.jpg

    Une étude italienne sur la sexualité apporte de nouveaux éclaircissements sur le fonctionnement du plaisir féminin…

    Ce sont les chercheurs de l’université italienne de L’Aquila qui ont réalisé cette étude.
    C’est la fameuse recherche du mythique « point G ». Faites vos gammes messieurs, partez en exploration mesdames ! recherchez inlassablement cette « petite excroissance grosse comme une pièce de deux euros ». Et profitez-en pour faire un peu de gym : en effet, si l’on en crois l’étude italienne, quand cette expérience sexuelle est menée en duo, il existe pour les partenaires des positions plus propices pour y parvenir comme celles d'Andromaque, les petites cuillères, la levrette, les jambes prises à son cou, le lotus et le cheval renversé. Evitez donc le trop classique missionnaire, le tampon encreur, le marteau pilon ou la bielle de loco. Explorez plutôt les possibilités de la brouette javanaise, du tourniquet chinois, de la bête à deux dos, de la charrette moldave et même, pour celles et ceux qui ont les reins souples, la calotte glaciaire et la blanquette de dévot.
    Mais cette étude révèle d’autres ressources fort intéressantes : selon elle donc, les femmes poilues sont plus susceptibles d'avoir un point G. Et ce car elles ont un niveau plus élevé de testostérone. Il y aurait aussi, toujours selon les chercheurs, d'importantes différences anatomiques entre les femmes qui ont des orgasmes vaginaux, et celles qui ont des orgasmes clitoridiens. Explications : les femmes qui peuvent avoir des orgasmes lors de la pénétration auraient des tissus vaginaux plus épais. Le professeur Emmanuele Jannini (Salut à toi prof ! On s’emmerde pas en Italie !), l'une des expertes qui a travaillé sur cette étude, explique aussi que les femmes ayant des tissus plus épais peuvent « apprendre » à avoir des orgasmes vaginaux, si elles n'en ont jamais eu.
    Mon expérience en la matière a fait de moi un inconditionnel de la luxuriance pileuse chez nos belles fiancées ! Ah ! Les charmes incomparables des Portugaises…
    Foin des chats pelés, des figues imberbes, des moules glabres et maladives !
    Vive le poil ! Vive les somptueuses fourrures d'amour, le tablier de sapeur épais, noir luisant, presque bleuté comme les ailes de corbeau. Vive ces extraordinaires bouclettes, véhicules des phéromones de nos adorables compagnes. Mais l’expérience nous montre que même les femmes imberbes de l'entresol peuvent être de mauvais poil.
    Les Italiens – fins connaisseurs ! – disent : « Donna pilosa, donna vogliosa » (femme poilue, femme qui en veut!) et chantent :
    « Que bocca, que culo, que chiape a la mia amorosa
    Une fica pelosa, une fica da cane en calor ».

    Au fait n'oublions pas que le point « G » d'une femme se trouve aussi – et surtout - à la fin du mot « shoppinG »

    Illustration: merci à l'irremplacé Siné.

     

  • Détresse et COLÈRE des oubliées du Ségur de la santé : les personnels des SSIAD

    ssiad-logo-quadri-01.jpg

    « Nos soignants sont extraordinaires, nous devons les remercier » proclame le ministre de la santé Véran. En guise de remerciements, une partie essentielle de ces soignants, ou plutôt de ces soignantes, est exclue de la « récompense », des « remerciements », en l’occurrence de l’augmentation de salaire négociée au cours des accords du « Ségur ».

    Ces exclues, ces oubliées ce sont les personnels des Services de soins infirmiers à domicile, les SSIAD.

    Signés en juillet, ces accords prévoient notamment une revalorisation salariale de 183 € nets par mois (loin des 300 euros demandés, mais…) et indiciaire pour les professionnels des hôpitaux et EHPAD publics. Augmentation dont vont bénéficier les aides-soignants et les personnels donnant leurs soins aux patients à l’intérieur des bâtiments des EHPAD mais dont sont exclues celles qui assurent ces soins à l’extérieur ! Les unes comme les autres ont le même statut de fonctionnaires territoriaux, elles sont payées par la même entité, à savoir la même EHPAD. Elles ne sont pas « propriétaires » de leur poste, c’est-à-dire qu’elles peuvent être affectées indifféremment en service interne ou en service externe. Et pourtant les unes bénéficieront de l’augmentation de 183 euros par mois, et les autres pas ! Une INJUSTICE criante. Diviser, divisez, il en restera toujours quelque chose…

    D’ailleurs, bien des aides-soignantes des SSIAD (celles du service extérieur) demandent leur intégration au service interne. D’autres envisagent de démissionner. Et ces établissements vont avoir de plus en plus de mal à embaucher.

