Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cuisine - Page 4

  • Gastronomie confinée : La blanquette de veau

    tete de veau nez langue.jpg

     

     

    Lorsqu’arrive l’été, redoutable en Provence,

    Je fais ma transhumance :

    Je monte à la fraîcheur des terres de Lozère

    Où j’ai un pied-à-terre.

    Cette année, j'irai pas, je suis discipliné

    Puisqu'on est confinés...

    Mes voisins, y élèvent des vaches et des veaux

    Race Aubrac : les plus beaux.

    Leur robe beige tendre, leurs grands yeux de biches

    Et leurs superbes miches

    Sont un régal pour l’œil, de vie et d’élégance

    Mais aussi pour la panse !

    Ils sont tous baptisés par des noms pittoresques

    Presque gargantuesques.

    L’un s’appelle Tendron, l’autre c’est Côtelette

    Le plus beau c’est Blanquette !

    - Stoppe ton baratin, Victor, parlons pitance

    Au diable l’abstinence.

    - D’accord. Alors parlons de mon pote Blanquette.

    Mais sers-moi un canon, et pas de la piquette.

    Il te faut de l’épaule de veau désossée ;

    Coupe en morceaux moyens, épais et cabossés,

    Mets-les dans un faitout et recouvre d’eau froide,

    Tu blanchis cinq minutes. Plus, c’est des couillonnades.

    Jette l’eau, rafraîchis, remet dans ton faitout,

    Mouille avec de l’eau froide ou, bien meilleur atout :

    Avec un fond de veau fait main ou du commerce.

    Ma tripe est assoiffée : mets un tonneau en perce !

    Ah ! Tè, ça fait du bien. Bon, où en étions-nous ?

    - Tu avais mis la viande et l’eau dans le faitout.

    - Monte ton feu à fond. Quand ça bout, tu écumes

    Puis tu va ajouter aromates et légumes.

    Deux gros oignons piqués, quatre belles carottes

    Deux poireaux émincés, céleri, échalotes,

    Gousses d’ail écrasées, et un bouquet garni.

    N’oublie pas de saler. Cuis une heure et demie.

    Tu écumes souvent avec une écumoire

    Et n’oublie pas, surtout, de me servir à boire !

    Ça te donne le temps de préparer ta sauce

    Sur ton plan de travail, prépare ton matos.

    Il te faut éplucher un quart d’oignons grelots

    Même si cela doit t’arracher des sanglots,

    Et les glacer « à blanc », avec eau, sucre et beurre,

    Tu les cuis à couvert, petit feu, un quart d’heure.

    Fais sauter dans du beurre, un peu d’eau, du citron

    Un quart de champignon de Paris environ.

    Réserve de côté et prépare un roux blanc :

    Beurre, farine et crème fouettés gaillardement.

    Le temps étant venu, tu chinoises ta viande

    Récupérant ainsi une liqueur friande.

    Porte à ébullition et verse sur ton roux

    Pour que ça épaississe, tu cuis sur un feu doux

    En fouettant vivement pour une sauce lisse.

    Puis dans un cul-de-poule, une jatte d’office,

    Fouette trois jaunes d’œuf et de la crème fraîche,

    Verse cet appareil dans ta sauce et dépêche

    Toi d’ajouter le jus d’un citron en fouettant.

    Dans ton plat de service, ajoute à ton veau

    Les champignons et les oignons cuits et bien chauds.

    Nappe avec la sauce que tu passes au chinois,

    Mélange et sers chaud ce plat de super choix.

    Buvez très largement de la tétée d’automne

    Ces vins de large soif de la Côtes-du-Rhône,

    Et pour laisser le monde des végans, des sans-goûts,

    Alors resservez-vous !

