Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

éducaion

  • Gravidité Pour d’Autres : la face sociétale de l’ultralibéralisme qui soumet tout et tous aux lois du marché.

    rue des bébés marchandise.jpg

    On a déjà connu les « Lebensborn », voici maintenant le bébé-produit, l'enfant marchandise… C'est la chute vers le « progrès ».

    On a subi sur toutes étranges lucarnes, dans toutes les machines à bruit la révoltante promo d’un « homo » racontant - avec la complicité écœurante de la coterie journalistique – comment il a fait fabriquer et combien il a payé une « famille ». Comment il a pu bénéficier du formidable « don » que lui aurait fait une mère porteuse « rêvant de cela depuis son enfance ». Un don, ce serait celui d’une femme riche offrant de porter un enfant que ne pourrait pas avoir un couple de pauvres ! Novlangue, hypocrisie, connivence.

    Pierre Bergé énonçait que « louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? » Ces propos obscènes trahissent très bien la réalité des choses : la maternité pour autrui conduit à mettre des femmes pauvres à la disposition de couples riches.

    L’idéal, sur lequel certains médecins travaillent avec acharnement, serait que les mères porteuses soient des machines, concentrées et vouées corps et âme à leur unique fonction : fabriquer un enfant pour d’autres.

    La question cruciale est celle de savoir si nous voulons instituer une société où les enfants sont fabriqués et vendus comme des produits, et si nous sommes conscients des conséquences sur le regard que nous porterons sur eux, ainsi que sur les relations humaines et sociales qui en résulteront.

    L’intrusion dans le corps des femmes rendue nécessaire par la gestation pour autrui est déraisonnable. Elle est plus grande encore que dans la prostitution. Celle-ci laisse en effet en principe indemne le corps de la femme (sauf dérive condamnable, bien sûr), ce qui est très loin d’être le cas de la production d’enfants pour autrui. Comparaison choquante ? Si une femme peut licitement louer son utérus pour neuf mois, pourquoi le droit l’empêcherait-il de louer son vagin pour une heure ou deux ?

    On n’est pas loin de l’esclavage, même si en l’occurrence c’est une « servitude volontaire ». Le lien avec l’esclavage n’est pas forcé ni exagéré, car la pratique de la gestation pour autrui met des femmes au service et à la disposition d’autrui dans des proportions inédites depuis l’abolition de l’esclavage. La comparaison est ouvertement faite aux États-Unis : ainsi, par exemple, selon Jeremy Rifkin et Andrew Kimbrell, « une fois que les femmes, attirées par une rémunération, signeront ces contrats pour produire des bébés pour des clients, leurs corps deviendront des biens marchands ; elles deviendront des esclaves 24 heures par jour pendant 270 jours ».

    L’enfant fabriqué et vendu ! Il y aurait à présent les « enfants-produits », fabriqués par les uns pour être remis à d’autres. Le mouvement de production des êtres humains par la voie médicale a certes été initié déjà avec l’assistance médicale à la procréation (la PMA), mais le « produit » n’était alors pas encore entièrement fabriqué par un autre que son destinataire. La gestation pour autrui passe à un stade ultérieur et à une différence de nature plus que de degré, en ce qu’elle implique la fabrication et la remise d’un produit fini, même si celui-ci est éventuellement fabriqué avec les gamètes de l’un ou l’autre des membres du couple receveur. On évite bien sûr de parler de « vente », puisque ce contrat est censé être réservé aux choses, les personnes ne pouvant plus être vendues, précisément depuis l’abolition de l’esclavage.

