Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poésie érotique - Page 2

  • Ouiquinde érotique

    femmes au pouvoir.JPG

     

     

    Contacts

     

    Ton visage blotti au creux de mon épaule,

    J'aime sentir ton corps qui sur mon corps se colle,

    Souple et dur à la fois. Ondoyante liane

    Qui épouse le tronc de l'arbre qu'elle gagne.

     

    Tu presses en ondulant ton ventre sur la bosse

    Qui gonfle à ce contact comme l'épée d'Athos.

    Ma main serrant ton dos, amorce une caresse

    Qui la conduit bientôt vers tes aimables fesses

     

    A travers le tissu, mes doigts suivent la raie

    Douce et mystérieuse qui conduit à l'entrée

    Brûlante du bonheur blottie entre tes cuisses.

     

    Ta bouche prend la mienne, délicieuses prémices,

    Mélange de saveurs, délicate morsure,

    Merveilleuse promesse pour d'autres ouvertures.

     

    Victor Ayoli

     

    in Le fruit des fendues

     

    Photo X - Droits réservés

     

  • Ouiquinde érotique « commerçant » avec Georges Bataille et Guillaume Apollinaire.

    dangercul.jpg

     

    Je mets mon vit contre ta joue

    Je mets mon vit contre ta joue
    le bout frôle ton oreille
    lèche mes bourses lentement
    ta langue est douce comme l’eau

    ta langue est crue comme une bouchère
    elle est rouge comme un gigot
    sa pointe est un coucou criant,
    mon vit sanglote de salive

    ton derrière est ma déesse
    il s’ouvre comme ta bouche
    je l’adore comme le ciel
    je le vénère comme un feu

    je bois dans ta déchirure
    j’étale tes jambes nues
    je les ouvre comme un livre
    où je lis ce qui me tue.

    Georges Bataille

     * * * * * * * * * *

    La boulangère

    Boulangère jadis qui respiriez l’amour
    Peloteuse de couilles
    Vous souvient-il des années et des jours
    Remplis par ma gidouille

    Mon jeune braquemart allait aux galions
    Que recelaient vos fesses
    C’était mon vit mortaise et votre cul tenon
    Jointés avec adresses

    Le foutre ruisselait par la boulangerie
    Où vous étiez captive
    Et j’eusse en vain cherché dans la rue des Martyrs
    Fesses plus bandatives

    Guillaume Apollinaire

     

    Photo X - Droits réservés

     

     

  • Ouiquinde érotique à Lesbos avec Albert Sémiane

    lesbiennes 2.gif

     

    Amours de femme


    Oui, ce sont des regards de femme
    Que cherche son regard brûlant,
    Elle a soif de l'ardeur infâme
    Qu'une autre sait mettre en son flanc.

    Les yeux hagards, le trouble à l'âme,
    La langue aux lèvres se collant,
    Chacune tour à tour se pâme,
    Se tord et retombe en râlant.

    Bientôt leur tendresse lascive,
    Comme une chaîne qui les rive,
    Dresse dans l'ombre leurs tombeaux ;

    Et sur la pierre, quand arrive
    Le soir à la marche craintive,
    Pleurent les filles de Lesbos.

    Albert Sémiane

     

    Photos X - Droits réservés