    À cet « oubli », la DGOS (Direction générale de l’offre de soins) propose, pour faire face à la seconde vague de Covid-19, de former des aides-soignantes "temporaires" en quinze jours. Les personnels des SSIAD, comme beaucoup de leurs collègues des hôpitaux et EHPAD, parlent carrément de "mépris" et d’"aberration". En effet il faut savoir que les aide-soignantes des SSIAD paient de leur poche une formation solide s’étalant sur un an. Alors en quinze jours, bonjour les dégâts… Parce la « matière première » que « travaillent » ces personnes admirables, c’est de l’humain !

    Je les connais bien, moi, ces belles personnes. Parce qu’elles viennent depuis six ans maintenant, matin et soir, s’occuper de ma belle compagne sur laquelle est tombée une calamité : Alzheimer…. Elles assurent le lever, la toilette, l’habillement chaque matin. Et le déshabillage, la toilette et la préparation au coucher, chaque soir. Et ce n’est pas toujours facile, pas très ragoûtant, mais indispensable. Elles font ça avec compétence, patience, gentillesse. Et. Il en faut de la psychologie pour s’adapter à chaque personne, à chaque situation, à chaque aidant le cas échéant. Avec en prime toujours une bonne humeur et un sourire qui enluminent la journée des personnes qu’elles soignent. Parce qu’elles sont souvent les seules personnes que leurs patientes voient dans la journée, encore plus en ces périodes de confinement.

    Rien n’est simple dans ce métier car il s’agit de prendre en charge et d’assurer le bien-être de résidents souvent handicapés mentaux lourds, de maintenir un lien protégé avec la société tout en assurant les soins de confort (toilette complète, aide au repas, etc.). Rajoutez en période COVID la gestion du confinement et des gestes barrière et vous aurez une idée du peu d’appétence de beaucoup pour ce métier. Métier mal payé, pas considéré à sa juste valeur.

    Par quel raisonnement tordu une quelconque tête d’œuf de l’institution « compétente » (?!) a-t-elle pu séparer le traitement des personnes travaillant « en étage » dans les EHPAD et celles travaillant en extérieur ?

    La foudre leur est tombée dessus à la parution du décret n° 2020-1152 du 19 septembre 2020, destiné à définir les professionnels bénéficiaires du Complément de Traitement Indiciaire, soit des 183 €. Le diable étant dans les détails, le décret exclut les établissements et services du médico-social (hors EHPAD) de la revalorisation ! 40 000 agents sont exclus du système !

    Stupeur, émoi, colère se succèdent. Le décret aurait-il été mal écrit (c’est déjà arrivé) ? Y aura-t-il un décret modificatif ou une circulaire ? Ou est-ce une stratégie délibérée de division ? Puis les questions affluent : Qui va vouloir encore aller travailler dans ces services ? Y aura-t-il des demandes de mutation ou des démissions spontanées ?

    Et qui a pensé aux bénéficiaires de ce service ? Il est vrai que les vieux, les handicapés, ne sont pas « rentables ». Je me souviens d’Alain Minc dégueulant son fiel ultralibéral il y a quelques années : « La collectivité nationale doit-elle payer les soins à de vieilles personnes qui ne travaillent plus, ne produisent plus, et dont l’espérance de vie est réduite ? ». Le problème, c’est de définir l’âge auquel on est vieux ; pour les entreprises c’est à l’approche de la cinquantaine, mais pour les sénateurs, à 80 ans on est toujours jeune !

    Notre société est égoïste et la solidarité intergénérationnelle à de la peine à exister. La mode est au « jeunisme », pas à « l’âgisme ». Faut-il portant oublier que c’est grâce aux vieux que nous avons les congés payés, la Sécurité sociale, grâce à eux et à leurs luttes que nous bénéficions de tous ces « acquis » qui jour après jour, années après années nous sont enlevés.

    Ces lois sociétales soi-disant modernistes « d’optimisation de la vie » (euthanasie, suicide assisté, procréation médicalement assistée, gestation pour autrui) sont en passe d’être imposées à la masse populaire par les puissants lobbies de bobos influents. Eux-mêmes manipulés par le culte du pognon de la société ultralibérale : élimination des gens qui ne seront plus productifs, économies conséquentes sur les retraites, remise à flot de la Sécu. Une journée d’hôpital coûte cher à la collectivité donc, en ces temps d’austérité, abréger la vie ou suggérer aux patients que ce serait mieux qu’ils cessent de vivre parce que leur vie est devenue indigne va faire faire à la société de substantielles éconocroques !

    Des mouvements s’organisent dans toute la France parmi les personnels des SSIAD. Les syndicats se bougent. Des grèves sont envisagées. Mais les « rayons de soleil » viendront tout de même voir leurs patients, avec, collé sur leur sac un papier marqué « en grève ».

    Hardi les filles, on vous soutient et on vous aime !

     

    Photo X - Droits réservés