    Une vie qui se développe dans son ventre, ce n’est pas rien, ça crée viscéralement d’extraordinaires liens ! Dès lors, pour les margoulins de l’enfant-produit, il faut faciliter le « désinvestissement affectif » de la mère porteuse lors de la grossesse. Il faut casser de gré ou de force les liens affectifs de la mère porteuse, réduite autant que possible à un simple utérus et à un simple instrument, pour mieux valoriser ceux des parents d’intention : les acheteurs, puisque au « meilleur des mondes » ultralibéral le client est roi. Après nous avoir convaincus à grand renfort de médias de l’importance de la vie intra-utérine de l’enfant et des rapports qu’il noue à ce moment avec sa mère, on doit à présent affirmer au contraire qu’un enfant est dans un ventre maternel comme il serait dans une machine ou un sac !

    La France - pays « rétrograde », pays « frileux », bavent les partisans de l’enfant-produit – a jusqu’à présent résisté aux pressions. Mais celles-ci sont de plus en plus vives, avec la complicité de la « justice » européenne, pour que les enfants produits et achetés hors de nos frontières (États-Unis, Ukraine, Inde) soient reconnus par la loi et donc l’état-civil français. Les protagonistes de ces transactions entendent forcer les portes et imposer le fait accompli. La logique du « fait accompli » est l’une « des plus délétères concernant l’avenir d’un enfant quand elle valide une transgression juridique ». Le droit a en charge l’intérêt général et il ne peut encourager des pratiques illicites en approuvant et régularisant a posteriori ceux qui auraient transgressé l’interdit pour mettre les autorités devant le fait accompli. On ne peut donc que se réjouir de voir la Cour de cassation française tenir bon et résister aux nombreuses pressions dont elle est l’objet. Elle a ainsi, dans plusieurs arrêts du 6 avril 2011, approuvé les cours d’appel d’avoir refusé la transcription sur l’état civil français de filiations établies à l’étranger à la suite de l’exécution de contrats de gestation pour autrui, en ajoutant que les jugements américains donnant effet à de telles conventions sont « contraires à la conception française de l’ordre public international », c’est-à-dire aux valeurs fondamentales de la France.

    On s’offusque à juste titre du fait que la GPA implique l’idée de marchandisation du corps de la femme. Mais au regard du droit, la marchandisation la plus évidente est celle de l’enfant, indiscutablement traité, dans l’opération, comme un objet produit et abandonné à autrui contre une rémunération. Si on admet cela, au nom de quoi interdirait-on alors, par exemple à des femmes qui souhaitent accoucher sous X, ou même à toutes les femmes qui ne voudraient plus de leur enfant, de céder celui-ci ou même simplement de le donner, à sa naissance, à un couple qui le voudrait ? Et qu’en sera-t-il de l’enfant défectueux ? Une fois l’enfant traité comme un produit, il ne faudra pas s’étonner de voir arriver les problématiques et le vocabulaire juridiques liés aux produits défectueux. Avec retour à l’envoyeur ? Mais quel envoyeur ? Celle qui a loué son ventre ? L’agence qui a organisé le contrat ? Les magistrats qui l’ont autorisé ? L’État qui l’aura légalisé ? S’agissant de l’enfant, les juges devront décider ce qu’il convient de faire si plus personne n’en veut, s’il est handicapé ou diminué, ou encore s’il décède.

    Pour continuer sur le plan juridique, que devra-t-on juger si la mère porteuse est à proprement parler elle-même victime d’un préjudice ? Si la grossesse ou la mise au monde de l’enfant lui provoquent des dommages irréversibles ? Ou même « seulement » si elle doit subir une césarienne ? Ou une épisiotomie ? Et si elle meurt au moment de l’accouchement ? Le couple d’intention devra-t-il réparer ces dommages ? Que décidera-t-on – et qui décidera – s’il faut, à un moment ou à un autre, choisir entre la mère et l’enfant ?

    Cet enfant, quels seront ses sentiments, une fois apte à comprendre, lorsqu’il aura accès au détail des clauses et arrangements relatifs à sa naissance ? Faudra-t-il lui révéler les circonstances de sa naissance et aura-t-il le droit de connaître ses origines ?

