Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

italie

  • Forza Italia !

    coup-de-pied-au-cul.jpg

     

     

    Eh oui, Forza Italia, forza la nostra sorela latina ! Et laisse fienter les culs serrés de Moscovici, de Lemaire, de Merkel et de Junker. Les résultats sont déjà là en matière d’immigration, ils arriveront au niveau économique. Car « ils » ne flingueront pas l’Italie – membre fondateur, deuxième puissance industrielle, troisième économie, troisième démographie d’Europe – comme la Grèce. Ou bien « ils » flingueront en même temps toute l’Europe… « Ils », ce sont évidemment toutes les oligarchies ultralibérales : mafias des banques, Commission européenne, Banque européenne, FMI, gouvernants allemand, français, étasuniniens, etc.

    Migrants. Pendant le premier semestre 2018, 13 010 migrants ont débarqué sur les côtes italiennes contre 83 424 pour le premier semestre 2017. 84 % de baisse. Ce résultat n’est pas à mettre au seul crédit de la nouvelle équipe au pouvoir, qui est en place seulement depuis le 1er juin. Mais c’est un résultat positif de la politique de ras-le-bol des Italiens qui ont signé des accords avec des factions libyennes – on fait avec ce qu’on a depuis que Sarko et ses complices ont semé la mort, le chaos et la désolation dans ce pays - mais aussi du gouvernement démocratiquement élu mais diabolisé qui a su, sans faiblir, mettre au pas ces ONG complices des trafiquants d’êtres humains libyens en interdisant à leurs bateaux de débarquer dans les ports italiens leurs cargaisons d’esclaves modernes attendues par les mafias et les patronats avides de main-d’œuvre docile et quasi gratuite.

    Économie. Le gouvernement italien actuel remet l’Europe à sa place en décidant d’un déficit de 2,4 % qu’il estime nécessaire pour mener à bien une politique sociale qu’aucun gouvernement de gauche comme de droite n’a osé seulement penser. Ce faisant, l’Italie - n’en déplaise à Moscovici - reste « dans les clous » des traités européens puisqu’elle reste en dessous du seuil limite de 3 % et, et, et… largement en dessous du déficit de la France établi à 2,7 % par ce chantre de l’ultralibéralisme qu’est Micmacron ! Quant à sa dette « explosive » comme dit le même inénarrable Mosco, elle est de 132 % du PIB italien, mais dans les mêmes eaux que la France avec 100 % d’un PIB qui est supérieur à celui de l’Italie. Et chacun sait que l’essentiel de ces dettes est illégitime et ne sera jamais remboursé. L’Allemagne est orfèvre en la matière, elle qui n’a jamais remboursé son énorme dette de guerre !

    Mais, plus que les chiffres, ce qui horrifie les eurocrates c’est qu’en contestant les règles de la Commission européenne et la doctrine ultralibérale qui les inspire, l’Italie remet en cause « l’ordre » économique de l’Union, instille la désobéissance au cœur même des institutions et fait trembler sur ses bases une construction hélas dévoyée par les dogmes de l’orthodoxie financière et de la « concurrence libre et non faussée » qui fait de chaque citoyen et de tout pays adhérent un concurrent impitoyable de l’autre. Cette doctrine instaure l’abandon de toute politique publique, la suppression de toute intervention publique, l’abandon de toute politique de redistribution, impose l’excédent budgétaire et en conséquence l’austérité. Voilà quelle est la matrice idéologique de la politique économique européenne.

    On va laisser aux « marchés » - en plombant les taux d’intérêt et autres basses manœuvres financières le soin de « rappeler l’Italie à a saine discipline ». Mais si ça ne suffit pas, les grandes manœuvres pour « ramener l’Italie à la raison » vont commencer. Moulinets et menaces de l’U.E. puis entrée en ligne de la mafia financière : porteurs de la dette, FMI, bourses, puis si besoin organisation souterraine d’une pénurie de consommation, comme ça réussit si bien au Venezuela et en Argentine, exacerbation artificielle de contradictions internes, sociales et politiques pour semer la zizanie. Tout ceci accompagné et amplifié par de vastes campagnes médiatiques orchestrées par les canards laquais et la presse-purée tenue par les milliardaires banquiers ou marchands d’armes et de béton.

    La gôôche bien-pensante germanopratine se répand à longueur de colonnes, dans les machines à bruits et dans les lucarnes à décerveler contre ces affreux « populistes » oubliant que dans ce mot honni il y a avant tout « peuple ». Seulement si les « populistes » italiens gagnent ce combat que la gauche grecque a lamentablement perdu, ce sera un sacré signal pour les populations. Et ça se traduira dans les urnes au détriment de cette gauche qui moralise en n’ayant rien à proposer.

    Une gauche qui a trahi ses électeurs, dont je suis depuis toujours…

    Avanti popolo, a la riscossa ! E forza Italia !

     

    Illustration X - Droits réservés