     

     

    Photo X - Droits réservés

  • Bienvenue à l’honorable Koro Navirhus qui arrive à pied par la Chine !

    coronavirus.jpg

     

    Eh oui, bienvenue et merci à l’honorable Koro Navirhus. Il réussit quasi miraculeusement à mettre en route ce pour quoi les écolos de tous bords et les simples gens sensés luttent depuis des décennies : la relocalisation des industries parce qu’ils découvrent (??!!) qu’il est dangereux de concentrer ses achats auprès d’un seul et même pays, en cas de catastrophes naturelles, de conflits armés ou comme actuellement d’épidémie. L’honorable Koro Navirhus donnerait-il accès au bon sens à ces « élites » qui ne connaissent que le profit à court terme ?

    Déjà des décideurs économiques réfléchissent à des solutions de relocalisation pour l’avenir. Oh, pas d’illusion, ce n’est pas par soucis pour la planète mais surtout par le fait que cela apporte bien des avantages : - protection contre les problèmes d’approvisionnement que nous connaissons aujourd’hui ; - réduction des coûts en termes de transport et de logistique ; - diminution conséquente de l’impact carbone, une aubaine économique alors que l’Europe réfléchit à une taxation plus importante de ces émissions de gaz ; - réindustrialisation de nos territoires, créatrice d’emploi et donc à termes bénéfiques à toutes les entreprises mais aussi à la société française.

    Et puisque quand la Chine tousse l’économie mondiale tremble et attrape le cagagne, cerises sur le gâteau, les taux d’intérêt baissent, le prix du pétrole plonge, le tourime-pourisme s’effondre, les trouillards de la bourse se ruent sur les valeurs « refuges » que sont le dollar et le yen qui par conséquent montent, rendant les produits européens plus compétitifs à l’export, la consommation-gaspillage en prend un coup et donc la sacro-sainte « croissance mondiale » stagne, etc.

    Formidable non ?

    En Chine, les principales régions touchées par ce nouveau virus sont aussi celles qui concentrent le plus grand nombre de sous-traitants pour les économies occidentales : le Zhejiang, le Guangdong et le Henan. Pour endiguer l’épidémie, de nombreuses usines sont fermées à titre préventif, entraînant une rupture de la chaîne d’approvisionnement. Et pour le bien-être des populations locales, la pollution diminue… et sauve plus de monde que ce que le coronavirus en tue !

    Étonnant non ?

    Tous les jours, les machines à bruits et les lucarnes à décerveler nous assènent le nombre de morts quotidiens dus au virus en Chine. De 3 à 400 au début de l’épidémie à 40 à 50 aujourd’hui. Sur le milliard et demi de Chinois, c’est quoi ? Rien (sauf évidemment les pas veinards que ça touche). Et puis « 2019-nCoV » - c’est le nom en novlangue pour ne pas « stigmatiser » la Chine - semble globalement moins dangereux que la grippe saisonnière. Il ne tue que des organismes malades ou fragilisés et ne semble pas s’en prendre aux enfants ni même aux jeunes puisqu’on ne compte aucun décès parmi les moins de 25 ans.

    « 2019-nCoV » tue principalement par pneumonie, c’est-à-dire par une inflammation des poumons. Or les enfants ont des poumons sains, en pleine santé. Au contraire, les Chinois de la région de Hubei ont toutes les raisons d’avoir des poumons en très mauvais état. D’abord parce que la ville de Wuhan est ultra-polluée : 70 microgrammes de particules par mètre cube d’air, contre 15 à 20 dans les villes occidentales les plus polluées ! En plus les Chinois mâles sont de très gros fumeurs, ce qui n’arrange pas les choses et explique pourquoi ce coronavirus infecte et tue beaucoup plus les hommes que les femmes en Chine.

    Autrement dit Si vous êtes non-fumeur, en bonne santé, et que vous n’êtes pas né dans une région ultra-polluée comme Wuhan, vous n’avez pas grand-chose à craindre du coronavirus « 2019-nCoV ».