    Qu’en est-il aussi des dommages subis par les enfants ? Qu’éprouveront-ils en apprenant que leur mère les a portés pour de l’argent et qu’ils ont ainsi été vendus ? Comment vivront-ils le fait qu’elle les ait abandonnés à leur naissance, c’est-à-dire qu’elle ait renoncé à être leur mère ? Que déduiront les autres enfants de la mère porteuse en voyant leur mère se séparer d’un enfant qu’elle a porté ? L’enfant pourra-t-il demander la réparation de tous ses préjudices ?

    Où est l’intérêt de l’enfant, et où est sa liberté, lorsque des adultes font entre eux des arrangements pour déterminer qui seront ses père et mère ? Lorsqu’il est traité comme un produit que la mère qui l’a porté doit remettre à un couple commanditaire contre une rémunération ? Après tant d’efforts et de combats pour que l’enfant soit considéré comme une personne à part entière, on admettrait sans résistance que l’enfant soit une chose que des adultes pourraient commander, fabriquer et s’échanger de gré à gré ?

    Si la maternité de substitution était autorisée, on assisterait à des déchirements entre des couples payeurs et des mères porteuses qui souhaiteraient finalement garder leur enfant ; on verrait des enfants handicapés ou diminués dont personne ne voudrait plus ; des situations où le couple ayant commandé l’enfant s’est séparé pendant la grossesse de la mère porteuse et se déchire à propos de l’enfant, soit que les deux veuillent le garder, soit au contraire qu’ils n’en veuillent plus ; des cas où la mère porteuse est victime de dommages physiques pendant la grossesse ou l’accouchement, ou souffre de dépression ou de troubles psychologiques à la suite de la séparation d’avec son enfant, etc., etc. Il n’y aura plus qu’à contempler avec consternation les histoires les plus sordides. D’autant que, s’étalant sur une durée de temps assez longue, la gestation pour autrui est propice aux changements de sentiments et d’avis et, partant, à de nombreux contentieux. La réalité dépassera alors parfois la fiction.

    On doit admettre qu’on ignore encore les conséquences de la légalisation de ces pratiques pour les enfants. Si on se lance néanmoins dans l’aventure à l’aveugle, c’est alors qu’on accepte d’expérimenter sur eux.

     

    Je ne suis pas juriste et donc toute cette argumentation n’est pas de mon fait mais de Mme Muriel Fabre-Magnan. Je ne peux qu’engager tous ceux que cette question intéresse, à approfondir la question en lisant son livre « La gestation pour autrui – Fictions et réalité » chez Fayard plutôt que de se laisser enfumer par cette caste de bobos du chaud-bise ou des mé(r)dias qui profite de leur fort pouvoir d'influence par le passage privilégié sur tous les plateaux pour imposer à la société, sous le faux-nez de la "modernité" ce qui ne convient et n'arrange qu'une petite minorité.

     

    livre la gestation pour autrui Muriel Fabre-Magnan.jpg

     

     

     

     

    Sources et liens édifiants :

    https://www.fayard.fr/documents-temoignages/la-gestation-pour-autrui-9782213677699

    https://www.agriculture-environnement.fr/2008/07/23/jeremy-rifkin-la-nouvelle-coqueluche-europeenne

    https://www.kirkusreviews.com/book-reviews/andrew-kimbrell/the-human-body-shop/

    http://www.rfi.fr/afrique/20130511-nigeria-police-libere-17-adolescentes-retenues-une-usine-bebes

    https://www.naptip.gov.ng/wp-content/uploads/2018/09/VID-20180921-WA0006.mp4

    http://www.rfi.fr/afrique/20110602-trafic-bebes-destines-vente-decouvert-nigeria

    https://hoszhana.wordpress.com/2013/10/06/inde-une-gigantesque-usine-a-bebes-pour-tous-types-de-couples-occidentaux/

    https://www.arte.tv/fr/videos/077343-000-A/la-fabrique-a-bebes/

     

     

     

     

     

     

  • Allez, un peu de « religiophobie » primaire !

    Victor Hugo.jpg

     

    VICTOR HUGO CROYAIT EN DIEU, ET POURTANT... AUJOURD'HUI, POURRAIT-IL ÉCRIRE CELA ?

    Extrait d'un poème composé par Victor Hugo lors de son exil et qui ne fut publié qu'après sa mort


    Que je prenne un moment de repos? Impossible.

    Coran, Zend-Avesta, livres sibyllins, Bible,

    Talmud, Toldos-Jeshut, Vedas, lois de Manou,

    Brahmes sanglants, santons fléchissant le genou,

    Les contes, les romans, les terreurs, les croyances,

    Les superstitions fouillant les consciences,

    Puis-je ne pas sentir ces creusements profonds ?

    J'en ai ma part: veau d'or, sphinx, chimères, griffons,

    Les princes des démons et les princes des prêtres,

    Synodes, sanhédrins, vils muftis, scribes traîtres,

    Ceux qui tendraient encore à Socrate le verre,

    Ceux qui redonneraient à Jésus le calvaire;

    Tout cela, c'est partout. C'est la puissance obscure,

    Plaie énorme qui fait une abjecte piqûre.

    Ô l'infâme travail! Ici Mahomet, là

    Cette tête, Wesley, sur ce corps, Loyola;

    Cisneros et Calvin dont on sent les brûlures.

    Ô faux révélateurs! Ô jongleurs, vos allures

    Sont louches, et vos pas sont tortueux; l'effroi,

    Et non l'amour, tel est le fond de votre loi;

    Ô mages grecs, romains, païens, hindous, hébreux,

    Le genre humain, couvert de rongeurs ténébreux,

    Sent s'élargir sur lui vos hordes invisibles;

    Vous lui faites rêver tous les enfers possibles,

    Je devine, malgré vos soins pour vous cacher,

    Que vous êtes sur nous et je vous sens marcher

    Comme on sent remuer les mineurs dans la mine,

    Et je ne puis dormir, tant je hais la vermine.

    Vous êtes ce qui hait, ce qui mord, ce qui ment.

    Vous êtes l'implacable et noir fourmillement,

    L'insecte formidable. Ô monstrueux contraste:

    Pas de nain plus chétif, pas de pouvoir plus vaste.

    L'univers est à vous puisque vous l'emplissez.

    Vous possédez les jours futurs, les jours passés,

    Le temps, l'éternité, le sommeil, l'insomnie.

    Vous êtes l'innombrable et, dans l'ombre infinie,

    Fétides, sur nos peaux, mêlant vos petits tas,

    Vous vous multipliez: et je ne comprends pas

    Dans quel but Dieu livra les empires, le monde,

    Les temples, les foyers, les vierges, les époux,

    L'homme, à l'épouvantable immensité des poux?

     

    Illustration X - Droits réservés

  • Enseignement. Blanker réussira-t-il à faire " bouger le mammouth" ?

    ecole classe.jpg

     

    Son « plan » va être révélé sous peu. Il semble vouloir imposer un retour aux bases. Y arrivera-t-il ? C’est pas de la tarte !

    Un enfant sur cinq ne maîtrise pas la lecture et donc l’écriture. C’est un constat d’échec terrible. Un grand nombre de nos enfants ne savent plus lire, plus compter, et donc plus penser. Le système éducatif français, qui fut un des meilleurs du monde, est maintenant non seulement montré par Pisa comme dépassé, mais surtout, et c’est bien pire, inefficace. La faute à qui ? La faute à quoi ? Des bonnes intentions qui foirent, des systèmes d’apprentissage et des programmes qui changent à chaque ministre de l’enseignement, une priorité donnée à la compétition entre élèves mais aussi entre établissements, un abandon de l’excellence au profit du privé et surtout une partie importante de la population scolaire laissée sur le côté.