    Au fait d’où vient-il ce drôle de coco (ronavirus) ? On nous parle de chauve-souris, de pangolins… Bof. Pourquoi pas, ces animaux peuvent effectivement être des réservoirs immunisés de ce virus. Mais pour qu’il affecte les humains, il faut que ceux-ci aillent faire chier ces braves chauves-souris ou ces pauvres pangolins, non ? Pour les bouffer ou pour d’obscurs bienfaits dans la pharmacopée chinoise. Et deviennent eux-mêmes les vecteurs du virus.

    Les mauvaises langues disent même que « 2019-nCoV » se serait échappé… d’un laboratoire ! Bof, voilà le complot maintenant… Sauf que sur des centaines de villes chinoises, l’épidémie mondiale d’un nouveau coronavirus, jamais vu auparavant, se déclenche… dans la seule ville chinoise où les meilleurs scientifiques du pays étudient les coronavirus, en particulier ceux des chauves-souris ? Soit c’est une étonnante coïncidence, soit le virus s’est échappé d’un laboratoire où il était étudié, probablement en contaminant un chercheur qui l’a ensuite transmis à son insu à la population. Bref, il y a de bonnes chances que le virus soit parfaitement « naturel » mais que l’épidémie a été causée par un accident de laboratoire.

    Le virus le plus dangereux dans cette affaire, c’est celui de la peur propagé par les me (r) dias « main stream » : villes en quarantaine en Italie, économie considérablement ralentie, activités sportives, culturelle stoppées, achats massifs de masques qui ne protègent contre rien, etc. À quand un vaccin ou un traitement miraculeux et fort opportun sorti des usines de ces bienfaiteurs de l’humanité que sont les labos pharmaceutiques ? Comme les millions de « vaccins Bachelot »…

    Des pandémies, il en arrivera fatalement une bientôt. Ravageuse. Mais pas celle-là.

    Tè ! Moi j’ai trouvé le remède : ce midi magret de canard et Côtes-du-Rhône rouge !

    Et à l'entrée, pourquoi pas ça?

    VIDEO-2020-01-31-19-09-362.mp4

    Où ça?

    VIDEO-2020-01-31-19-09-271.mp4

    VIDEO-2020-01-31-19-09-374.mp4

    Et pour fortifier les enfants, mieux que l'huile de foie de morue:

    VIDEO-2020-01-31-19-09-36(1)3.mp4

     

     

    Illustrations X - Droits réservés

     

  • Ouiquinde gastronomique: L’andouille au Côte-du-Rhône

    andouille haricots 2.jpg

     

    Mettez donc à tremper un kilo de fayots

    De Paimpol ou Pamiers, si possible bio

    Et pour, de votre anus, éviter la cantate

    Ajoutez à cette eau quelque bicarbonate.

    Faites cuire à l’eau froide pendant deux heures au moins

    Une andouille de porc choisie avec grand soin

    Puis laissez refroidir dans son jus de cuisson

    Jusques au lendemain. Buvez un Jurançon !

    La nuit étant passé, égouttez les fayots

    Mettez-les en cocotte, couvrez avec de l’eau,

    Ajoutez quelques couennes, une queue de porc frais,

    Deux carottes rondelles, trois oignons en quartiers,

    Un peu de céleri et de l’ail écrasé

    Sel, poivre du moulin, thym, feuille de laurier.

    Mettre en ébullition, ajouter deux grands verres

    De Côtes-du-Rhône rouge, du vin fort en matières.

    Faites frémir une heure à feu non emballé,

    Puis ajoutez l’andouille confite en sa gelée.

    Remettez en cuisson pour que les haricots

    Soient fondants à souhait sans être musicaux.

    Servez le met bien chaud en deux plats séparés,

    Avec un peu de beurre, du persil ciselé.

    Cessons pour aujourd’hui ce conte culinaire,

    Ma tripe est assoiffée, remplis raz bord mon verre,

    De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

    Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

     

    andouille père en fils.jpg

     

    Illustrations X - Droits réservés