    Résultat, l’école a cessé d’être le moteur de l’ascenseur social. Ceux qui sont nés avec une cuillère d’argent dans la bouche demeureront en haut, ceux qui sont nés dans la rue y resteront. Inégalité ! Avec en embuscade le privé qui rêve d’un enseignement essentiellement concurrentiel, avec des établissements gavés de pognon par les entreprises, débauchant les meilleurs professeurs du public, et fabriquant à la chaîne des « premiers de la classe » stéréotypés, formatés pour le système ultralibéral.

    Sans oublier les écoles confessionnelles… Celles-ci n’ont pour vocation d’ouvrir l’esprit de leurs élèves, mais de les enfoncer dans le moule de leur idéologie. Il y a celles qui sont « sous contrat », aidées par l’État et, en compensation, tenues d’appliquer des programmes conformes à ceux de l’Éducation nationale. Et puis il y a les autres, les « établissements privés hors contrat » dont le développement a de quoi inquiéter. S’ils restent marginaux, ils sont en progression constante, surtout dans le primaire. Selon le ministère, il existe aujourd’hui un peu plus d’un millier d’établissements, tous niveaux confondus. Les profils sont très variés. On compte environ 300 établissements confessionnels : quelque 160 catholiques, 50 juifs, 40 musulmans et 30 protestants. Certains vivotent en attendant de signer un contrat avec l’État (possible au bout de cinq ans en principe). D’autres tiennent par-dessus tout à garder leur autonomie grâce à leur statut de hors contrat.

    Les deux tiers de ces structures n’ont aucune appartenance religieuse. Une grande partie propose des pédagogies alternatives, type Montessori ou Steiner, pour les « déçus » du système scolaire classique. D’autres visent des publics spécifiques, comme les enfants bilingues, venant de milieux favorisés, avec des parents en mesure de payer des frais de scolarité élevés.

    Les établissements hors contrat ne reçoivent pas un centime d’argent public, à la différence du privé sous contrat dont la rémunération des enseignants est prise en charge par l’État. Les hors contrat ont une gestion totalement autonome, embauchent qui ils souhaitent, sans condition de diplôme. Ils ne sont pas tenus de suivre les programmes officiels, mais l’État, au nom du droit à l’éducation de chaque enfant, veille à ce que le socle de connaissance soit acquis.

    En France, la liberté d’enseignement est érigée au rang de liberté fondamentale, la plus élevée dans la hiérarchie des normes. N’importe qui, à condition d’être titulaire du bac, d’avoir plus de 21 ans et un casier judiciaire vierge, peut ouvrir un établissement scolaire. C’est aujourd’hui plus facile d’ouvrir une école qu’un bar, un restaurant ou un salon de coiffure !

    Il fut un temps où l’école publique, gratuite et obligatoire assurait l’égalité des chances, en tout cas l’égalité dans l’obtention des savoirs de base. Ceci à travers ces formidables « hussards de la République » qu’étaient les instituteurs, respectés car respectables. Ce temps est révolu. Les profs sont mal payés, mal formés, de moins en moins motivés.

    Les élèves ne se rendent plus compte de la chance qu’ils ont, de pouvoir acquérir un enseignement gratos. Ils s’en foutent, crachent à la gueule des profs, ont perdu la notion de l’effort en constatant que même les diplômes ne sont plus un rempart contre le chomdu, et que diler du chit rapporte plus que marner en classe… Mais pour aimer l’école, encore faut-il qu’on leur en donne envie ! Pour que les élèves aiment l’école, encore faut-il éveiller leur curiosité, encore faut-il qu’ils sachent pourquoi ils y vont, leur donner des perspectives autres que des classes poubelles s’ils ont le malheur de lâcher prise.

    Quant aux parents d’élèves, au lieu d’être des auxiliaires des profs, ils en sont souvent les adversaires.

    Blanker, inquiet du niveau pas très réjouissant des élèves, veut mettre lui aussi son nom sur une énième réforme en revenant aux bases.

    Bon courage à lui. Parce qu'il est bien lourd à exciter le « mammouth »…

     


    Photo X - Droits réservé